Enercoop vise 150 000 clients à l'horizon 2020

Fort d'une récente levée de fonds réussie, le premier fournisseur coopératif d'électricité en France entend séduire toujours plus de clients, en dépit d'offres environ 15 % plus chères que celles réglementées.

Hôtel de ville de Lille
Bien qu'essentiellement orienté vers les particuliers, Enercoop n'en compte pas moins de belles « prises » professionnelles parmi sa clientèle, à l'instar de la mairie de Lille.

Avec ses 35 000 clients et un chiffre d'affaires estimé à 25 millions d'euros en 2015, Enercoop fait figure de petit poucet parmi les fournisseurs alternatifs d'électricité. Présente sur le marché depuis 2005, l'entreprise séduit toutefois un nombre croissant de consommateurs, y compris chez les collectivités territoriales et les grands groupes. Son modèle économique coopératif, fondé sur la fourniture d'une énergie 100 % renouvelable via des contrats directs passés avec les producteurs, séduit désormais bien au-delà du militant écologiste convaincu et gagne du terrain.

Forte d'une récente levée de fonds de plusieurs millions d'euros, Enercoop se montre optimiste pour l'avenir et prévoit, selon un récent communiqué de presse, de quadrupler sa base clientèle d'ici 2020 !

Enercoop se donne les moyens de ses ambitions

Le premier fournisseur coopératif d'électricité en France, qui vient de fêter son dixième anniversaire en 2015, souhaite aujourd'hui entrer dans une nouvelle phase de développement plus rapide et augmenter sa visibilité. En témoigne un objectif commercial particulièrement ambitieux : Enercoop vise 150 000 clients à l'horizon 2020, soit quatre fois plus que son portefeuille actuel ! Même s'il réalise ce tour de force, notons que le fournisseur restera un poids plume du secteur de l'électricité, et ne représentera alors que 0,5 % environ des parts de marché. À titre de comparaison, Direct Energie vient déjà de dépasser la barre des 1,5 million de clients à la fin 2015.

Pour financer son développement, le réseau Enercoop a organisé une nouvelle levée de fonds d'octobre à décembre 2015. L'opération a été un succès, et a permis au fournisseur de collecter la somme rondelette de 3,2 millions d'euros : une performance qui porte le capital de la société à 9,5 millions d'euros, répartis entre 20 000 sociétaires.

Enercoop devrait investir en priorité dans le renouvellement de son système d'information vieillissant : un prérequis indispensable pour proposer ses services à un plus grand nombre de foyers. Surtout, les neuf coopératives régionales existantes devraient être rejointes par de nouvelles entités pour compléter la couverture du territoire. Le statut privilégié sera toujours celui de la société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), qui a pour particularité d'associer à sa gouvernance « l'ensemble des parties prenantes » (clients, producteurs, salariés du fournisseur, collectivités publiques…).

Le fournisseur entend séduire toujours plus de particuliers…

Jusqu'à présent, Enercoop a surtout assuré sa croissance auprès d'une clientèle de particuliers, lesquels représentent à l'heure actuelle 90 % de son activité. Les clients d'Enercoop sont typiquement des écologistes convaincus ou au moins des citoyens sensibilisés à la cause environnementale, prêts à payer leur électricité plus cher – environ 15 % de plus que les TRV – pour honorer leurs convictions. L'augmentation prévisible des tarifs réglementés dans les prochaines années devrait cependant jouer en faveur d'Enercoop, et augmenter le nombre de clients potentiellement attirés par ses offres.

…mais mise surtout sur une clientèle professionnelle

Comme de nombreux autres fournisseurs alternatifs, l'entreprise considère par ailleurs la fin des TRV de l'électricité pour les gros consommateurs professionnels comme une véritable opportunité – tarifs « verts » et « jaunes ». Depuis le 1er janvier 2016, les clients disposant d'un compteur d'une puissance supérieure à 36 kVA doivent en effet renoncer aux tarifs réglementés et choisir obligatoirement une offre de marché chez le fournisseur de leur choix. Dans son communiqué, Enercoop note que 63 192 professionnels (sur un total de 468 000 sites) ne s'étaient pas encore acquittés de cette obligation au 17 mars 2016, et se trouvaient donc toujours en situation de transition.

Le petit fournisseur, en raison de son identité et de son engagement militant en faveur des énergies renouvelables, a toutes les cartes en main pour séduire des entreprises en quête d'une certaine respectabilité environnementale. Depuis le début de l'année, Enercoop revendique ainsi la conquête de 400 entreprises et collectivités, dont quelques noms prestigieux comme la mairie de Lille, Chronopost ou encore la Fondation de France. D'autres contrats de grande envergure ne sont pas à exclure dans les mois à venir.

Vers une diversification des contrats d'approvisionnement

Les années 2016 et 2017 seront marquées par l'expiration de certains « contrats d'obligation d'achat » : ces accords, prévus par le code de l'énergie, imposent à EDF et aux entreprises locales de distribution (ELD) d'acheter une quantité minimale d'électricité d'origine renouvelable auprès des sites de production. Enercoop compte bien profiter de cette opportunité pour racheter une partie des capacités de production libérées par la fin de ces contrats, et veut se donner ainsi les moyens de « satisfaire la demande générée par ses futurs clients ».

Vous déménagez ?

Laissez JeChange se charger de la souscription et résiliation de vos contrats d'énergie, vous êtes bien trop occupé pour ça ! Nos conseillers vous guident parmi les meilleures offres du marché. Choisissez celle qui vous convient et emménagez la tête reposée !

Rappel gratuit
0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Soyez le premier à noter !

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆