Compteur Linky : « un grand succès industriel »

Le déploiement du compteur Linky devrait se terminer d'ici fin décembre 2021. Le CRE reconnaît un sans-faute sur ce dernier. On en parle !

  • Publié le

La différence entre le compteur Linky et un compteur classique

Dans les compteurs d’électricité classiques, on distingue deux types : l’électromagnétique, et l’électronique, avec un écran digital. Ils mesurent l’électricité consommée et fournissent aux clients les indices de consommation. Le compteur Linky, dit compteur communicant, est connecté directement au système d’Enedis, par courant porteur et réseau téléphonique. Les données sont alors collectées par le gestionnaire de réseau en un temps record. Ce dernier les communiquent aux fournisseurs d’énergie. Les fournisseurs ont donc les « index réels » de consommation de leurs clients sans qu’un agent ait à se déplacer.

Les consommateurs, quant à eux, ont accès aux informations récoltées via internet. Ils ont, par ce biais, un visu plus précis sur leur consommation et peuvent ainsi se sensibiliser à cette dernière. Le compteur Linky est en capacité, par l’identification de surconsommation éventuelle, de lisser les pics sur le long terme. Le déploiement du compteur Linky, commencé en 2010, devrait prendre fin en décembre 2021.

Compteur électrique classique

Le compteur Linky aide-t-il à réduire la consommation ?

Il est vrai que certaines premières études menées proposaient une économie de consommation entre 10 et 15% avec l’installation d’un compteur Linky, compteur intelligent. En effet, il y a de quoi se poser des questions sur la véracité de cette économie. En revanche, des études plus récentes démontrent quant à elle une véritable baisse de consommation. Cette dernière n’est pas aussi importante que celle communiquée dans les années 2010, mais non négligeable pour autant.

Par exemple, une étude menée en Autriche, dans la ville de Linz, a pris en compte 900 foyers, ayant tous le même fournisseur d’électricité. Après l’installation du compteur Linky, la consommation a été étudiée heure par heure. Cette analyse a pris en compte plusieurs critères, comprenant les saisons, les jours de la semaine et le nombre de personnes vivant dans le foyer. En moyenne, une baisse de 5 % a été notifiée sur une période de onze mois.

Nous pouvons en déduire que le retour en temps réel sur la consommation d’un foyer a incité celui-ci à recycler leurs appareils contre des moins énergivores. Ainsi, cela interpelle les ménages sur leur consommation et ils se sensibilisent à une meilleure conduite, en ajustant leur comportement.

The ConversationLes opposants au compteur intelligent ont tout intérêt à regarder ce type d’études, peut-être changeraient-ils d’avis.

Comment cela se passe si on est contre ?

Plusieurs raisons, fondées ou non, viennent appuyer les refus au compteur Linky

Premièrement, nous retrouvons un questionnement sur le respect de la vie privée. Les consommateurs se demandent qui aura accès aux informations collectées par le compteur Linky. De même, ils veulent savoir ce qui va être fait de ces données. De fait, des théories multiples ont vu le jour, concernant la possibilité de hacker le compteur Linky.

D’autres inquiétudes sont apparues sur les dangers du compteur communicant, concernant notamment la santé. Ces questions se sont portées sur la fréquence et les ondes émises par le compteur Linky. A ce jour, il est pourtant prouvé que ce dernier émet moins d’ondes que certains appareils électroménagers. N’arrivant pas à identifier les avantages de ce dispositif, les consommateurs deviennent alors méfiants.

Le compteur Linky

Des économies pour le gestionnaire de réseau

En effet, pour de nombreux consommateurs, seul le gestionnaire de réseau serait gagnant à l’installation du compteur Linky, ce dernier lui faisant faire des économies. La CRE vient aujourd’hui confirmer cette économie en précisant que « les promesses ont été tenues en termes de délais et de performance du système de comptage évolué. Et le coût final du projet sera inférieur au budget initial. » Il est vrai que le budget maîtrisé fait faire une économie de 700 millions d’euros sur l’enveloppe allouée en premier lieu.

Refuser l’installation du compteur Linky pourrait revenir cher aux réfractaires

Près de 34 millions de compteurs devraient couvrir l’ensemble du parc d’ici la fin de l’année, soit environ 90 % de ce dernier. Le projet de déploiement du compteur Linky compte un investissement d’environ 3,5 milliards d’euros. Le gestionnaire de réseau entend finaliser les 10 % restants en déploiement diffus. Les installations du compteur Linky devraient atteindre les 850 000 par an contre 8 millions en période forte.

La CRE appuie de nouveau le projet en expliquant que « les interventions de pose se sont globalement bien déroulées avec un taux de réintervention inférieur à 1 % ». Ces données ne concernent que les dernières années, mais « le taux de réclamation est stabilisé à 0,7 % », toujours selon la CRE.

De fait, le gestionnaire estime que, après 2025, les consommateurs qui n’auront pas le compteur Linky auront fait le choix de ne pas être équipés. Quelques cas isolés restent liés cependant à une impossibilité technique. Autrement dit, si vous choisissez de ne pas installer le compteur Linky, la relève du compteur vous sera facturée. Un montant a été évoqué et serait de 5,33 euros par mois soit environ 64 € par an. Ce montant supplémentaire vous sera donc facturé tous les ans, et la facture pourrait donc bien vite grimper.

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.6/5 - 12 avis