Les clés pour sortir gagnant d'un rachat de crédits

L'endettement excessif d'un foyer est un phénomène qui peut se déclarer d'une façon assez insidieuse et sans que les principaux intéressés s'en rendent nécessairement compte au départ : le remboursement d'un prêt contracté pour la réalisation de travaux dans la maison, auquel s'ajoute rapidement un crédit auto non prévu suite à la panne du véhicule familial ou encore un crédit renouvelable lié à une difficulté de trésorerie, sont autant de facteurs qui peuvent faire exploser le taux d'endettement du ménage. 

  • Publié le 26/04/2011 (mis à jour le 15/08/2017)
  • Écrit par
Le regroupement de crédits à la consommation
Si un rachat de vos crédits à la consommation peut vous permettre de mieux respirer financièrement, méfiez-vous tout de même de l'allongement de la durée de remboursement qu'une telle opération entraîne !
Comparez les meilleures offres de rachat de crédit de nos partenaires !

De nombreux organismes financiers se proposent d'assainir la situation en proposant un rachat de vos crédits à la consommation, pour vous offrir une mensualité globale moins élevée.

Attention toutefois : le regroupement de crédits vous redonne certes un peu d'oxygène tous les mois, mais tend à allonger les durées de remboursement et le montant total des intérêts à payer.

Qu'est-ce qu'un regroupement de crédits conso  ?

Dans le cadre d'un regroupement (ou « rachat ») de crédits à la consommation, un organisme de crédit accepte de rembourser par anticipation tous les crédits contractés par l'emprunteur. Ce dernier n'a plus alors qu'à rembourser une seule mensualité auprès de ce nouveau créancier. Le montant de la nouvelle échéance mensuelle est déterminé en fonction d'un nouveau taux d'intérêt unique, fixe ou variable. En tout état de cause, le montant payé ne pourra aboutir à un taux d'endettement supérieur au seuil accepté (33 %).

Le nouveau crédit regroupé permet généralement d'obtenir un taux d'intérêt moyen plus bas (notamment si des crédits très chers comme le crédit renouvelable sont concernés), et donc une mensualité totale moins étouffante pour le foyer. Cela se traduit mécaniquement par une durée de remboursement étalée et plus longue, qui ne peut dans la plupart des cas dépasser une durée maximale de douze ans. Des exceptions à cette règle existent toutefois : des garanties supplémentaires seront alors exigées auprès de l'emprunteur (hypothèque, caution solidaire…).

À noter que le regroupement de crédits peut concerner tout ou seulement une partie des crédits à la consommation d'un particulier, selon ses souhaits, voire même un seul crédit. Certains montages permettent aussi de regrouper les différents crédits à la consommation dans le capital restant dû du crédit immobilier, lequel est alors racheté, et ce afin d'étaler les paiements.

Quels types de crédits peuvent être regroupés ?

Les crédits éligibles à un regroupement appartiennent à l'ensemble de la famille des crédits à la consommation :

  • Tous les crédits à la consommation, dont la souscription était liée à un usage particulier (achat d'une voiture, d'une moto, financement de travaux, de vacances...). Cela inclut les microcrédits personnels.
  • Les prêts personnels, sans usage affecté de la somme, peuvent bien sûr aussi être intégrés dans l'opération de regroupement.
  • Les crédits renouvelables, en raison de leurs taux élevés, sont fréquemment concernés par les demandes de rachat.
  • Les prêts étudiants, qui sont techniquement considérés comme des crédits à la consommation, peuvent enfin être concernés eux aussi.

Comment procéder ?

À moins d'être orienté vers cette solution par son conseiller bancaire ou encore la commission de surendettement, il appartient à l'emprunteur de solliciter un rendez-vous auprès de l'un des organismes spécialistes du rachat de crédits. Il aura soin de rassembler l'intégralité des pièces concernant ses crédits en cours (échéanciers, taux d'intérêt, capital restant dû) et sa situation personnelle (fiches de paie ou autre justificatifs de revenu, notamment).

L'organisme de crédit procédera à une étude attentive du dossier, afin notamment de cerner le profil de l'emprunteur et de comprendre les raisons ayant mené à son endettement excessif. S'il estime le profil à risque, l'organisme peut conditionner son accord au fait que la mensualité soit prélevée directement sur le salaire de l'intéressé. À noter que ce cas de figure reste relativement rare, et fait notamment suite à un rachat de crédit consenti par l'employeur de l'emprunteur, ou encore après une décision de justice allant dans ce sens.

Exemple

Un couple de jeunes trentenaires se présente auprès d'un organisme de regroupement de crédits avec le dossier suivant :

  • Un prêt automobile contracté à 4,6 %, pour un montant restant dû de 7 800 € et des mensualités de 300 €.
  • Deux prêts personnels contractés successivement, l'un à 6,30 % pour le financement de travaux dans la maison et l'autre à 6,70 % pour l'achat d'un nouveau réfrigérateur. Le capital restant dû s'élève au total à 9 700 €, pour une double mensualité de 300 et 75 €.
  • Le crédit renouvelable d'une grande surface a enfin été utilisé ponctuellement pour un besoin de trésorerie : il reste 1 000 € à rembourser, au taux de 17,50 % et avec une mensualité de 150 €.

Logés à titre gratuit, les deux conjoints gagnent 1 650 € par mois et les mensualités cumulées (825 €) les endettent donc à hauteur de 50 % de leurs revenus. Ce taux d'endettement est nettement supérieur au maximum généralement toléré par les banques, qui est de 33 %.

L'organisme contacté rachète l'ensemble de leurs crédits et leur propose un nouvel emprunt global pour la somme due, qui s'élève à 18 500 €, à un taux de 9,90 % pendant sept ans. Les nouvelles mensualités ne s'élèvent plus qu'à 306,17 €, soit un gain très significatif de pouvoir d'achat.

Un outil simple, efficace et pratique pour se désendetter...

Le regroupement de crédits à la consommation peut représenter une voie véritablement salvatrice pour éviter à de nombreux foyers de tomber dans le surendettement. Grâce à la baisse significative de la mensualité totale, l'emprunteur récupère un argent précieux qui lui servira à mieux vivre au quotidien. L'opération peut même être réalisée à titre préventif, et notamment lorsque l'emprunteur anticipe une baisse significative de ses revenus (mise à la retraite, transition professionnelle...).

À lire : le guide du crédit renouvelable

Par ailleurs le regroupement se révèle d'autant plus avantageux que les taux contractés dans les crédits rachetés sont élevés. Les foyers souffrant du remboursement de crédits renouvelables pour des montants très importants doivent impérativement envisager cette démarche avant que la situation ne devienne critique.

...au détriment du coût global du crédit

Attention toutefois : en fusionnant tous les crédits précédents au sein d'un seul capital à rembourser, le regroupement de crédits a aussi pour effet d'allonger, parfois de façon considérable, la durée de remboursement. En admettant par exemple qu'un petit crédit consommation pour l'achat d'un micro-ondes devait s'achever trois mois plus tard, le fait de l'intégrer dans le rachat va l'étaler sur toute la durée de l'opération (qui peut atteindre jusqu'à douze ans !).

Pour cette raison, il est essentiel de bien calibrer le périmètre du regroupement : pour éviter de traîner avec vous pendant des années le remboursement d'un bien de consommation courant, étudiez donc la possibilité de continuer à régler certaines échéances à part. Il s'agit d'un effort supplémentaire et temporaire, puisque vous paierez pendant un temps l'échéance du crédit regroupé et celle des autres emprunts non concernés, mais vous y gagnerez en ne payant pas des intérêts excessifs sur ces petites sommes.

Quid de la restructuration ?

Il arrive souvent qu'un ménage souhaitant opérer un regroupement de ses différents crédits ait besoin de repartir sur des bases financières durablement assainies. Dans ce cas, l'établissement bancaire peut proposer à son client d'orchestrer une « restructuration » des prêts en question, selon un principe simple.

L'organisme prêteur, en sus de procéder au rachat des différents crédits, peut proposer à l'emprunteur de mettre en place tout ou partie des mesures suivantes :

« Dans le cadre d'une telle restructuration, ces diverses mesures mises sur pied devraient alors vous permettre d'assainir vos finances personnelles de manière durable mais également de prévenir tout risque de rechuter dans la spirale du surendettement », note Jérôme Krausz, Expert Banque & Crédit chez jechange.

2 commentaires 1 note - Réagissez à votre tour
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Roll  -  Le 19 janvier 2015 à 13h23

★ ★ ★ ★ ★

Bonjour,voila mon conjoint a deux crédits.1crédit voiture et un consomations.Ont arrives toujours a payer un mais pas l autre .Ont a fait des demandes de rachats de crédits et ont nous dit toujours non car ils nous restere pas assez pour vivre.Lorsque la banque nous a fait le pret voiture elle la fait au nom de mon conjoint alors que nous avions un compte commun et lui a fait un crédit consomations aussi a son nom.Les rachats de crédits prennent nos deux revenus sachant que je n ai que des allocations familiales.Sachant aussi que nous ne sommes pas marié donc 2 noms different.Que doit on faires.

JeChange  -  Le 23 janvier 2015 à 10h26

Bonjour,
 
Pour déterminer votre capacité d’emprunt, l’établissement va se baser sur les revenus qu’il peut légitimement prendre en compte et les allocations familiales en font partie dans la mesure où l’age de vos enfants  au moment de votre demande garantit leur versement pendant toute la durée du prêt à souscrire.
Vous soulevez toutefois un point intéressant, celui du « reste à vivre ».
 
En effet les « fameux » 33 % de taux d’endettement comme un maximum sont à pondérer avec un « reste à vivre » par personne qui doit être de l’ordre de 800 euros  + 300 euros/ personne supplémentaire au foyer (ces montants sont indicatifs car chaque banque a ses règles).
Par exemple une personne célibataire sans enfant gagnant 1100 euros nets pourrait prétendre à une capacité d’endettement de 360 euros (loyer + remboursement crédits ) selon la règle des 33 % or cette capacité serait ramenée à 300 afin de tenir compte d’un reste à vivre minimal raisonnable.
A l’inverse un ménage disposant de revenus très importants pourra être endetté à plus de 33 % car son reste à vivre sera conséquent.
 
Cordialement,