GRDF maintient le déploiement de 150 000 compteurs Gazpar en 2016

Malgré les polémiques, GRDF maintient le calendrier de déploiement de son compteur communicant. Le distributeur vise l'installation de 150 000 compteurs Gazpar d'ici à la fin de l'année.

Jean Lemaistre
En réponse aux craintes d'élus, le directeur général adjoint de GRDF souligne la « très faible intensité » des ondes liées à Gazpar par rapport à celles émises par la téléphonie.

Même si le début de la phase pilote du compteur Gazpar a été lancé à la fin 2015, c'est l'année 2016 qui consacrera véritablement la naissance officielle du compteur de gaz intelligent. Il permettra bientôt à tous les consommateurs de surveiller au quotidien leur consommation de gaz naturel sur leur espace en ligne.

Les débuts de Gazpar restent toutefois timides. Avant la véritable phase de déploiement qui sera engagée de 2017 à 2022, environ 150 000 compteurs seront installés d'ici la fin 2016 dans une vingtaine de communes pilotes. Pour GRDF, il s'agit d'un premier test grandeur nature qui permettra peut-être de répondre aux inquiétudes déjà manifestées par certaines municipalités ou associations concernant la protection de la vie privée ou les effets néfastes des ondes.

2016 : une première année « pilote » pour Gazpar…

Lors d'une conférence de presse en date du 9 mars dernier, le gestionnaire du réseau de distribution de gaz GRDF a confirmé le calendrier initialement prévu pour le déploiement de Gazpar, son nouveau compteur intelligent et communicant. 150 000 clients habitant 24 communes de Seine-et-Marne, de Rhône-Alpes ou des Côtes-d'Armor seront équipés en avant-première par les techniciens du distributeur, dans le cadre d'une phase « pilote » qui s'étendra jusqu'à la fin 2016.

Sauf incident majeur, le projet entrera ensuite en phase de déploiement actif à partir de 2017. Cette seconde phase visera à équiper les quelques 11 millions de foyers français raccordés au gaz d'ici 2022. Le projet représente un coût total de plus de 1 milliard d'euros pour le distributeur. Cependant, ce dernier promet un impact neutre sur la facture de gaz. Il évoque même des économies potentielles d'environ « 1,5 % » pour tous les clients qui sauront profiter des fonctionnalités du nouvel appareil, comme le suivi de la consommation accessible directement en ligne sur le site Internet de GRDF.

À l'instar du nouveau compteur Linky pour l'électricité, Gazpar est un compteur « communicant ». Via des ondes radios, il transmet deux fois par jour le détail de la consommation du foyer à un concentrateur local, qui la répercute ensuite au centre de supervision de GRDF. Grâce à ce procédé, le client peut suivre son profil au jour le jour et être facturé au plus près de sa consommation réelle. De son côté, GRDF y voit également un avantage puisqu'il pourra mettre à profit cette manne d'informations pour gérer le réseau de façon plus précise, réactive et intelligente.

….dans un contexte financier favorable pour GRDF

Porté par la baisse de 11 % des tarifs réglementés du gaz en 2015 et par une hausse de 8 % de la consommation, GRDF enregistre pour l'année dernière des résultats financiers très satisfaisants qui permettent de lancer le projet Gazpar sous des augures favorables.

Le chiffre d'affaires du distributeur progresse notamment de 5,7 % et atteint 3,4 milliards d'euros. Le bénéfice net de la filiale d'Engie repasse également dans le vert. Il affiche 71 millions d'euros, là où le même indicateur était déficitaire de 25 millions d'euros en 2014.

Déjà plusieurs polémiques autour du nouvel appareil

Le nouveau compteur Gazpar apparaît, d'ores et déjà, un peu trop intelligent et communicant aux yeux de certains. Le directeur général adjoint de GRDF, Jean Lemaistre, a ainsi rappelé lors de la conférence de presse qu'une douzaine de conseils municipaux – trois fois plus selon les opposants au projet – se sont officiellement prononcés contre l'installation des appareils dans leurs communes.

S'inquiétant notamment des effets potentiels des ondes sur la santé, ces détracteurs allèguent suivre le principe de précaution. En réponse à ces craintes, Jean Lemaistre souligne la « très faible intensité » des ondes par rapport au trafic bien plus massif des téléphones portables. Il indique par ailleurs que l'opposition des élus n'empêchera pas GRDF de procéder aux installations comme prévu. Une position qui promet un bras de fer intéressant dans les années à venir.

De nombreuses voix s'élèvent également concernant la problématique de la protection de la vie privée et notamment de la possibilité de récupération frauduleuse des informations transmises. GRDF s'efforce de répondre à cette crainte en indiquant que les données sont « cryptées depuis le compteur jusqu'au système d'information » du distributeur.

Les consommateurs retournent au gaz

Depuis six ans, les particuliers et professionnels raccordés au réseau de gaz naturel se faisaient sans cesse moins nombreux, notamment en raison de la défection massive des foyers utilisant le gaz pour la seule cuisson.

Cette énergie retrouve enfin des couleurs en 2015. Le distributeur enregistre ainsi 1 610 raccordements nets au cours de l'année écoulée : un bon point pour la filiale d'Engie, qui a pour objectif de séduire 10 000 clients en plus d'ici 2018 par rapport à 2015.

0 note - Soyez le premier à noter
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆