Label Vertvolt, comment ça marche ?

L'énergie verte, un débat qui se montre sur tous les fronts. En revanche, des polémiques ont lieu et l'ADEME propose un label : le Vertvolt

  • Publié le

En France, de plus en plus de consommateurs se mobilisent contre l’énergie polluante. Pour ce faire, selon l’ADEME, les souscriptions à des offres d’énergie verte ne cessent d’augmenter. Selon Greenpeace, environ 67 % des Français seraient prêts à changer de fournisseur pour y avoir accès. En octobre dernier, l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) a proposé un label : le Vertvolt. Le but de ce dernier est donc de faire le tri dans les offres existantes sur le marché.

Les offres d'électricité verte en France

Pourquoi le label Vertvolt ?

Les offres dites vertes et leurs garanties d’origine remises en cause

Les garanties d’origine, c’est tout simplement un système de traçabilité. Ce dernier a pour but d’identifier les fournisseurs d’électricité renouvelable. Ce mécanisme permet d’assurer au consommateur que l’équivalent de sa consommation est réinjecté dans le réseau sous forme d’électricité verte. Ces garanties favorisent des installations de production d’énergies renouvelables. En revanche, elles ne garantissent pas leur localisation, ces installations étant favorisées en Europe.

Dès lors, les fournisseurs ont alors fait appel à ce mécanisme pour commercialiser des offres vertes. En utilisant des garanties d’origine de toute l’Europe, ils surfent sur la demande des consommateurs pour les offres issues d’énergie renouvelable. Très rapidement, ces offres ont fait polémique auprès de fournisseurs alternatifs. Ces derniers dénoncent des offres d’électricité venant du nucléaire en France et des garanties de l’Europe entière.

Un autre point est dénoncé : les certificats et l’électricité peuvent être achetés indépendamment. Les différents fournisseurs peuvent alors les acheter auprès de producteurs différents. En effet, les fournisseurs ont un an pour acheter les garanties d’origine.

Ces fournisseurs, notamment Enercoop, ont fait la différence en mettant en avant leur approvisionnement auprès de producteurs locaux. C’est pourquoi l’ADEME reprend l’idée dans la conception de son label Vertvolt.

La production d’énergie locale et les achats conjoints soutenus par le label

Le label Vertvolt s’appuie notamment sur l’achat conjoint des certificats et de l’énergie. C’est-à-dire que, contrairement à ce jour, le consommateur aura la certitude que l’électricité et les certificats associés seront achetés auprès du même producteur, et ce dernier implanté en France. Ainsi, l’ADEME ne souhaite plus se limiter aux grosses centrales hydroélectriques et aux grands parcs éoliens. De fait, elle intègre à son label des installations qui bénéficient d’un complément de rémunération. Autrement dit, on distingue deux achats conjoints :

  • le strict
    • achat d’électricité et de garanties d’origine auprès des installations sans soutien public
  • l’achat élargi
    • avec la condition que l’électricité et les garanties d’origine soient issues d’installations de même technologie mais aussi de la même région, l’achat peut se faire auprès d’installations sous complément de rémunération.

La labellisation Vertvolt : deux niveaux d’engagement

Toutes les offres labellisées engagent le fournisseur à acheter 100 % d’électricité renouvelable. De même, il faut que les garanties d’origine associées soient achetées à des producteurs français. Si l’entièreté de ces engagements est tenue, le fournisseur peut obtenir la labellisation de niveau 1 : « choix engagé ».

Le niveau 2 de Vertvolt, quant à lui, a une exigence supplémentaire. Pour être labellisé « très engagé », il faut que le fournisseur achète au moins 25 % de son électricité issue d’installations récentes et sans soutien public.

Vertvolt : un label exigeant pour les fournisseurs

Ce label a pour but de renforcer la confiance des consommateurs envers leur fournisseur d’énergie. De fait, quand un consommateur souscrit à une offre labellisée, il est certain de rémunérer des installations d’énergie renouvelable en France. S’il opte pour le choix très engagé, il sait que, par le biais de sa facture, il participe à l’accélération du développement de ces énergies en France. Vertvolt permet alors de pousser les fournisseurs à avoir des offres maîtrisées en proposant des offres vertes plus qualitatives.

Par souci de transparence, le label Vertvolt oblige les fournisseurs à préciser l’origine de leur électricité et la technologie utilisée pour sa production. S’il y a l’apposition du terme « sans nucléaire » sur le logo, c’est que le fournisseur n’a pas recours à l’Arenh pour ses autres offres. L’Arenh étant l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique, énergie revendue à bas prix par EDF.

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.5/5 - 10 avis