Le prix de l’électricité devrait augmenter de 2,4% au 1er février

Cette hausse se traduit par une augmentation de 21 euros sur la facture annuelle d'électricité des Français.

  • Publié le

Les particuliers et les petits professionnels seraient les plus touchés par la proposition de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) d’augmenter les tarifs réglementés de vente de l’électricité (TRV) de 2,4% TTC.

Si cette proposition est acceptée par le gouvernement, la hausse sera effective à compter du 1er février 2020.

Une éventuelle hausse de la facture d’électricité, mais pourquoi ?

Selon un projet de décision transmis pour avis au Conseil Supérieur de l’Energie (CSE) et consulté par l’Agence France-Presse, les TRV de l’électricité (tarifs bleus résidentiels et ceux applicables aux petits professionnels), devraient augmenter de 2,4% au 1er février. Quelles sont les raisons de cette éventuelle hausse ?

Cette augmentation est due à deux facteurs. Le premier : l’augmentation des coûts d’approvisionnement sur le marché du gros. Le deuxième : le rattrapage de l’écart qui existe depuis 2 ans, entre le coût de l’électricité et les tarifs appliqués en France.

L’augmentation des coûts d’approvisionnement sur le marché du gros

L’augmentation des coûts d’approvisionnement s’explique en grande partie par la mise en place de la loi ARENH (Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique).

Cette loi, qui garantit un accès équitable à tous les fournisseurs d’électricité sur le marché de l’énergie, oblige EDF à vendre l’équivalent de 100 TWh / an par fournisseur à un prix compétitif de 42 euros / MWH.

Problème majeur : la demande estimée pour 2020 par les fournisseurs dépasse les limites fixées par l’ARENH.

Face à cette situation, le gouvernement souhaite augmenter le plafond de 100 à 150 TWh. Cependant, cette augmentation de la demande en énergie nucléaire entraîne un surcoût pour EDF qui conduit, en même temps, à une hausse du prix de l’électricité.

Le rattrapage de l’écart entre le coût de l’électricité et les tarifs appliqués

Après la crise des « gilets jaunes », le gouvernement a décidé que l’augmentation des tarifs d’électricité qui devait être lancée en février 2019 serait décalée au mois de juin.

Ensuite, le 1er juin 2019, les Français ont subi une hausse de 5,9% des tarifs réglementés. Aujourd’hui, le gouvernement doit essayer de rattraper le retard avec une nouvelle augmentation.

A cet égard, le ministère de la Transition écologique a affirmé que « ce décalage doit à présent être rattrapé pour couvrir les coûts de fourniture ».

Une hausse de 21 euros sur la facture d’électricité

Mais comment se traduit ce pourcentage dans la facture des Français ?

Concrètement, cette hausse devrait se traduire par une augmentation de 21 euros sur la facture annuelle de ménages.

Qui sera touché par la mesure ? En premier lieu, tous les clients abonnés au tarif bleu d’EDF seront confrontés à cette augmentation. Après eux, les personnes ayant souscrit une offre indexée auprès d’un fournisseur alternatif.

Un appel à la prudence s’impose néanmoins, car le gouvernement dispose de trois mois pour appliquer l’augmentation. Cela signifie qu’il est possible que cette hausse soit appliquée en avril 2020 et non en février 2020. Dans tous les cas, il ne reste plus qu’à attendre la décision des autorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4/5 - 1853 avis