Les aides du gouvernement pour contrer l’inflation

A ce jour, des aides gouvernementales sous forme de mesures exceptionnelles pour préserver au mieux le pouvoir d'achat des Français pendant que les prix flambent sur le marché. Quelles sont-elles ?

  • Publié le

Hausse des tarifs de l’énergie : deux aides gouvernementales ont été mises en place

A ce jour, ce n’est plus un secret, l’énergie est sur un cours explosif avec une hausse supplémentaire en ce mois. Les prix ne cessent de grimper et, pour pallier au mieux les répercussions sur le pouvoir d’achat des Français, le gouvernement a mis en place plusieurs mesures. Une aide gouvernementale qui se divise en paliers sur les dernières semaines.

Le chèque énergie revu à la hausse, première aide gouvernementale

Jean Castex, au 16 septembre, annonçait la réévaluation du chèque énergie. Chaque foyer bénéficiaire de cette aide gouvernementale se verra alors appuyé par un chèque supplémentaire de 100 €. L’envoi de ce dernier se fait de manière systématique, pour aider les 5,8 millions de bénéficiaires à supporter la hausse actuelle des prix.

Le « bouclier tarifaire », deuxième aide gouvernementale, mesure lancée pour l’hiver

De même, Jean Castex a fait une nouvelle annonce sur les prix de l’énergie en début du mois d’octobre. Cette fois-ci, le gouvernement propose une nouvelle mesure pour pallier la flambée des prix de l’énergie : un bouclier tarifaire. Ce dernier impose un gel sur le prix des tarifs réglementés du gaz. Cela devrait durer de novembre 2021 à avril 2022, initialement, mais le blocage finalement se fera tout au long de l’année 2022, comme l’a annoncé Jean Castex au JT de TF1 le 21 octobre dernier. Dans la même mesure, le prix de l’électricité a lui aussi été évoqué…

Avec l’espoir que le retour des beaux jours entraîne la stabilisation des tarifs afin qu’un lissage puisse être effectué.

Hausse du prix du carburant, une aide gouvernementale officialisée il y a quelques jours

Le « chèque carburant » devient « la prime inflation »

Cette prime, elle concerne qui ?

Ce coup de pouce de 100 € sera octroyé à tous les Français dont le revenu mensuel est inférieur à 2000 € nets. Il comprend donc les :

  • salariés du privé
  • fonctionnaires
  • agriculteurs
  • indépendants
  • étudiants, boursiers ou fiscalement indépendants
  • apprentis
  • demandeurs d’emploi
  • retraités (avec une pension mensuelle inférieure à 1943 euros nets)

Et ce, qu’ils aient ou non une voiture.

Dans le but de faciliter la distribution de cette prime exceptionnelle, le gouvernement effectuera le versement via les réseaux existants :

  • Employeurs pour les salariés
  • URSSAF pour les indépendants
  • Caisses de retraite
  • Pôle emploi pour les demandeurs d’emploi
  • Crous pour les étudiants

Certains pourraient toucher plusieurs fois cette aide gouvernementale, pourquoi ?

Le ministère de l’Economie l’assume, il y a une faille dans cette aide gouvernementale « simple, rapide et efficace ». Un individu qui cumule les emplois, un retraité qui a un salaire à côté, un étudiant qui travaille… Le cumul de revenus, en fonction du réseau utilisé, pourrait entraîner la multiplication de l’aide gouvernementale.

En revanche, cette faille est assumée et, une source du gouvernement a déclaré au Parisien que « c’est un effet de bord de la mesure. Ce n’est pas scandaleux, car cela touche des gens le plus souvent précaires ». Le gouvernement a gardé une idée de retenir l’employeur, ou la source de revenus, le plus régulier, mais rien n’a été arrêté. En revanche, il rappelle que le fisc pourrait se rendre compte d’un abus.

Pour la distribution, les salariés seront prioritaires et devraient toucher cette aide gouvernementale en décembre. Concernant les employés de la fonction publique et les retraités, autres bénéficiaires, seront sur un étalage de janvier à février

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.5/5 - 11 avis