Linky rendra-t-il les tarifs de l’électricité plus intelligents ?

ERDF vient de communiquer les noms des six entreprises sélectionnées par le biais de son appel d’offre en vue de fabriquer les trois premiers millions de compteurs communicants « Linky ». Le déploiement de ce premier lot de compteurs de nouvelle génération est prévu à l'automne 2015. Une bataille – celle des fabricants – s’achève, une nouvelle – celle des fournisseurs – peut débuter. Linky va permettre en effet à ces derniers de proposer dans un futur proche des tarifs différenciés en fonction des heures comme jours de consommation, ce qui ne peut qu’ouvrir l’appétit des concurrents de l’opérateur historique EDF.

ERDF vient de choisir les fabricants de son compteur intelligent Linky

ERDF vient de désigner le nom des entreprises – au nombre de six – sélectionnées par le distributeur pour la fabrication de Linky, son compteur communicant.

Un compteur aux couleurs européennes

L'information a été révélée par le quotidien économique Les Échos. Suite à l'appel d'offres passé par ERDF en vue de la fabrication de son nouveau compteur à grande échelle, les français SagemCom et Maec ont été retenus tout comme l'allemand Ester, l'espagnol Ziv et le suisse Landis+Gyr. Si l'on excepte la candidature de l'américain Itron, lui aussi retenu, on peut sans peine observer que le compteur de nouvelle génération arbore des couleurs européennes.

L'annonce du nom des candidats retenus est en soi une demie surprise. D'une part, Itron comme Landys+Gyr avaient tous deux participé aux expérimentations à l'œuvre à Lyon ainsi qu'en Indre-et-Loire. Le tricolore SagemCom quant à lui, avait déjà remporté l'appel d'offre lancé pour la fabrication du jumeau de Linky pour le gaz : Gazpar. Et s'était engagé à reconvertir son site breton de Dinar dans la production de compteurs intelligents multi-énergies si ERDF devait le choisir pour Linky.

ERDF désormais soumis à un mécanisme de bonus-malus

Si ERDF, interrogé par l'AFP, n'a pas souhaité commenter les informations des Échos, c'est que le gestionnaire de réseau s'entoure désormais de la plus grande prudence afin de communiquer au sujet du calendrier de déploiement du compteur Linky. La direction du groupe garde certainement en mémoire le « mini-couac » étant survenu suite à l'avis rendu par la CRE de ralentir le rythme de pose de Linky chez les particuliers, pour permettre à ERDF de contenir ses coûts.

Si sur ce point, la volonté politique n'a pas fait défaut, Ségolène Royal ayant publiquement appelé de ses vœux au printemps à une accélération de la cadence du déploiement, la CRE a elle, jugé recevable une demande déposée par ERDF allant dans le sens inverse. La filiale de distribution d'EDF souhaitait limiter l'objectif de déploiement des compteurs à 90 % d'ici 2021, contre 95 % tel qu'initialement prévu. Et ainsi réaliser une économie estimée à 550 millions d'euros par le GRD.

Désormais, on s'engage du côté du distributeur à procéder à la réalisation du déploiement de 35 millions d'exemplaires de compteurs d'ici à cette date, sans se livrer à plus de précisions. Déjà décalé de plusieurs années, ERDF connaît désormais une incitation financière à respecter le calendrier fixé. Le distributeur va en effet être soumis à un mécanisme s'apparentant à un bonus-malus : sa rémunération sera bonifiée en cas de respect des délais comme inversement minorée en cas de retard constaté.

La pose de Linky : second acte d'un marché à saisir

Si le déploiement du compteur à large échelle débutera véritablement en début d'année prochaine, ERDF est toujours à la recherche d'entreprises partenaires – groupes comme PME – afin d'orchestrer les prestations de pose. Un second appel d'offre lancé par ERDF pour la pose, cette fois-ci, de quelques 10 millions de boîtiers, est en effet toujours en cours. Les entreprises ont jusqu'au 22 septembre, dernier délai, pour se porter candidates. Les avis de marché ont d'ores et déjà été publiés au JOUE.

Les entreprises retenues, labellisées en qualité de « Partenaire Linky », assumeront deux grands types de prestations. D'une part, elles seront responsables de la pose effective de Linky directement au domicile des clients en lieu et place du remplacement de l'ancien compteur. D'autre part, elles assumeront une large gamme d'interventions suite au raccordement, allant d'anodins contrôles à des dépannages urgents.

L'équilibre financier sera délicat à atteindre

La facture globale du projet est estimée à hauteur de 5 à 6 milliards d'euros. Des sommes astronomiques qui ne devraient toutefois pas être répercutées sur le consommateur. Les parties prenantes à l'opération assurent que ce projet sera principalement financé par les économies générées par les fonctionnalités propres à Linky, telle la diminution du nombre d'interventions rendues nécessaires au domicile du client grâce au contrôle d'opérations courantes à distance.

Plus discrètement, ERDF mise également sur Linky comme facteur de réduction des « pertes non techniques », terme propre au jargon du distributeur et servant à désigner l'ensemble des erreurs humaines, défauts de comptage, mais aussi… fraudes subies à ses dépens. Mis bout à bout, ces postes d'économies à venir devraient permettre d'équilibrer les lourds investissements engagés par le gestionnaire public.

Des fournisseurs au moins aussi impatients que les promoteurs

Autre conséquence probable du déploiement de ce compteur intelligent : Linky devrait donner un sérieux coup de fouet au marché – pour l'heure toujours sclérosé – de l'énergie dans l'Hexagone. Près de sept ans après la libéralisation du segment de l'électricité et du gaz à destination des particuliers en France, EDF comme GDF conservent dans les faits un réel monopole. Près de 9 foyers sur 10 continuent en effet à s'acquitter du prix de leur énergie au tarif réglementé, en dépit de l'existence de concurrents proposant des offres à prix de marché pouvant présenter pour certaines jusqu'à 10 % de rabais.

Linky : le compteur communicant de nouvelle génération

Et les promoteurs du projet ne s'y sont pas trompés, martelant à l'envi qu'au-delà du fait que le financement de Linky ne reposera pas sur les épaules du consommateur, celui-ci sera qui plus est bénéficiaire des nouvelles offres tarifaires rendues possibles par les fonctionnalités techniques propres au compteur. Dans le détail, certains observateurs suggèrent que les fournisseurs alternatifs pourraient proposer des prix différenciés en fonction de l'heure de la journée mais également du jour de la semaine. C'est déjà le cas en Grande-Bretagne, certains fournisseurs d'électricité pratiquant outre-Manche des tarifs moins élevés en fin de semaine.

Autre axe différenciant sur lequel les concurrents d'EDF font reposer beaucoup d'espoir : la domotique avec l'avènement d'une fourniture d'un produit – l'électricité – combiné à une batterie de services orientés domotique. Direct Énergie par le biais de son offre Tribu a d'ores et déjà emprunté ce chemin en faisant la part belle à des fonctionnalités telles le pilotage à distance des appareils ou encore le suivi en temps réel de la consommation d'électricité de ses abonnés équipés de Linky.

EDF n'est pas en reste. L'électricien public devrait lui aussi profiter du déploiement progressif de Linky afin de revoir en profondeur ses offres, telle Tempo, si bien entendu, dans l'intervalle nous séparant de 2021, les tarifs réglementés de vente d'électricité n'aient pas été supprimés par le législateur.

Vous déménagez ?

Laissez JeChange se charger de la souscription et résiliation de vos contrats d'énergie, vous êtes bien trop occupé pour ça ! Nos conseillers vous guident parmi les meilleures offres du marché. Choisissez celle qui vous convient et emménagez la tête reposée !

Rappel gratuit

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4,3/5 - 11 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆