Les interdictions de 2022 : ce qui va changer pour votre chauffage

Interdiction de mode de chauffage due à une démarche de transition écologique. Une volonté de faire baisser la consommation d'énergies fossiles. Dès le premier juillet 2022, seul l'entretien des chaudières fioul sera validé. Aucune nouvelle installation ne sera possible concernant ce mode de chauffage, pas même pour un remplacement.

  • Publié le

Une interdiction de nouvelles installations de chaudières au fioul

L’interdiction des chaudières fioul devait avoir lieu dès janvier 2022 et a été repoussée pour juillet. Cette loi ne concerne cependant que les nouvelles installations, qu’elles soient sur du neuf ou du renouvellement. Si votre chaudière au fioul est fonctionnelle, vous pourrez donc la conserver. L’interdiction aux chaudières au fioul fait prévoir la fin de ce type de chauffage pour 2028.

Différents types de chaudières au fioul

Standard

Le fioul est stocké dans un réservoir. Il est brûlé pour chauffer l’eau du chauffage central. La cuve peut être enterrée ou remisée dans une pièce bien aérée. Elle est aujourd’hui concurrencée par les chaudières au gaz ou au bois.

A condensation

Celle-ci utilise la vapeur d’eau créée par la combustion du fioul et la réinjecte dans le circuit. Cela permet une économie de carburant.

Poêle à bois

Par quoi la remplacer ?

  • Chaudière gaz à condensation
  • Chaudière biomasse. En fait, elle fonctionne comme un appareil de combustion au fioul ou au gaz. Ce qui change est le combustible. Il s’agit du bois et de ses sous-produits (sciure, écorce) et les résidus organiques (paille, coques de fruits…). Elle peut être en alimentation automatique avec l’ajout d’un silo, ou manuelle, rechargée par l’utilisateur. Elle a pour avantages de faibles émissions de CO2, un combustible moins cher et est compatible avec un circuit de chauffage central. Le prix de la chaudière et de son installation en revanche est un inconvénient.
  • Pompe à chaleur. Elle fonctionne de plusieurs façons : elle peut être à air, à eau ou géothermique. Elle a pour avantages d’être à faible consommation et est éligible aux aides de l’Etat. En revanche, l’unité extérieure est bruyante et ses performances varient en fonction des températures. Le coût est aussi un inconvénient.
  • Le chauffage électrique. Moins coûteux à l’installation et sans rejet de gaz à effet de serre, il est néanmoins peu écologique, car il est souvent question de centrales électriques à hydrocarbures, et très énergivore, ce qui se répercute sur le prix de la consommation, soit votre facture.

Vous cherchez le meilleur fournisseur d’électricité ?

Faites une simulation sur notre nouvel outil de comparaison 100% personnalisé.

40 fournisseurs comparés en moins de 5 min !

Commencez ma simulation

Vers la fin du chauffage au gaz ?

Selon une annonce de Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, la fin du chauffage gaz serait prévue pour l’été 2021.

Qu’en est-il réellement ? Que faut-il en retenir ?

Barbara Pompili a fait couler de l’encre lors de ses annonces sur la fin du chauffage gaz durant la RE2020 (réglementation énergétique). « On a fait le choix de ne pas favoriser le gaz comme cela a été le cas pendant longtemps parce que le gaz est une énergie qui émet des gaz à effet de serre » a-t-elle expliqué avant de confirmer que les annonces faites sur le RE2020 « seront suivies d’effets sur lesquels on ne reviendra pas ».

Dès cet été 2021, il y aura une interdiction d’installation de chaudières gaz dans les nouvelles constructions de maisons individuelles. Il faudra attendre au moins 2025 pour que les bâtiments collectifs soient touchés par cette réforme.

On peut prévoir une disparition du chauffage gaz d’ici 2050. En revanche, contrairement au fioul, vous n’avez aucune restriction concrète sur son utilisation. L’interdiction des chaudières au gaz ne concerne que les nouvelles constructions, et une installation sera toujours possible dans une maison « ancienne ».

Chaudière à gaz

L’impact de l’interdiction des chaudières au gaz

Le gaz naturel est un combustible fossile. Tendre vers le biogaz serait une solution, mais elle demande un temps d’adaptation malgré l’urgence. Comme rien n’indique que le gaz prendra la route de l’énergie verte dans son intégralité, il n’est pas impossible de le voir sur le long terme rejoindre le fioul, considéré comme une énergie de chauffage obsolète.

Impact sur le BTP (Bâtiment et travaux publics)

Avec des normes de plus en plus strictes, les équipes restent à former de façon plus globale sur les installations alternatives. D’après les professionnels, l’utilisation du chauffage au gaz dans du neuf sera quasi impossible dès 2024.

Impact sur le marché de l’énergie

Le nombre de clients au gaz va chuter. Après l’utilisation de ce dernier pour le chauffage et ou l’eau chaude, il ne reste plus que la cuisson. Il y a dès lors moins d’avantages à souscrire à une offre. Moins de contrat revient donc à une hausse du prix, ce qui inciterait encore plus à changer de mode de chauffage.

Le marché de la pompe à chaleur, quant à lui, est en hausse et risque de connaître une envolée. Le prix d’une installation est plus élevé que celui d’une chaudière à gaz, mais moins coûteux qu’une chaudière à granulés de bois.

En attendant…

Puisque rien n’est joué concernant le gaz, si vous en êtes utilisateur, vous pouvez commencer à faire des économies en regardant si votre offre est la meilleure du marché. N’hésitez pas à vous faire rappeler par un expert JeChange pour faire le point sur votre facture. Gagnez du temps et de l’argent en une seule communication avec un conseiller qui se met à votre disposition pour vous dénicher gratuitement le plus adapté à vos besoins.

icone-idee Comparez et faites des économies !


Comparez les tarifs des différents fournisseurs d’énergie et faites jusqu’à 300€ d’économie par an
Votre conseiller JeChange s’occupe de tout gratuitement !

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.5/5 - 4 avis