Constat amiable : que faire si l'autre conducteur refuse de le remplir ?

Le refus de signer un constat amiable n'est pas constitutif d'un délit de fuite, du moment que l'autre automobiliste en cause accepte de délivrer certains éléments d'identification. Mieux vaut donc garder son calme !

Refus de constat auto
En cas de refus de constat amiable, pensez à recueillir les témoignages d'éventuels témoins du sinistre afin de les joindre au dossier à faire parvenir à votre assureur.

Les automobilistes ayant déjà subi un sinistre au volant savent qu'un accident de la route ne donne pas toujours lieu à une discussion courtoise et exemplaire entre les personnes impliquées, même lorsque les dégâts se résument à du matériel. Parfois, la tension est telle que votre interlocuteur peut refuser purement et simplement de remplir ou signer avec vous un constat amiable. Et du moment qu'il consent à vous laisser ses coordonnées, il en a parfaitement le droit !

Confronté à ce genre de situation, vous devrez rassembler vous-même les éléments de preuve et rédiger un constat tout seul. Selon la version avancée par le conducteur adverse à sa propre assurance, ou en cas d'absence de réaction de sa part, vous pourrez ensuite prétendre à une indemnisation totale ou partielle de votre préjudice.

Refuser le constat : un comportement non répréhensible

Contrairement à une idée largement répandue chez les automobilistes français, le refus de signer un constat amiable après un accident n'est pas constitutif d'un délit de fuite ! Le délit de fuite, prévu et réprimé par l'article L.434-10 du code pénal, ne pourra être retenu que si l'autre automobiliste en cause, sitôt l'accident survenu, s'est évaporé dans la nature sans laisser d'adresse. S'il s'arrête et accepte de vous fournir certains éléments d'identification (son nom, son adresse, son assureur…), il n'est alors plus possible de lui reprocher cette infraction… même s'il refuse de rédiger un constat.

Si vous venez de subir un accident et êtes en présence d'un automobiliste qui refuse de signer un constat, il est donc inutile d'appeler les forces de l'ordre, qui ne sont pas compétentes pour intervenir en l'absence de toutes blessures corporelles.

Devis gratuit, économies garanties

L’assurance auto, c’est un budget… Pour rouler sereinement sans vous ruiner, faites confiance à JeChange ! Nous sélectionnons les meilleures offres des assureurs et vous proposons des devis sur-mesure. Essayez, comparez et économisez !

Mon devis gratuit

Comment réagir en cas de refus ?

Il est impossible de forcer le conducteur adverse à remplir et signer un constat. Mieux vaut donc garder votre calme en toutes circonstances. Tant qu'il est encore présent sur place, ayez la présence d'esprit de réaliser les formalités suivantes :

  • Relevez par écrit tous les détails utiles concernant le conducteur (nom, prénom, adresse), son véhicule (marque, modèle, couleur, immatriculation…) ou son assurance automobile. À défaut de vous communiquer ces informations essentielles, l'automobiliste adverse commettrait cette fois un délit de fuite caractérisé : n'hésitez pas à le lui rappeler.
  • Si vous avez un smartphone, profitez-en pour prendre quelques clichés rapides de l'environnement et des deux véhicules, avec des prises de vues générales mais aussi des gros plans sur les dégâts constatés.
Photo d'un accident auto
Si possible, n'hésitez pas à prendre quelques photos des dégâts subis par les véhicules afin de les joindre utilement au dossier à faire parvenir à votre assureur.

Ces démarches sont évidemment à adapter selon le degré d'agressivité du conducteur tiers. N'insistez pas s'il ne veut pas s'attarder, et mémorisez tout de suite sa plaque d'immatriculation en vue d'un éventuel dépôt de plainte pour délit de fuite si jamais la conversation tourne court.

Dans un second temps, n'hésitez pas à solliciter les passants ou les riverains qui auraient été témoins de l'accident, et à relever leurs coordonnées. Leurs témoignages joints au dossier de demande d'indemnisation, assortis d'une copie de leur pièce d'identité, seront précieux pour déterminer la répartition des torts entre les deux parties. Un témoignage de votre propre passager, en revanche, ne sera pas jugé crédible par principe.

Quelle indemnisation après un constat amiable rédigé seul ?

Après avoir refusé de signer le constat amiable et quitté les lieux, le conducteur adverse a deux options :

  1. Il peut tout d'abord choisir de ne rien faire, et de ne réaliser aucune déclaration à son propre assureur. Cette hypothèse est celle qui vous est la plus favorable, car les deux assureurs, après avoir pris connaissance de votre dossier de demande d'indemnisation, s'entendront alors pour lui attribuer la totalité du tort. L'assurance auto responsabilité civile (dite « au tiers ») de l'autre conducteur prendra alors à sa charge les frais de réparation de votre véhicule, voire votre préjudice corporel si vous avez été blessé.
  2. Très souvent, toutefois, l'autre automobiliste n'attendra pas la sentence pour réagir et choisira de rédiger tout seul son propre constat amiable, probablement en décrivant une version des faits qui n'a rien à voir avec la vôtre et en vous mettant en cause ! C'est dans une telle situation que des témoignages écrits peuvent avoir une influence déterminante et faire pencher la balance en votre faveur.

Bon à savoir :

à défaut, les deux assureurs s'entendront pour une responsabilité à 50/50. Comme le précise Alexis Debut, responsable du Pôle Assurances chez jechange, « chaque automobiliste sera alors considéré à moitié comme fautif et à moitié comme victime. Il bénéficiera d'un remboursement de son préjudice minoré de seulement 50 % de la franchise prévue au contrat, et ne récoltera qu'un malus réduit de moitié. »

Conducteur ivre, non francophone… Les bons réflexes

L'impossibilité de rédiger un constat sur place peut être liée à l'état de l'autre conducteur, et en particulier à son ivresse manifeste. Dans ce cas, contactez immédiatement les services de police ou de gendarmerie et faites votre possible pour maintenir sur place le conducteur adverse ivre dans l'attente de leur arrivée. S'il repartait dans cet état, il constituerait en effet un danger pour lui-même et pour autrui. Vous pourrez utilement l'occuper en vous renseignant sur son identité. Dans le constat, l'ivresse du mis en cause devra apparaître de façon claire dans la section dédiée aux « observations ».

Le conducteur adverse peut aussi être de bonne foi, et en accord avec vous sur les conditions de l'accident, mais pas en mesure de s'exprimer en français. Pour vous comme pour le conducteur allophone, le plus simple consiste alors à rédiger deux constats séparés, et à faire parvenir chaque dossier à vos assureurs respectifs.

Une question ?

Assurance au tiers ou tous risques ? Quel montant de franchise choisir ? Comment connaître mon bonus/malus ? Si vous avez besoin d’aide, les conseillers de JeChange répondent présents ! Ils répondent gratuitement à vos questions sur l'assurance auto.

Rappel gratuit

10 commentaires 10 notes - Réagissez à votre tour
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Laurent  -  Le 21 octobre 2017 à 20h24

★ ★ ★ ★ ★

Delgado  -  Le 17 novembre 2017 à 19h11

★ ★ ★ ★ ☆

Serge  -  Le 28 décembre 2017 à 05h53

★ ★ ★ ★ ★

DZ  -  Le 11 mars 2018 à 21h33

★ ★ ★ ★ ★

Jacques  -  Le 12 avril 2018 à 15h59

★ ★ ★ ★ ★

florent  -  Le 18 juin 2018 à 16h39

★ ★ ★ ★ ☆

LL  -  Le 8 août 2018 à 10h29

★ ☆ ☆ ☆ ☆

N'importe quoi  -  Le 8 août 2018 à 17h07

★ ☆ ☆ ☆ ☆

Guillaume  -  Le 20 août 2018 à 16h49

★ ★ ★ ★ ★

tomtom  -  Le 13 septembre 2018 à 09h55

★ ★ ★ ★ ★