Rénovation énergétique : ces aides qui baissent au premier mai

Le dispositif des certificats d'économies d'énergie subit une baisse, et cela joue sur le montant des primes de rénovation énergétique.

  • Publié le

Rénovation énergétique : les aides liées aux certificats d’énergie baissent

Dans le contexte actuel, il est légitime de se poser des questions sur la baisse de certaines aides à la rénovation énergétique. Les prix de l’énergie flambent, la situation dans le monde de l’énergie est instable. De plus, on parle de la transition énergétique. Dans le même temps, l’Etat fait donc la chasse aux passoires thermiques. Pour ce faire, des aides et des primes étaient mises en place pour aider les foyers à faire le nécessaire.

La journaliste Sandrine Feydel, invitée au journal de France 3, donnait quelques explications. C’est au niveau des certificats d’économie d’énergie (CEE) que les montants baissent. Soit, il s’agit d’un « mécanisme qui oblige les fournisseurs à financer des opérations de réduction de la consommation énergétique pour les particuliers ». En moyenne, ces primes baisseront de 32 % en ce qui concerne l’isolation des planchers, de 58 % pour celle des murs, et de 26 % pour l’isolation des toitures et terrasses. Ces chiffres sont issus d’une publication de Hellio, spécialiste en maîtrise de l’énergie.

Si le gouvernement a décidé de baisser le montant de ces primes, les entreprises du secteur s’inquiètent du report voire de l’annulation des travaux par les propriétaires.

Jusque-là, les fournisseurs d’énergie avaient l’obligation de financer les travaux d’isolation thermique ou bien l’installation de chauffage plus performant.

La responsable des affaires publiques du groupe Hellio, Marina Offel, explique que c’est « une baisse paradoxale. Elle intervient au moment où la maîtrise de l’énergie n’a jamais été aussi cruciale pour lutter contre la précarité, le réchauffement climatique et la hausse des prix de l’énergie« .

bilan Anah 2015

Pourquoi cette baisse dans les primes de rénovation énergétique ?

Les certificats d’économie d’énergie représentent un dispositif complexe, mis en place en 2006. Les fournisseurs d’énergie tels que EDF, Engie, ou bien TotalEnergies par exemple, sont dans l’obligation de financer une partie des travaux de rénovation énergétique. En échange, ils rachètent les certificats d’économie d’énergie aux particuliers chez lesquels ils réalisent les travaux. Si les fournisseurs ne remplissent pas les objectifs fixés par l’Etat, ils reçoivent une amende financière en contrepartie. Mais alors, comment ça se passe ?

Les fournisseurs peuvent donc proposer des aides financières aux particuliers faisant des travaux de rénovation énergétique. Pour ce faire, l’aide peut être déclinée sous plusieurs formes : bons d’achats, prime, réduction, etc. Contre ces aides, ils reçoivent des certificats d’économie d’énergie et les remettent à l’Etat.

Pour bénéficier des aides, il vous faut accepter l’offre de votre fournisseur concernant les travaux à réaliser. Ensuite, vous devez faire appel à un professionnel certifié RGE (garant de l’environnement). Une fois le devis signé et les travaux réalisés, vous faites parvenir les justificatifs au fournisseur afin qu’il vous fasse bénéficier de la prime.

Le montant de l’aide, revue de façon régulière par l’Etat, varie selon les fournisseurs d’énergie. De même, cette variation se fait en fonction de la nature de vos travaux et de l’ampleur des économies réalisées sur vos revenus.

Certains fournisseurs proposent de vous faire une simulation sur le montant d’aide auquel vous pourriez prétendre.

En réduisant ces primes, le gouvernement a pour objectif de toucher un plus grand nombre de ménages, mais avec la même enveloppe budgétaire. Les entreprises et associations redoutent que les propriétaires soient plus frileux sur les travaux, car la baisse des aides va automatiquement faire grimper leur facture.

Certains fournisseurs ont acheté plus de certificats que prévu

Le ministère de la transition énergétique explique sur son site que les CEE représentent « l’un des principaux instruments de la politique de maîtrise de la demande énergétique ». Si les fournisseurs remplissent le contrat, ils reçoivent des certificats, sinon, l’Etat peut prononcer des sanctions.

Marina Offel estime que « l’Etat a en effet choisi de réduire drastiquement les aides à l’isolation thermique des logements pour contrer les arnaques à un euro. Cela est dommageable pour les ménages qui financeront moins bien les projets de rénovation de leur logement, mais aussi pour la filière professionnelle qui s’est structurée pour répondre à la demande, aujourd’hui en pleine crise ».

En revanche, durant les dernières années, certains fournisseurs ont acheté plus de CEE que prévu. Le porte-parole de l’initiative « Rénovons ! » explique que ces derniers « peuvent donc se permettre de ralentir un peu le rythme tout en restant dans les objectifs fixés par le gouvernement ».

passeport rénovation énergétique

Rénovation énergétique, tout n’est pas perdu : certaines aides augmentent !

Sandrine Feydel creuse un peu plus le sujet et explique que d’autres aides en revanche augmentent. En effet, c’est le cas de MaPrimeRénov’ qui s’est vue gonfler d’un bonus de 1000 €. En revanche, celle-ci concerne le chauffage. La journaliste note que « améliorer son chauffage quand le reste de la maison n’est pas bien isolé n’est pas très efficace. Ni pour les économies d’énergie, ni pour la lutte contre le réchauffement climatique ».

Les chiffres de Hellio montrent que, pour un budget de 20 000 € de travaux de rénovation énergétique dans une maison de 100 m², le reste à charge s’élèvera à 9500 € en 2022. En mars 2020, il aurait été de 1750 €. Le gouvernement quant à lui estime que « le parc a déjà été bien rénové ces dernières années ».

« C’est une situation regrettable. Pour les conséquences, on va avoir une augmentation du reste à charge pour les ménages, particulièrement les plus modestes en situation de précarité énergétique. Deuxième conséquence, il est observé une baisse des travaux ou une mise à l’arrêt des chantiers de rénovation », déplore Isabelle Gasquet, responsable de projet au Réseau pour la transition énergétique.

Peut-on espérer une réduction du reste à charge pour les ménages ?

Certaines aides sont cumulables. Nadine Ondel, experte dans une société de rénovation explique que « ce qui peut être intéressant, c’est de chercher avec les particuliers d’autres aides. Puisque dans les départements et les régions, certaines aides peuvent se cumuler avec les certificats d’économie d’énergie ». Par ailleurs, ne pas hésitez à profiter des dispositifs financiers.

Les experts du secteur estiment que pour redonner un nouveau souffle aux rimes, il faudrait augmenter les objectifs de l’Etat sur les CEE. Actuellement, il s’agit d’une piste privilégiée du ministère du logement. Ce sera donc au nouveau gouvernement de décider ce qu’il en est.

Comparez & économisez sur votre facture d’énergie !

JeChange vous conseille et vous oriente vers l’offre la plus adaptée à vos besoins et s’occupe de tout gratuitement.

Appelez directement le : 01 88 85 13 51 Coût d’un appel local

 
 

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.6/5 - 9 avis