Sinistre à votre domicile durant vos vacances : serez-vous couvert par l’assurance ?

Cambriolage, dégât des eaux, incendie… En cas d’absence prolongée, mieux vaut prendre les devants afin de sécuriser votre habitation. Tour d’horizon de la question avec Audrey L., conseillère en Assurance chez JeChange.

Assurance cambriolage
Certaines précautions sont rendues obligatoires par votre contrat MRH sous peine de courir le risque de ne pas être pris en charge en cas de sinistre.
Audrey L. - Conseillère en Assurance chez jechange

Audrey L. - Conseillère en Assurance chez jechange

Je m'apprête à partir en vacances. Comment puis-je sécuriser au mieux mon domicile ?

Audrey L. : Des gestes simples de sécurisation de votre habitation peuvent être accomplis sans peine avant votre départ. Le risque majeur étant le vol, pensez à bien fermer l'ensemble des portes, fenêtres et volets. Plus précisément, protégez au besoin les parties vitrées de votre domicile à l'aide de persiennes, barreaux ou grilles. Prévenez vos voisins de votre absence, donnez-leur un double de vos clés et demandez-leur de récupérer votre courrier. Une boîte aux lettres pleine attire l'attention d'une personne mal intentionnée. De même, ne laissez pas sur votre répondeur un message indiquant une longue absence, ou pire, vos dates de départ et retour. Vous pouvez également signaler votre absence à la police ou gendarmerie, et ainsi bénéficier du programme « Tranquillité Vacances », un système de ronde quotidienne des forces de l'ordre à votre domicile.

Ai-je à remplir des obligations particulières vis-à-vis de mon contrat d'assurance habitation ?

A. L. : Chaque contrat étant spécifique, pensez toujours à vérifier les conditions générales relatives à votre assurance multirisques habitation. Sachez cependant qu'en règle générale, la plupart des assureurs obligent leurs assurés à respecter certains actes de prévention. Cela peut être de couper l'arrivée d'eau en vue de minimiser les risques de dégât des eaux. De même, il est impératif de couper le gaz, voire de couper votre compteur électrique en vue de minimiser les risques de sinistres nés d'un incendie. Votre contrat peut également prévoir de débrancher l'ensemble des appareils électriques, sous peine de ne pas être couvert en cas de dommages électriques. Le degré d'exigence variant d'un assureur à l'autre, pensez donc à toujours vous conformer aux « moyens de protection existants » prévus au sein de votre contrat.

Marre de payer trop cher ?

Assurer son logement à moindre coût, c’est possible en comparant les devis. JeChange travaille avec 5 assureurs partenaires et vous aide à trouver la meilleure offre pour protéger votre logement. A la clé : de grosses économies !

Je compare

Quels sont les « moyens de protection » les plus communément demandés par les assureurs ?

A. L. : Votre assureur les mentionne obligatoirement au sein des conditions générales de votre contrat. Ces moyens varient d'une compagnie d'assurance à l'autre mais aussi selon la formule choisie. Pour votre porte d'entrée principale, votre assureur peut exiger l'installation d'une serrure multipoints sécurisée « A 2 P », répondant à la norme de sécurité « Assurance Prévention Protection ». Dans certains cas spécifiques, votre contrat peut prévoir le blindage de votre porte d'entrée, voire l'installation de cornières anti-pinces. Pour vos fenêtres, il peut s'agir de la pose de volets en bois, en métal ou en polyex. En l'absence de volets, un assureur peut aller jusqu'à exiger la pose de barreaux en métal dont l'espacement maximal peut même être précisé explicitement au sein de votre contrat.

Mon contrat MRH comporte une « clause d'inhabitation » : de quoi s'agit-il ?

A. L. : Sachez qu'en assurance habitation, la durée de votre absence peut avoir des conséquences sur d'éventuelles indemnisations. Dans le détail, l'assurance de votre logement comprend nécessairement une clause d'inhabitation, parfois appelée « clause de non-habitation ». Celle-ci impose à l'assuré de ne pas s'absenter de son domicile au-delà d'une certaine durée, courant généralement entre trente et quatre-vingt-dix jours l'an. Selon les contrats, la somme de ces journées d'absence peut être cumulée comme consécutive. Ce délai passé, votre assureur est en droit de vous refuser l'indemnisation de votre logement en cas de sinistre, comme de minorer son montant, notamment concernant la « garantie vol » de votre contrat.

En dépit du respect de mes obligations d'assuré, mon domicile a connu un sinistre. Que dois-je faire ?

A. L . : Quelle que soit la nature de votre sinistre, n'attendez pas pour le déclarer auprès de votre assureur. Attention toutefois : la règle des cinq jours ouvrés s'applique à compter de la découverte de ce sinistre pour les seuls sinistres liés à un dégât des eaux, un dommage électrique ou encore un incendie. Ces délais sont portés à dix jours en cas de catastrophe naturelle, mais réduits à seulement deux en cas de vol. Dans l'attente du passage de l'expert, et si les réparations sont urgentes, vous pouvez intervenir ou bien faire intervenir un professionnel mais pensez à toujours conserver la preuve des biens endommagés. Sachez enfin qu'un assureur peut exiger de votre part la prise de mesures dites « conservatoires » ; soit un ensemble de mesures prises de manière à ce que les dommages subis ne s'aggravent pas. Il peut s'agir par exemple du bâchage d'un toit éventré suite au passage d'une tempête.

Besoin d’un conseil ?

Quelles garanties choisir pour votre logement ? Comment souscrire une assurance habitation rapidement ? Comment résilier votre ancien contrat ? Nos conseillers JeChange répondent gratuitement à toutes vos questions ! Appelez-nous pour faire le point !

Rappel gratuit
0 note - Soyez le premier à noter
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆