Tempête : comment être indemnisé par l’assurance ?

La « garantie tempête » fait partie du socle commun de l'ensemble des contrats d'assurance dommages. Au titre des dégâts pris en charge, on citera l'action du vent et des bourrasques, les dégâts des eaux, la neige, la grêle, le gel…

  • Publié le
  • Écrit par

icone-idee Etes-vous bien couvert ?


Avec l’ensemble des changements climatiques, il n’est plus rare de subir des aléas environnementaux. Pensez à vérifier vos garanties pour rester le mieux couvert. Nos conseillers restent disponibles pour vous aider dans ce choix.

Ou appelez directement le : 0800 811 911 Appel gratuit

Bourrasques de vent, pluies diluviennes, fortes chutes de grêle ou de neige… Ces intempéries peuvent entraîner des dégâts considérables sur votre habitation ou vos biens. Heureusement, la « garantie tempête » ou « forces de la nature » incluse dans le socle commun de l’ensemble des contrats d’assurance dommages vous permet de recevoir une indemnisation.

Carmen, Eleanor, Adrian… Ces noms ne vous disent peut être rien, sauf si l’une de ces tempêtes a traversé votre région en 2018 ! Accompagnées de fortes pluies ou de rafales de vent dépassant les 100 km/h, elles ont entraîné des dégâts considérables sur les habitations, biens et autres véhicules placés sur leur passage. 

En cas d’événement climatique de ce type, la garantie « tempête » de votre contrat d’assurance multirisques est plus que bienvenue. Quelles sont ses conditions d’application ? Quelles sont les formalités à respecter pour être indemnisé dans les meilleurs délais ? Voici quelques éléments de réponse.

Garantie tempête : dans quels cas est-elle activée ?

La garantie « tempête » fait partie du socle commun de l’ensemble des contrats d’assurance dommages. Si vous possédez un contrat d’assurance qui protège votre habitation, votre voiture ou votre local professionnel contre l’incendie et les explosions, vous êtes également automatiquement protégé au titre de la garantie tempête. En cas de doute, vous pouvez toujours jeter un coup d’oeil au détail de vos garanties pour en avoir le coeur net !

Contrat d'assurance et garantie tempête
La définition d’une tempête varie selon les assureurs : dans le doute, reportez-vous au détail des garanties de votre contrat d’assurance !

Mais attention, la définition d’une tempête varie selon les assureurs. Le plus souvent, la tempête est une hypothèse « validée » si les vents dépassent 100 km/h et que d’autres habitations ou bâtiments de votre commune, des villes voisines ou d’un certain périmètre ont également subi des dégâts. Pour le savoir, votre assureur peut alors :

  • se renseigner auprès de la station météo la plus proche afin de savoir si votre secteur de résidence a bien été touché par un phénomène climatique exceptionnel (vents supérieurs à 100 km/h, pluies exceptionnelles, gel…) et obtenir une attestation d’intempérie ;
  • vous demander de fournir ce certificat. Dans ce cas vous devrez vous adresser à Météo France ou à l’Observatoire permanent des catastrophes naturelles. Sachez toutefois que ce relevé est payant et n’est pas systématiquement remboursé par les compagnies d’assurance. Dans le doute, n’en faites la demande que si votre assureur vous a expressément demander de le lui fournir.

Pour connaître la définition de tempête retenue par votre compagnie d’assurance, reportez vous aux conditions générales et particulières de votre contrat.

Garantie tempête : quels sont les dégâts pris en charge et les exclusions ?

Si la garantie tempête couvre vos biens immobiliers, mobiliers ou votre véhicule des conséquences d’un événement climatique majeur, elle comporte également quelques exclusions qui varient d’un assureur à l’autre.

Que couvre la garantie tempête ?

La garantie tempête couvre généralement :

  • les conséquences de l’action du vent, comme par exemple les tuiles arrachées sur votre toiture ou votre façade endommagée par la chute d’un arbre ;
  • les dégâts des eaux et l’humidité causés par la pluie. Notez que ces dégâts peuvent être pris en charge même si la pluie est postérieure à la tempête elle-même. Selon les contrats, les conséquences d’une averse survenant jusqu’à 48 ou 72 heures après la tempête sur un bâtiment déjà fragilisé entrent dans ce cadre ;
  • les conséquences de la neige, de la grêle et du gel (affaissement d’un toit, infiltration lors de la fonte…) s’ils surviennent dans le cadre d’une tempête.

Au-delà de ces protections de base, le détail de la garantie tempête peut varier d’un contrat à l’autre. Certains assureurs accepteront par exemple de prendre en charge des frais annexes comme, le déblaiement des gravats, la dépollution suite à un débordement des égouts, le gel des canalisations ou votre relogement le temps des travaux. D’autres, en revanche, laisseront ces montants à votre charge.

Quelles sont les exclusions de la garantie tempête ?

Là encore, les exclusions de garantie varient d’une compagnie d’assurance à l’autre mais concernent généralement :

  • les édifices de construction légère (couverts de bâches, de tôle, de matière plastique…) ou ceux qui ne sont pas totalement clos ou couverts ;
  • les aménagements extérieurs (véranda, piscine, panneaux solaires, serres…). Dans ce cas, il peut être intéressant de souscrire une extension de garantie ou une garantie tous risques immobiliers et dommages ;
  • les stores, les antennes ou les volets excepté s’ils sont endommagés en même temps que le reste du bâtiment ;
  • les plantations ou les arbres dans votre jardin.

Si vos vitres sont cassées pendant la tempête, elles seront généralement couvertes au titre de la garantie bris de glace de votre contrat multirisques habitation (MRH).

Sachez aussi qu’en cas de blessure ou de tout autre dommage corporel subi pendant cet épisode climatique, vous devrez avoir souscrit une garantie individuelle ou une garantie des accidents de la vie (GAV) pour être indemnisé.

Marre de payer trop cher ?

Assurer son logement à moindre coût, c’est possible en comparant les devis. JeChange travaille avec plusieurs assureurs partenaires et vous aide à trouver la meilleure offre pour protéger votre logement. A la clé : de grosses économies !

Je compare

Tempête et catastrophe naturelle : quelle différence ?

Il est important de noter que la garantie tempête de votre contrat est indépendante de toute notion de catastrophe naturelle. Il n’est donc pas nécessaire qu’un arrêté de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle soit publié au Journal officiel pour faire jouer votre garantie. Cette formalité sera en revanche incontournable si vous êtes la victime d’une inondation.

Après une tempête : les premières mesures d’urgence à prendre

Sans même attendre le passage de l’expert en assurancecertains dégâts exigent la prise de mesures conservatoires immédiates pour éviter que les dommages ne s’aggravent. Si votre toiture a été partiellement arrachée par la tempête, il est de votre responsabilité de la bâcher dans les meilleurs délais. À défaut, l’assureur peut refuser d’indemniser de nouveaux dégâts qui auraient pu être évités (dégât des eaux…).

Bâchage d'un toit

À la suite d’une tempête, il est essentiel de procéder au plus vite à la mise en œuvre de mesures conservatoires, comme le bâchage d’un toit éventré.

Au-delà, vous aurez peut-être à engager certaines dépenses sans attendre le feu vert de votre assureur, comme par exemple un déblaiement des gravats sur injonction de l’autorité administrative ou un pompage de votre cave. Vous devrez évidemment conserver tous les justificatifs et factures pour la constitution de votre dossier de demande d’indemnisation. 

Enfin, commencez à dresser un inventaire détaillé de vos biens sinistrés et n’hésitez pas à prendre un maximum de photos que vous pourrez joindra à votre dossier.

Tempête : quelle est la procédure d’indemnisation ?

Comme pour tout autre sinistre, vous disposez d’un délai classique de cinq jours ouvrés pour soumettre votre déclaration à votre assureur. Cette déclaration initiale peut prendre toutes les formes envisageables, selon l’urgence et les moyens dont vous disposez : appel téléphonique, e-mail, courrier recommandé, rendez-vous direct en agence…

Comme nous l’avons vu, le montage du dossier implique de dresser la liste des biens et des éléments du bâti qui ont subi des dégâts, puis de rassembler tous les justificatifs pertinents (factures d’achat, de réparation ou d’entretien, acte de propriété, photographies, témoignages divers…). Dans certains cas, votre assureur vous demandera également de lui fournir une attestation d’intempérie délivrée par Météo France. Payante, elle est remboursée selon les compagnies.

Dès lors que les dégâts dépassent un certain seuil, l’assureur va très probablement désigner un expert pour procéder à une analyse détaillée du dossier et à des constatations sur place. Ce professionnel mandaté et payé par l’assureur, devra apprécier les dégâts subis à leur juste valeur. Son expertise servira de base à un accord amiable sur le montant de l’indemnisation. En cas de désaccord, vous serez libre de faire réaliser vous-même une contre-expertise à vos frais.

Garantie tempête : quelle indemnisation ?

Une fois que vous êtes parvenu à un accord, l’indemnisation interviendra dans le délai prévu dans votre contrat. Ce délai varie généralement entre 10 et 30 jours après acceptation de la proposition faite par votre compagnie d’assurance.

Notez que la plupart des compagnies appliquent un coefficient de vétusté pour déterminer la valeur de remboursement de vos biens. Ils ne seront donc généralement pas remboursés en fonction de leur valeur à neuf.

De plus, n’oubliez pas qu’une franchise restera également à votre charge.

Pour être bien couvert, n’hésitez pas à faire jouer la concurrence entre différentes offres sur un comparateur d’assurances comme JeChange.fr. En seulement quelques minutes, vous pourrez comparer les tarifs, les garanties et les exclusions et souscrire la garantie qui vous convient le mieux.

Voiture, biens professionnels : comment sont couverts mes autres biens en cas de tempête ?

Les véhicules assurés au tiers ne sont pas protégés contre les dégâts provoqués par une tempête. En revanche, si vous êtes titulaire d’un contrat d’assurance auto tous risques, vous serez couvert en cas de tempête au même titre que les incendies et explosions. Un vrai avantage si vous retrouvez votre véhicule presque neuf écrasé sous un arbre après un gros coup de vent !

Tempête et sinistre auto

À l’inverse d’un contrat auto au tiers, une formule tous risques prend en charge les dégâts subis par un véhicule suite au passage d’une tempête.

Notez enfin que les biens professionnels (outils de travail, atelier…) peuvent également être pris en charge si vous avez pris la précaution de souscrire une multirisques pro. Le dossier de demande d’indemnisation devra contenir tous les justificatifs nécessaires pour évaluer votre préjudice matériel, mais aussi votre préjudice économique si vous bénéficiez d’une garantie pertes d’exploitation et avez été contraint de suspendre temporairement votre activité.

Pour souscrire une assurance auto ou une multirisques pro avec de bonnes garanties et un tarif intéressant, faites là encore jouer la concurrence sur un comparateur d’assurances comme JeChange.fr.

Quelle assurance habitation choisir ?

Faites des économies en comparant les assurances habitation. Trouvez le meilleur tarif parmi toutes les offres proposées.

Devis en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.3/5 - 275 avis