Tempête : comment être indemnisé par l’assurance ?

La « garantie tempête » fait partie du socle commun de l'ensemble des contrats d'assurance dommages. Au titre des dégâts pris en charge, on citera l'action du vent et des bourrasques, les dégâts des eaux, la neige, la grêle, le gel…

Garantie tempête
Certains contrats particulièrement protecteurs prennent en charge des frais annexes engendrés par le passage d'une tempête, comme le déblaiement des gravats.

Bourrasques de vent et pluies diluviennes peuvent entraîner des dégâts considérables sur une habitation ou sur n'importe lequel de vos biens. En l'absence d'une reconnaissance de catastrophe naturelle, c'est la garantie « tempête » de votre contrat d'assurance multirisques qui trouvera à s'appliquer. Quelles sont ses conditions d'application, et quelles sont les formalités à respecter pour être indemnisé dans les meilleurs délais ?

Garantie tempête : dans quels cas est-elle activée ?

Notez que la garantie « tempête » fait partie du socle commun de l'ensemble des contrats d'assurance dommages. Si vous possédez un contrat d'assurance qui protège votre habitation, votre automobile ou votre local professionnel de l'incendie et des explosions, vous êtes aussi nécessairement protégé au titre de la garantie tempête. En cas de doute, n'hésitez pas à vérifier par vous-même le détail de vos garanties !

Contrat d'assurance et garantie tempête
La définition d'une tempête varie selon les assureurs : dans le doute, reportez-vous au détail des garanties de votre contrat d'assurance !

Les assureurs n'adoptent pas tous la même méthodologie pour déterminer si vous avez bien été la victime d'une tempête. Le plus souvent, la tempête est une hypothèse « validée » si d'autres habitations ou bâtiments proches ont subi également des dégâts. À défaut, votre assureur peut aussi se renseigner auprès de la station météo la plus proche afin de savoir si votre secteur de résidence a bien été touché par un phénomène climatique exceptionnel (vents violents supérieurs à 100 km/h, averses subites…).

Quels sont les dégâts pris en charge ?

La couverture de la garantie tempête inclut notamment :

  • L'action du vent et des bourrasques, comme par exemple l'arrachage des tuiles d'une toiture ou le déracinement d'un arbre qui vient fracasser la façade de la maison.
  • Les dégâts des eaux et l'humidité causés par la pluie. Notez que ces dégâts peuvent être pris en charge même si la pluie est postérieure à la tempête elle-même : selon les contrats, une averse survenant jusqu'à 48 ou 72 heures après la tempête sur un bâtiment déjà fragilisé sera bien prise en compte.
  • La neige, la grêle et le gel sont également pris en considération (affaissement d'un toit, infiltration lors de la fonte…) s'ils surviennent dans le cadre d'une tempête.

Au-delà de ces protections de base, le détail de la garantie tempête peut varier d'un contrat à l'autre. Ainsi, certains assureurs accepteront de prendre à leur charge des frais annexes comme le déblaiement des gravats, voire la dépollution suite à un débordement des égouts. D'autres, en revanche, laisseront ces montants à votre charge.

Marre de payer trop cher ?

Assurer son logement à moindre coût, c’est possible en comparant les devis. JeChange travaille avec 5 assureurs partenaires et vous aide à trouver la meilleure offre pour protéger votre logement. A la clé : de grosses économies !

Je compare

Tempête et catastrophe naturelle : quelle différence ?

Il est important de noter que la garantie tempête de votre contrat est indépendante de toute notion de catastrophe naturelle. Il n'est donc pas nécessaire qu'un arrêté de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle soit publié au Journal officiel pour faire jouer votre garantie. Cette formalité sera en revanche incontournable si vous êtes la victime d'une inondation.

Après une tempête : les premières mesures d'urgence

Sans même attendre le passage de l'expert en assurance, certains types de dégâts exigent la prise de mesures immédiates. Si votre toiture a été partiellement arrachée par la tempête, il est notamment de votre responsabilité de procéder à un bâchage dans les meilleurs délais. À défaut, l'assureur pourrait refuser d'indemniser de nouveaux dégâts qui auraient pu être aisément évités (dégât des eaux…).

Bâchage d'un toit
À la suite d'une tempête, il est essentiel de procéder au plus vite à la mise en œuvre de mesures conservatoires, comme le bâchage d'un toit éventré.

Au-delà, vous aurez peut-être à engager certaines dépenses sans attendre le feu vert de votre assureur, comme par exemple un déblaiement des gravats sur injonction de l'autorité administrative ou un pompage de votre cave. Dans tous les cas, vous devrez évidemment conserver tous les justificatifs et factures pour la constitution de votre dossier de demande d'indemnisation.

Procédure d'indemnisation

Comme pour tout autre sinistre, vous disposez d'un délai classique de cinq jours ouvrés pour soumettre votre déclaration à votre assureur. Cette déclaration initiale peut prendre toutes les formes envisageables, selon l'urgence et les moyens dont vous disposez : coup de téléphone, e-mail, courrier recommandé, rendez-vous direct en agence…

Tout d'abord, le montage du dossier implique de faire l'inventaire des biens et des éléments du bâti ayant subi des dégâts, puis de récupérer tous les justificatifs pertinents les concernant (factures d'achat, de réparation ou d'entretien, acte de propriété, photographies, témoignages divers…).

Dès lors que les dégâts dépassent un certain seuil, l'assureur va très probablement désigner un expert pour procéder à une analyse détaillée du dossier et à des constatations sur place. Ce professionnel, bien qu'il soit mandaté et payé par l'assureur, devrait apprécier les dégâts subis à leur juste valeur, et tentera d'arriver avec vous à un accord amiable concernant le montant de l'indemnisation. À défaut, vous êtes libre de faire réaliser vous-même une contre-expertise à vos frais.

Et mes autres biens ?

Les véhicules assurés au tiers ne sont pas protégés contre les dégâts provoqués par une tempête, ni contre tout autre type de dommage. En revanche, si vous êtes titulaire d'un contrat d'assurance auto tous risques, vous serez couvert contre les incendies, les explosions et donc les tempêtes. Un atout bien utile quand vous avez le déplaisir de retrouver votre véhicule quasi neuf écrasé sous un arbre !

Tempête et sinistre auto
À l'inverse d'un contrat auto au tiers, une formule tous risques prend en charge les dégâts subis par un véhicule suite au passage d'une tempête.

Qu'il s'agisse d'une piscine, d'un garage ou d'un quelconque abri de jardin, les dépendances de votre logement peuvent être couvertes contre la tempête pour autant qu'elles soient bien incluses dans la couverture de votre multirisques habitation.

Notez également que les biens professionnels (outils de travail, atelier…) peuvent être pris en charge si vous avez pris la précaution de souscrire une multirisques pro. Le dossier de demande d'indemnisation devra contenir tous les justificatifs nécessaires pour évaluer non seulement votre préjudice matériel, mais aussi votre préjudice économique si vous bénéficiez d'une garantie pertes d'exploitation et avez été contraint de suspendre temporairement votre activité.

Besoin d’un conseil ?

Quelles garanties choisir pour votre logement ? Comment souscrire une assurance habitation rapidement ? Comment résilier votre ancien contrat ? Nos conseillers JeChange répondent gratuitement à toutes vos questions ! Appelez-nous pour faire le point !

Rappel gratuit

0 note - Soyez le premier à noter
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆