La production d’électricité avec du gaz

Une solution pour pallier une partie du nucléaire : la production d'électricité avec le gaz. Pour ce faire, des centrales : JeChange explique

  • Publié le

La production d’électricité avec du gaz, comment ça marche ?

Afin de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité, la France se lance dans la multiplication des énergies renouvelables. Cela lui permet, entre autres, d’atteindre les objectifs environnementaux imposés par l’Europe. Etonnamment, la production d’électricité avec du gaz semble être une bonne alternative même si son utilisation fait bondir bon nombre d’écologistes.

Les centrales à cycle combiné gaz (CCCG) fonctionnent sur deux principes grâce aux deux types de turbines qu’elles combinent : une turbine à gaz classique et une turbine à vapeur utilisant les gaz chauds, résultats de la combustion du gaz. Ce type de centrale peut fournir des puissances relativement élevées, de 400 à 600 MW, mais surtout en répondant mieux à la demande, ce qui est un avantage par rapport à une centrale nucléaire, qui nécessite une journée en temps d’allumage contre une heure pour une centrale à gaz pour la production d’électricité.

centrale à gaz

Historiquement…

Entre 2005 et 2010, huit centrales à gaz ont été mises en service. Cela représente environ 3 % de la demande en électricité. Entre 2011 et 2014, cinq nouvelles centrales ont été opérationnelles, augmentant de moitié la production d’électricité par ce biais. Trois projets supplémentaires ont également été validés par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE).

Les centrales à gaz posent toutefois deux problématiques : la gestion des rejets de CO2 et l’approvisionnement en gaz de telles centrales. Le premier point fait réagir les écologistes. Il est nécessaire d’améliorer le fonctionnement de ces centrales et de gérer de façon « verte » les rejets de CO2. En réponse, Total expérimente une solution de stockage sous-terrain dans les Pyrénées-Atlantiques.

Concernant la seconde problématique, le prix du gaz fluctue de la même manière que celui du pétrole. Cela n’est pas rassurant par rapport à l’uranium dont le cours ne varie que très peu. Des projets de stockage de gaz naturel sont encore en cours à ce jour. Cela pour pallier les fluctuations trop importantes du prix du gaz.

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.4/5 - 54 avis