EDF obligé de revendre son électricité nucléaire dès juillet

Ça se précise pour la loi Nome : elle devrait entrer en vigueur dès le 1er juillet de cette année. Mais le prix auquel EDF vendra sa production d’électricité d’origine nucléaire n’a pas encore été établi. Suspense jusqu’au bout pour un tarif lourd de conséquences.

Le ministre de l'Energie Eric Besson vient d'annoncer que les décrets d'application de la loi sur la Nouvelle organisation du marché de l'électricité (Nome) seront publiés dans les trois prochains mois, afin que la réforme soit effective dès le 1er juillet de cette année.
Petit rappel : la loi Nome va obliger le fournisseur d'énergie électrique EDF à vendre jusqu'à un quart de la production de ses centrales nucléaires à ses concurrents (GDF Suez, Poweo, Direct Energie, etc.) à un prix de gros défini par arrêté ministériel.

Lors du 8e colloque sur l'énergie du Club énergie et développement, le ministre a expliqué que son objectif était que les premières livraisons d'électricité nucléaire aux concurrents d'EDF interviennent au plus tôt et dans les meilleures conditions possibles. Un calendrier qui se précise mais toujours pas d'informations sur le fameux prix de rachat de cette électricité d'origine nucléaire. Pourtant, il s'agit du nerf de la guerre. EDF, par la voix de son PDG, Henri Proglio, veut que l'on s'en tienne aux analyses validées par le Parlement et donc au prix de 42 euros par MWh. Le président de GDF Suez, Gérard Mestrallet, plaide lui pour un tarif de 35 euros le MWh, arguant d'un prix de revient de 31 euros le MWh pour EDF.
Philippe de Ladoucette, président de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), a évoqué mardi une fourchette entre 38,5 euros et 42 euros le MWh. Dur combat, semble-t-il, pour les alternatifs face au géant français.

Eric Besson a rappelé avoir confié une mission à l'ancien président de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) Paul Champsaur, épaulé de l'inspecteur des Finances Bruno Durieux et de l'économiste Jacques Percebois, dont il attend le rapport avant le mois de mars.

Reste à savoir quelles seront les conséquences concrètes pour le consommateur sur le prix de l'énergie : sans doute une hausse du tarif de l'électricité. Le groupe public pourrait augmenter les factures des particuliers de 7 à 11 % dès la mise en place de la loi Nome,  "et de 21 à 28 % d'ici à 2015", craint UFC-Que-Choisir. Rappelons qu'EDF a augmenté le prix de l'électricité de 3,4 % en moyenne le 15 août 2010 et de 3 % en janvier 2011, mais qu'il reste encore sous le prix moyen constaté dans l'Europe des 27.

Votre énergie moins chère !

Êtes-vous sûr de payer le bon prix pour l'électricité et le gaz ?
JeChange compare les offres du marché pour vous dénicher le tarif le plus compétitif selon votre consommation.
N'attendez plus, comparez et faites des économies !

Je compare
0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Cette page vous a-t-elle été utile ?

3,7/5 - 6 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆