La neutralité carbone 2050 : un projet ambitieux que souligne l’ADEME

La transition énergétique est un sujet brûlant. Tous les acteurs ont un objectif ambitieux : la neutralité carbone en 2050.

  • Publié le

Une volonté forte de la part de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), celle de faire baisser l’empreinte de la consommation des Français pour atteindre les objectifs de la neutralité carbone. Pour ce faire, sur sept mois, elle a coaché 21 familles en les invitant à faire le tri dans leurs affaires. Une étude expérimentale baptisée « Osez changer : mieux consommer et vivre plus léger » qui en dit long. L’ADEME livre les résultats et invite les Français à avoir une consommation « plus sobre et plus responsable ».

Une dizaine de jeunes femmes et hommes se tiennent devant un mur, leur portable entre les mains

Prise de conscience de la surconsommation, un premier pas important

L’ADEME propose donc de sensibiliser les familles en menant des opérations de communication. Ces dernières s’appuient sur des témoins du territoire, comme des foyers, des établissements scolaires ou bien des artisans et des commerçants. Ces études mettent en avant des gestes de prévention tout en mesurant leur impact pour valoriser la transition énergétique.

En effet, sur les foyers qui ont participé à l’opération, beaucoup ont remarqué avoir des choses en double. Une accumulation accrue est ressortie, concernant notamment les jouets, les appareils électriques et les vêtements.

Les points relevés par l’ADEME et son étude :

  • Mise en évidence de la prise de conscience. Il y a un vrai décalage entre ce que l’on croit avoir, ce que l’on a, ce dont on estime avoir besoin et ce que l’on garde au final.
  • Quantité d’objets possédés variable sur les 21 foyers engagés dans l’opération. En effet, l’ADEME observe notamment :
    • Les chaussures : de 11 à 84 paires pour les femmes et de 9 à 32 pour les hommes. En moyenne, les adultes se rendent compte qu’ils ont deux fois plus de paires qu’ils ne le pensaient. Trois fois plus que ce dont ils estiment avoir besoin réellement.
    • Les vêtements.
    • Les écrans : on estime entre 4 et 28 écrans détenus par foyer. De même, les foyers estimaient en avoir moins, mais c’est sans prendre en compte les smartphones, les tablettes, les ordinateurs, les télévisions, etc.

« Osez changer : mieux consommer et vivre plus léger » avait pour but de « répondre à un des enjeux de la transition qui est de limiter les flux, faire attention aux ressources et aux émissions de gaz à effet de serre », dénonce Pierre Galio, chef du service consommation responsable à l’ADEME, aux micros de FranceInfo. L’équipement des familles est « très symbolique de nos modes de vie », marqués par la « surconsommation ». Cela a un impact considérable sur notre environnement. L’ADEME encourage donc à donner une seconde vie aux objets et de privilégier le reconditionnement.

Tirelire cochon avec graduation de consommation

Les scénarios proposés par l’ADEME pour atteindre la neutralité carbone en 2050

En effet, l’ADEME propose plusieurs scénarios différents pour atteindre les objectifs. Quoi qu’il en soit, il est assez clair qu’il faudra faire des choix, et changer de mode de fonctionnement, notamment en termes de consommation.

Une consommation moins énergivore pour la neutralité carbone

En effet, le premier scénario est celui de la Génération frugale. Ce dernier est assez clair, son but est de diviser par deux la demande énergétique globale. De fait, le pétrole ne devrait plus être utilisé que par quelques usages spécifiques, et le gaz devrait suivre « la même trajectoire de réduction ». L’origine du gaz, quant à elle, devra être quasi totalement renouvelable, l’hydrogène entrera donc en course et sera utilisé comme principal levier de décarbonation du réseau de gaz.

Ce scénario-là repose sur un changement drastique des habitudes de consommation. Une relocalisation de la production s’impose tout comme la démocratisation du recyclage.

De même, le scénario implique une baisse de la mobilité énergivore, voiture et avion par exemple, à profit d’une mobilité durable comme les transports en commun, la marche, le vélo, etc.

En ce qui concerne les ménages, l’ADEME préconise moins de constructions neuves et encourage la rénovation. De même, l’entité propose de réduire la superficie des constructions neuves, environ 30 % de moins pour les maisons individuelles.

Utilisation de l’énergie verte dans les technologies

Dans ce scénario, l’ADEME propose un développement des technologies plutôt qu’un changement des usages. Ici, il s’agirait d’une « consommation massive d’hydrogène » pour les différents usages. En revanche, l’ADEME précise que le recours à l’importation serait quasi obligatoire, afin de répondre aux besoins du pays. En complément, apparaît l’utilisation de la biomasse, de la méthanisation et l’usage du bois. Quant aux énergies fossiles, elles ne pourraient pas disparaître intégralement, mais seraient utilisées uniquement pour le transport, limitées toutefois à 10 %.

Si ce scénario n’implique pas de changement dans les tendances de consommation, il intègre en revanche la décarbonation du mix énergétique en passant par l’électrification des véhicules notamment.

Concernant les foyers, il y a ici une volonté de logements neufs plus performants, favorisant une consommation de ressources naturelles, avec la biomasse par exemple.

Vous cherchez de l’énergie renouvelable ?

Contactez un conseiller JeChange pour vous orienter et répondre à vos questions ou faites une simulation sur notre outil de comparaison 100% personnalisé.

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.4/5 - 9 avis