La renégociation d'un crédit immobilier

Alors que le marché de l'emprunt frôle un plus-bas historique, il peut être tentant de vouloir renégocier à la baisse le taux d'intérêt de son prêt immobilier. Découvrez les principes de base d'une renégociation réussie et décrochez un taux moindre auprès de votre établissement bancaire en suivant le guide !

La renégociation d'un crédit immobilier
Contrairement à un rachat de crédit immobilier, une renégociation de votre taux n'entraîne pas le paiement d'Indemnités de Remboursement Anticipé.

À lire également :

  1. Racheter un crédit immobilier
  2. Vaut-il mieux racheter ou renégocier son crédit immobilier ?

Constatant la baisse vertigineuse des taux d'intérêt accordés aux emprunteurs pour les nouveaux crédits immobiliers, les foyers qui ont accédé à la propriété il y a plusieurs années et dans des conditions moins avantageuses se ruent logiquement au guichet des grandes banques, pour obtenir un rachat de crédit et un nouveau taux d'intérêt plus bas.

Cependant, il peut aussi s'avérer intéressant de sonder votre propre banque sur la possibilité de renégocier le taux du crédit. Un privilège rarement accordé, certes, mais qui a le mérite de la simplicité et ne vous contraint pas à changer d'établissement bancaire.

L'essentiel à savoir sur la renégociation de crédit

Renégociation de crédit : comment ça marche ?

La renégociation d'un crédit immobilier n'obéit, au départ, à aucun formalisme particulier. Il s'agit, pour l'emprunteur, d'obtenir de son banquier qu'un nouveau taux d'intérêt plus avantageux soit appliqué à son crédit en cours. Plutôt que l'envoi d'un courrier, qui risque de rester sans réponse, le client sera donc bien avisé de prendre rendez-vous avec son conseiller habituel et de préparer l'entretien avec beaucoup de soin, en rassemblant les documents relatifs à son crédit (échéancier actuel, montant total emprunté, capital restant dû…).

En cas d'accord de la banque, la renégociation du crédit immobilier consiste en fait, d'un point de vue technique, à établir un avenant au contrat de prêt initial, spécifiant, au-delà d'un taux d'intérêt négocié à la baisse, des mensualités moins importantes. La durée du prêt, quant à elle, n'a que très peu de chances d'être renégociée ; en effet, des garanties d'une durée spécifique ont été conclues avec cet emprunt. 

Une faveur commerciale rarement accordée

Le premier rendez-vous avec le conseiller clientèle suffit à doucher les espoirs d'une grande majorité de clients, qui font face la plupart du temps à une fin de non-recevoir quant à une possible renégociation de leur crédit.

Cette décision peut se comprendre dans la mesure où les banques n'ont aucun intérêt à consentir à l'opération : il s'agit d'une grosse faveur commerciale, puisque l'établissement doit renoncer volontairement à toucher une grande partie des intérêts qui lui étaient dus et doit par conséquent rogner sur ses marges. À cela s'ajoute la difficulté que la banque, lorsqu'elle avait accordé le crédit immobilier plusieurs années auparavant, avait dû elle-même emprunter la somme sur les marchés, au taux de l'époque. Dans ces conditions, le fait d'accepter la renégociation du crédit avec un différentiel de taux important revient, pour la banque, à financer à perte le bien immobilier de l'emprunteur, et son refus est inévitable.

Pour obtenir un accord dans ces conditions, il convient de présenter le profil d'un bon ou même d'un très bon client, que la banque n'est pas prête à laisser partir.

Le saviez-vous ?

Renégocier le taux de son crédit immobilier peut obliger l'emprunteur à revoir les termes initiaux de son assurance emprunteur, et généralement à répondre à un nouveau questionnaire médical de prêt. C'est principalement le cas dans le cadre d'une aggravation du risque, liée par exemple à une augmentation de la durée de remboursement du prêt.

Des frais bien moindres que pour un rachat et toujours négociables

Une renégociation de crédit déclenche des frais moindres qu'un rachat par un établissement concurrent. 

Contrairement à nombre d'idées reçues, dans le cadre d'une renégociation du taux de votre crédit immobilier, et à la différence d'un rachat de crédit,  votre établissement bancaire ne peut exiger de vous le paiement d'indemnités de remboursement anticipé (IRA).

De même, vous ne serez pas amené à acquitter des frais de garanties. En revanche, l'établissement bancaire peut conditionner la renégociation du crédit au règlement de frais de dossier (frais d'avenant) d'un montant forfaitaire ou proportionnel aux montants en jeu.

Les principes de base d'une bonne renégociation

Comment maximiser ses chances d'obtenir une renégociation du crédit ?

Comme son nom l'indique fort justement, la renégociation d'un crédit immobilier est avant tout… une négociation. Convaincre le banquier n'a rien d'une tâche évidente, mais plusieurs astuces permettront de faire pencher un peu plus la balance en votre faveur.

  • Il est fortement recommandé d'avoir déjà démarché plusieurs banques concurrentes avant le jour du rendez-vous auprès de votre conseiller, voire même d'avoir sollicité un courtier en crédit immobilier. Vous arriverez ainsi avec, sous le bras, un comparatif d'offres de rachat de crédit crédibles et compétitives. Il s'agit d'un argument solide dans le cadre de la négociation, qui démontrera en outre votre sérieux et votre capacité à mettre vos « menaces » de quitter la banque à exécution.
  • Si l'entretien avec votre conseiller habituel échoue, rien n'empêche de solliciter un rendez-vous auprès du responsable d'agence, voire auprès du service commercial de votre établissement en dernier ressort. La politique appliquée est susceptible d'évoluer d'une manière étonnante selon la personne à laquelle vous vous adressez.
  • Les éléments mis sur la table lors de la négociation peuvent dépasser le simple cadre du crédit immobilier. La banque pourra ainsi conditionner son accord à la souscription de l'un de ses produits financiers du moment (assurance-vie, plan épargne retraite, pack de services…). Rien n'empêche d'accepter cette offre, à condition d'y trouver vous-même un intérêt et de vérifier les frais impliqués.

Est-ce réellement avantageux ?

La principale problématique d'une renégociation de crédit immobilier reste la même que pour un rachat : les intérêts économisés seront-ils suffisants pour rendre l'opération rentable ? Ce sera le cas si les économies générées grâce à l'obtention d'un meilleur taux sont supérieures aux frais de dossier (l'avenant), seule charge financière que vous aurez à supporter.

Toutefois, sachez que vous serez susceptible de réaliser davantage d'économies en procédant le plus tôt possible à une renégociation du TEG de votre crédit. Idéalement, procédez à une telle renégociation lorsque votre crédit est encore en début de vie (premier tiers, ou éventuellement première moitié de l'échéancier) et vérifier que le différentiel de taux d'intérêt soit d'au moins un point.

Pour vous assurer des gains possibles, le plus simple consiste à compléter la projection réalisée par votre conseiller clientèle, lors du rendez-vous, par votre propre simulation de rachat de crédit ou encore de prêt à taux négocié, réalisée gratuitement sur Internet et prenant en compte tous les frais annoncés.

51 commentaires - Réagissez à votre tour
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Olivier  -  Le 10 avril 2015 à 15h26

Bonjour,
Article intéressant à cette époque de taux particulièrement bas.
Je me posais une question : la renégociation -après plus d'une année- de son crédit permet-elle à nouveau la délégation d'assurance ?

Répondre

jechange  -  Le 15 avril 2015 à 14h42

Bonjour,
 
Si par renégociation, vous entendez la baisse du taux par la banque prêteuse à l'origine, vous ne pourrez pas bénéficier de la loi Hamon pour demander une substitution d'assurance en prenant pour point de départ les 12 mois de la signature de l'avenant que votre banque a établi…
En effet, d'un point de vue juridique, il n'y a pas « novation » car l'objet du financement reste identique, vous avez juste signé un avenant aux conditions de taux appliquées.
 
Si en revanche vous entendez par renégociation (à tort donc, par abus de langage…) le rachat de votre prêt initial par une nouvelle banque, il y a bien novation ( l'objet de votre prêt a changé…) et vous avez bien 12 mois à compter du rachat pour demander une substitution d'assurance dans le cadre de la loi Hamon, même si le prêt racheté est beaucoup plus ancien.
 
Cordialement,

Répondre

Constance  -  Le 6 mai 2015 à 15h53

Merci pour cet article très intéressant. En cas de renégociation du taux de son crédit immobilier, la somme totale empruntée reste la même et seul le taux d'emprunt diminue. Pourquoi alors l'emprunteur devrait-il revoir les termes initiaux de son assurance emprunteur ? Est-ce vraiment une obligation ?

Répondre

jechange  -  Le 7 mai 2015 à 15h15

Bonjour,
 
Merci pour votre question très pertinente, nous nous rendons compte que la mise en garde faite au sujet des assurances peut induire en erreur, nous allons corriger cette information afin qu'elle soit plus claire.
 
Ce qu'il faut retenir, c'est que les assurances groupe proposées par les banques sont calculées sur le capital initial emprunté.
Lors d'une renégociation de son contrat avec la même banque, il peut apparaître un gain également sur le montant de l'assurance et pas seulement sur le taux, car certaines banques recalculent l'assurance sur le nouveau capital renégocié.
Si la seule modification concerne le taux de l'emprunt et / ou une modification de la durée à la baisse, étant donnée qu'il n'y a pas modification du risque (le capital est moindre et la durée est égale ou inférieure) il n'y a aucune autre formalité à accomplir, pas de questionnaire médical à compléter de nouveau et donc pas de risque de voir a contrario le coût de son assurance augmenter en raison d'un état de santé qui pourrait être différent de celui que vous aviez à la signature.
 
En revanche, si dans la renégociation, vous envisagez d'augmenter la durée de l'emprunt (cas tout de même relativement rare), alors le risque s'en trouverait modifié puisque l'assurance devra vous couvrir plus longtemps que ce qui était prévu au contrat.
Un telle modification entraînerait alors la nécessité de se soumettre à nouveau aux formalités médicales.
 
Cordialement,

Répondre

Béatrice  -  Le 7 mai 2015 à 15h38

Bonjour, merci pour cet article. Je suis en cours de renégociation/réaménagement de prêt.
Acoord de la banque pour baisse de taux, diminution de durée, augmentation de la mensualité.
Combien de jours faut-il en général pour recevoir l'avenant au contrat ? Dois-je m'inquiéter si je n'ai rien au bout d'une semaine.
Merci de votre réponse.

Répondre

jechange  -  Le 15 mai 2015 à 12h13

Bonjour,
 
Le principal est que vous ayez l'accord de votre banque pour la renégociation.
 
Le temps que peut mettre votre banque a établir les avenants est très variable selon les établissements et la période de l'année.
 
Compte tenu de la baisse historique des taux que nous rencontrons et donc du nombre de dossiers qui doivent affluer, du mois de Mai et de ses ponts, il n'est pas surprenant que vous n'ayez rien reçu encore.
Précision supplémentaire : plus votre taux renégocié est bas, plus c'est long car  votre dossier doit alors « voyager » de supérieur en supérieur jusqu'à celui ayant les pouvoirs de valider ce taux…
 
Une fois l'avenant entre vos mains viendront s'ajouter 10 jours supplémentaires de réflexion pour le signer.
 
Cordialement,

Répondre

Béatrice  -  Le 15 mai 2015 à 15h12

Bonjour, merci de votre réponse. Entre temps j'ai reçu l'avenant. J'attends le délai pour le renvoyer. Cordialement

Répondre

Jonathan  -  Le 18 mai 2015 à 12h21

Bonjour,

suite à un rdv avec ma banque pour la renégociation de notre taux, on nous propose une baisse de notre taux de crédit passant de 3.9% à 2.5% mais ce qui engendre des frais de 4200 euros. comment cela peut s'expliquer? avez vous une idée ?

je vous remercie de votre retour.

Répondre

jechange  -  Le 22 mai 2015 à 12h46

Bonjour,
 
Le plus à même de vous donner une explication serait votre banquier … les seuls frais devant à priori vous être prélevés sont les frais de dossier pour la réalisation de l'avenant qui sont en moyenne de l'ordre de 500 euros et qui sont eux-mêmes négociables.
 
Si vous avez profité de la renégociation pour modifier la durée à la hausse, alors il peut apparaître également un surcoût au niveau de l'assurance et des frais de garantie supplémentaires pour couvrir la durée additionnelle.
 
Une autre hypothèse serait que votre prêt soit constitué de plusieurs emprunts, dont des prêts réglementés (type Épargne Logement par exemple), lesquels sont par définition non-négociables mais qu'un rachat par un crédit classique d’aujourd’hui permettrait d'en faire baisser le coût total, et dans ce cas  il y aurait sur ces prêts-là une facturation d'indemnités de remboursement anticipé.
 
Ce ne sont que des hypothèses à éclaircir avec votre banquier en lui demandant la répartition précise de ces 4200 euros.
 
Quoiqu'il en soit, outre les frais liés à l'opération, il faut mettre dans la balance le gain total que vous permet la renégociation pour en juger l'intérêt.
 
Cordialement,

Répondre

Hervey  -  Le 10 juin 2015 à 18h37

Bonjour,

Pour mon cas de rénégociation, j'ai obtenu une baisse de taux que je considère relativement correct. Mon souci est mon désir de revoir la quotité d'assurance actuellement de 200% (100% mon épouse et 100% pour moi) à un taux de 100%. La conseillère s'est renseignée auprès de l'assurance groupe qui refuse la revision à la baisse de la quotité. Il s'agit pour moi d'un levier important pour réduire la mensualité de mon prêt en plus du taux.
A la lecture des commentaires précédents, j'ai compris qu'il n'y a pas novation, donc l'avenant du prêt ne portera que sur le taux.
J'ai demandé à ma banque dans ce cas d'émettre une offre de prêt modificative (versus avenant).
J'attends leur réponse, et j'avoue que je suis prêt à quitter ma banque pour ce désaccord sur l'assurance.

Bien à vous

Répondre

jechange  -  Le 30 juin 2015 à 11h16

Bonjour,
 
Il vous suffit de vérifier dans les conditions générales de votre assurance si l'assureur autorise la modification des quotités en cours de contrat afin de savoir si c'est réellement l'assureur qui bloque ou la banque qui refuse la diminution des garanties couvrant sa créance...
Généralement, si cela est autorisée par l'assureur, la modification de la quotité à la baisse est conditionnée à l'accord du prêteur, et la modification à la hausse à une nouvelle étude de votre état de santé.
 
À part faire un rachat de leur propre créance (ce que n'accepte que très exceptionnellement une banque, de plus cela vous coûterait des indemnités de remboursement anticipé, des frais de garanties et une nouvelle adhésion à l'assurance ), quoi que vous fassiez il n'y aura pas novation car l'objet du financement restera le même.
 
Cordialement,

Cc79  -  Le 2 juin 2015 à 20h41

Bonsoir,
Bonjour,
Merci pour votre article.
Vous pourrez peut être m'aider car nous avons re négocé notre crédit immobilier il y a un mois environ, entre temps notre conseiller a change d'agence et a demande à mon mari de le suivre dans sa nouvelle agence. Ce que mon mari a fait par courrier. Depuis, plus rien, notre conseiller ne répond plus à nos appels ni à nos mails car nous n'avons toujours pas reçu de contrat...Nous avons d'ores et déjà pris rendez vous dans une autre agence et la même banque plus proche de notre domicile mais j'ai peur que l'on ne nous re propose pas le même taux. Que puis je faire face au silence et à l'incorrection de ce conseiller pour obtenir le taux proposé initialement?
D'avance, merci de votre réponse.

Répondre

jechange  -  Le 30 juin 2015 à 11h14

Bonjour,
 
Peu importe que M X vous ait fait une proposition et qu'il ne soit plus là, car quand M X de la banque Y vous fait une proposition, c'est la banque Y qui vous fait cette offre…
 
Même si les simulations qu'il vous a remis sont « non contractuelles », elles ont quand même un minimum de valeur et il ne serait pas très commercial qu'un nouvel interlocuteur ne les respecte pas… sauf erreur manifeste, hausse des taux entre le moment où vous l'avez vu et le moment où vous verrez son collègue, celui-ci devrait logiquement tout faire pour respecter la proposition faîte, car c'est une question d'éthique commerciale...
 
À défaut cela vous ferait un bon motif pour écrire au service relations client de votre banque.
 
Cordialement,

Répondre

Maria  -  Le 13 juin 2015 à 17h32

Merci pour cette article dans mon cas je suis en cours de négociation mais il y a 200 km entre ma banque et moi , donc sa ce fait part tel .
j'ai deux offres une qui me baisse mes mensualité et une qui baisse de deux ans mà date de fin .
Je voudrais savoir qu'elles sont les questions à posé car je ne comprend rien et mon conseillé est pas de bonne fois car il m'à donné aucun info complémentaire , le pire c'est que le lorsque j'essaie de lui parler la seul chose qu'il me dit c'est envoyer moi un émail . Aidez moi s'il vous plaît

Répondre

jechange  -  Le 30 juin 2015 à 11h18

Bonjour,
 
Les propositions que vous fait votre banque doivent matérialiser le gain réalisé par rapport au prêt initial.
Si ce n'est pas le cas, demandez-le à votre conseiller, vous pourrez ainsi choisir entre les deux solutions. 
La proposition qui vous permet de réduire de deux ans la durée de votre prêt sera certainement celle qui vous fait baisser le plus le coût total de votre crédit.
 
Quant à savoir si la proposition de votre banque est correcte, comparez le gain obtenu avec ce que vous proposerait une autre banque, dans le cadre d'un rachat de crédit.
 
Cordialement,

Répondre

emy  -  Le 19 juin 2015 à 15h59

Bonjour,j'ai un soucis,nous avons été en rdv avec notre banque pour une renego,simulation...
Le conseiller nous a rappeler nous expliquant le taux obtenu et les frais engendrés. Mon mari lui a dit OK ,sauf que nous pensions encore avoir le choix,d'aller explorer ce que d'autres banques nous proposeraient. Nous avions trouvé un meilleur gain en rachat de prêt par une autre banque sauf qu'entre temps un nouvel échéancier nous a été parvenu par notre banque sans accord écrit rien. Est ce legal? C trop facile de faire de la sorte

Répondre

jechange  -  Le 30 juin 2015 à 11h19

Bonjour, 
 
Seule la signature de l'avenant par tous les emprunteurs, moyennant une délai de réflexion de 10 jours, vous engage.
Vous pouvez donc tout à fait refuser la proposition de votre banque.
 
Cordialement,

Répondre

emy  -  Le 1 juillet 2015 à 18h32

merci enormement pour votre reponse.
je pense donc que l'on va rentrer en conflit car ils nous soutiennent que chez eux,cela se passe comme ça,alors que rien n'a eté signé avec eux,notre echéancier commence dans 15jours sans aucune signature de notre part ,super.
ils veulent nous voir pour un rdv donc j'ai bien le droit de refuser,mais comment?ils ont lancé la machine...

Répondre

Céline  -  Le 21 juin 2015 à 14h25

Bonjour, mon organisme de credit à accepté de renégocier mon emprunt mais me dit avoir trop de demande et de bien vouloir patienter. Cela fait déjà 3 mois !!!!
Y a t'il un délai maximum où la banque doit mettre en place le nouveau taux ?

Répondre

jechange  -  Le 30 juin 2015 à 14h17

Bonjour,
 
Non, aucune obligation légale n'oblige la banque à respecter un délai pour ce type d'opération, qui reste une opération exceptionnelle qu'elle peut toujours refuser.
En revanche votre établissement a peut-être des engagements de qualité en termes de délais de  traitement des demandes de ses clients, et en tous cas, objectivement, 3 mois est un délai anormalement long… d'autant que les taux changeant tous les mois il se pourrait que la proposition de votre banque ne soit plus maintenable ou au contraire qu'elle aurait pu être bien meilleure faite aujourd'hui…
N'hésitez pas à faire une réclamation.
 
Cordialement,

Répondre

David Sertillange  -  Le 28 juin 2015 à 21h19

La rencontre avec le banquier est primordiale, surtout quand il s'agit d'investissement locatif.

Pour éviter d'avoir à renégocier, il faut être vigilant dès la signature et savoir comment éviter les pièges.

A ce sujet, j'ai récemment écrit un article qui explique 14 méthodes pour facilement convaincre son banquier : www.etreunrenard.com/convaincre-son-banquier/

Cela pourra surement venir en aide à vos lecteurs. Quoi qu'il en soit, l'entretien face au banquier reste ultra important et le maitriser permet d'ouvrir la porte à de belles économies ;)

Répondre

EMY  -  Le 5 juillet 2015 à 10h31

Bonjour,

On a demandé une renégociation de pret a notre banque et la conseillère nous dit faire la demande au siège sans pouvoir nous renseigner sur le taux proposé ... Est Ce normal ? De plus cela fait 2 semaines qu elle a apparemment envoyée le dossier au siège et toujours pas de réponse ... On est vraiment au début du remboursement car maison en construction donc on ne réglait jusqu a il y a 1 mois que les intérêts intercalaires. On a bénéficié d un pret d un lissage pour le pret à taux zéro. Est ce vrai que si renégociation le lissage est cassée ?
Je vous remercie pour votre aide

Répondre

jechange  -  Le 9 juillet 2015 à 16h21

Bonjour,
 
En fonction de votre dossier, des pouvoirs qui ont été délégués à votre conseillère et de l'établissement en question,  il se peut qu'elle ait besoin d'un accord se sa hiérarchie, d'autant qu'il s'agit pour la banque de renoncer à une part de sa marge alors que vous commencez tout juste à amortir le prêt.
 
Si vos prêts ont été lissés, le prêt bancaire a été modulé de sorte que ses mensualités s'adaptent aux évolutions des mensualités de votre prêt à taux 0, et qu'ainsi la mensualité globale de vos emprunts soit à peu près constante tout au long de votre remboursement.
 
Certaines banques, malheureusement, ne « peuvent » ou ne « veulent » pas conserver le lissage lors d'une renégociation, pourtant c'est tout fait réalisable techniquement, la banque ne modifie que le taux et conserve la durée et les paliers, le lissage peut être juste moins parfait qu'à l'origine.
Demandez des explications précises quant aux raisons invoquées par votre banque.
 
Cordialement,

Répondre

GUILLEMYN  -  Le 8 juillet 2015 à 18h26

Bonjour

j'ai effectue un avenant à mon prêt immobilier avec une baisse du taux de 3.88 à 2.10%
j'ai versé au 05/06 ma mensualité habituel de mon ancien taux , et j'ai commencé ma nouvelle mensualité au 05/07 avec le nouveau taux
ma banque m'a pris plus que ma mensualité prévue ( presque 90 euros )soit disant du fait qu'ils ont enregistré l'avenant au 26/06 donc ils me font un rappel d'iinter^t du 26/06 au 05/07: est ce normal sachant que j'ai déjà payé les intêrets dans ma mensualité du 05/06?

Merci par avance pour votre réponse

séverine

Répondre

jechange  -  Le 9 juillet 2015 à 16h24

Bonjour,
 
Oui, pour des changements entre 2 échéances il est normal que la banque calcule des intérêts au prorata, mais nous pensons qu'il s'agit plus d'un calcul visant à rattraper la période du 05/06 au 26/06 que celle du 26/06 au 05/07…
 
En effet en matière de crédit, on paie normalement à terme échu, c'est-à-dire que les intérêts que vous payez concernent le mois qui vient de s'écouler et pas le mois en cours, ainsi  le 05/06 vous payez les intérêts sur le capital restant dû au 05/06  pour le mois passé et à l'ancien taux.
 
Ensuite le 26/06 ils vous changent le taux, et le 05/07 vous payez sur le capital restant dû au 05/07 au nouveau taux pour le mois passé, or du 05/06 au 26/06 c'est selon l'ancien taux qu'auraient dû être calculés vos intérêts puisque le changement n'était pas effectif... La banque rattrape donc cet écart en vous facturant la différence entre ce que vous payez et ce que vous auriez du payer.
 
Cordialement,

Répondre

celine  -  Le 19 août 2015 à 10h33

Bonjour,

suite à la renégociation de prêt de 4.15% nous sommes passés à 3.10% avec un gain mensuel de 100€, dans la même banque. Cette renégociation nous a coûté 800€. Hors cela à été débité du compte ce mois-ci mais le conseiller ne nous a rien dit à ce sujet. De plus, d’après le tableau coût du crédit ces frais sont inclus je ne comprends pas et la banquière ne m'explique rien.
voici ce que dit le tableau:

le présent prêt est réalisé aux conditions suivantes :
Intérêts du prêt : .....€
frais d'avenant : 800€
cotisation assurance décès obligatoires : .....€
cotisation assurance option facultatives : ....€
soit un montant total : .......€

Que veut dire ce tableau ? les frais d'avenants sont bien compris dans la renégociation ?

Pouvez-vous m'éclairer ? D'avance merci.

Répondre

jechange  -  Le 3 septembre 2015 à 10h29

Bonjour,
 
Lors de l'établissement d'un nouveau prêt, ou d'une renégociation dans votre cas, les frais de dossier et les frais de garanties (le cas échéant) sont pris immédiatement après votre acceptation de l'offre ou de l'avenant.
Le tableau dont vous parlez vous permet de connaître le coût total de votre opération , en le comparant à ce que vous aurait encore coûté votre prêt si vous ne l'aviez pas renégocié (il vous suffit d'additionner, à compter du capital renégocié, les colonnes intérêts et assurance de votre ancien tableau d'amortissement), vous pouvez mesurer le gain réel de l'opération.
 
Cordialement,

Répondre

Caroline  -  Le 24 septembre 2015 à 09h44

Bonjour,
Suite à la renégociation de notre prêt, nous avions obtenu un taux renégocié de 2,10% : à réception de l'avenant (3 mois plus tard), le taux affiché avait été remonté à 2,60% sans qu'aucune information préalable nous ait été communiquée. Avons-nous un recours pour forcer la banque à respecter son engagement ?
Cordialement

Répondre

jechange  -  Le 1 octobre 2015 à 16h02

Bonjour,
 
Si vous avez une trace écrite de la proposition à 2,10 %, vous pouvez jouer sur l'éthique commerciale de l'établissement, en portant une réclamation sur le fait que la banque d'une part ne tient pas ses promesses, et d'autre part vous a fait supporter un délai anormalement long pour l'édition des avenants.
Les deux sont liés d'ailleurs, si votre banque vous a monté le taux, c'est qu'entre temps, chaque mois ses taux ont eux-mêmes été revus à la hausse…
Si à l'inverse, les taux de votre banques avaient baissé, il y a fort à parier qu'elle ne vous aurait pas répercuté cette baisse.
 
La banque pourra toutefois rester sur ses positions dans la mesure où même s'il vous ont fait une proposition écrite à 2,10, il doit très certainement être mentionné que ce taux est susceptible de varier d'ici l'édition des avenants…
Nous vous conseillons de jouer sur la corde « éthique », respect des engagements et du client, de contester le bien-fondé même de cette hausse de taux étant donné qu'on sait qu'elle est plus liée à une saturation technique des banques qui n'arrivent plus à traiter les dossiers, qu' à une hausse des taux directeurs qui continuent pourtant eux à baisser… Peut-être arriverez-vous ainsi si ce n'est à retrouver le 2,10, à vous en rapprocher.
 
Cordialement,

Répondre

AYMARD  -  Le 25 septembre 2015 à 10h12

Bonjour,
Une petite question j'ai renégocié mon prêt habitation avec ma banque. Pour qu'elle veuille bien changer le taux on a dût mettre toutes nos assurances (voiture, travail..) chez eux, j'ai pas trouvé cela très correct sachant que mes parents ont renégociés leur prêt et des amies aussi dans d'autres banques sans contrepartie assurance..;
Mon mari et moi voulions renégocier les taux assurances décès en effet à l'époque où nous avions signés le prêt nous n'avions pas mis ses assurances à 100%, aujourd'hui cela m'inquiète mais la banque me dit que c'est impossible de les changer. Est ce que cela est vrai, à la place de gagner des années de remboursement, ou d'avoir des mensualités plus faible ne peuvent ils pas faire une assurance à 100%.
Merci de me donner une réponse car je n'en trouve à nulle part.

Répondre

jechange  -  Le 1 octobre 2015 à 16h10

Bonjour,
 
Dans le cadre d'une renégociation, comme toute négociation en général, il est logique que chaque protagoniste cherche des contreparties aux efforts qu'il pourrait consentir. Comme nous l'indiquons, rien n'oblige la banque à abandonner une partie de sa marge en revoyant son taux.
Elle le fait pour conserver un client dans une stratégie défensive, et peut très bien l'accepter moyennant quelques conditions… 
Si les contrats d'assurance qu'ils vous ont demandé de souscrire sont moins chers pour des garanties équivalentes  ou supérieures à ce que vous aviez chez votre assureur, même si vous avez le sentiment désagréable que l'on vous a forcé la main, c'est tout bénéfice pour vous. Si au contraire vous n'êtes pas satisfait de ces contrats, rien ne vous interdit des les résilier à l'échéance, en aucun cas la banque ne pourra revenir sur le taux qu'elle vous a consenti (toute clause en ce sens serait abusive, donc illégale).
 
Concernant la revue des quotités d'assurance à la baisse, nous ne pouvons pas faire de réponse générale en ce domaine car cela dépend de deux facteurs.
Tout d'abord il faut que votre contrat d'assurance prévoit cette possibilité, vous en trouverez l'information dans les conditions générales. Généralement lorsque c'est possible, une modification à la hausse entraîne de nouvelles formalités médicales (car le risque pour l'assureur s'en trouve augmenté), une modification à la baisse, si elle est prévue n’entraîne aucune formalité particulière outre l'accord du prêteur..
En effet, et c'est là le deuxième facteur, modifier à la baisse vos contrats d'assurance entraîne cette fois une modification du risque pour la banque, car cela minimise les garanties qu'elle avait sur son encours.
Il faut tout simplement se positionner dans les deux cas de figure, décès ou invalidité de Monsieur ou de Madame, et voir si les revenus du conjoint survivant lui permettraient d'assumer seul le reste des échéances (les échéances du prêt immobilier comme des autres charges que vous pourriez avoir), en clair que le reliquat n'endette pas à plus de 30 % le conjoint restant tout en lui laissant un reste à vivre convenable.
 
Cordialement,

Répondre

Gerard  -  Le 30 septembre 2015 à 16h01

Bonjour
Est-il obligatoire d'avoir les 2 signatures des emprunteurs pour diminuer les mensualité d'un crédit immobilier ?
Merci

Répondre

jechange  -  Le 1 octobre 2015 à 16h26

Bonjour,
 
Pour modifier un contrat de prêt (immobilier ou consommation), il est nécessaire en effet d'obtenir l'accord de tous les emprunteurs. 
Cela semble vous étonner dans le cadre d'une baisse de la mensualité car vous pensez sans doute que personne ne pourrait raisonnablement s'y opposer, mais cette baisse de la mensualité entraîne des conséquences qui nécessitent l'accord de tous. 
 
En effet, s'il s'agit de l'exercice d'une option de votre contrat, celle-ci va à la fois augmenter la durée de l'engagement de tous les emprunteurs (car il faudra allonger la durée de remboursement pour baisser les mensualités) et le coût total du crédit, il est donc naturel que tout le monde l'accepte.
Si cette réduction de la mensualité est causée par un remboursement partiel, elle est la conséquence de la manifestation d'un choix (car lorsque l'on fait un remboursement partiel, on peut soit choisir de conserver la durée initiale pour baisser la mensualité, soit choisir de conserver la mensualité initiale et donc de diminuer la durée) , et il est logique que le prêteur s'assure que tous les emprunteurs auraient fait le même choix.
Enfin la modification envisagée peut engendrer des frais de dossier, et la banque doit s'assurer  le cas échéant que tout le monde est d'accord.
 
Cordialement, 

Répondre

Franck 20142  -  Le 5 octobre 2015 à 09h52

Bonjour,
Suite à la baisse des taux immobiliers cette année, comme bcp de personnes mon couple a effectué des démarches auprès de différents établissements bancaire afin d'y trouver celui qui offrirait le meilleurs taux de rachat car ma banque ne voulait pas descendre de manière significative. Une banque est sortie du lot et nous a proposé un taux de 1,50℅ HA sur 12 ans le 01/04/2015. Ayant eu dans ma jeunesse des soucis de santé je n'ai pas été retenu par le CNP (assureur proposé par la banque) mais ma femme oui (il s'etait déjà écoulé une bonne quinzaine de jours). Donc recherche de ma par via courtier d'une assurance couvrant les risques potentiels... chose faite avec examen medicaux et acceptée par la banque. Le mois de mai passe...tjrs aucune nouvelle... Je vais à leur rencontre pour avoir des nouvelles...ils m'ont dit que vu le nombre affluents de dossiers crédits immobiliers les dossiers ont du retard. Juin passe...je continue de m'inquiéter... J'y retourne...les conseiller sont confus et vont se renseigner...début juillet on me dit de retourner le tutti quanti (fiches de payé, relevé de compte, avis d'imposition...), ce que je fais dans les 2 jours suivants.
Juillet passe, de nouveau je m'inquiète et j'y retourne ...la conseillère se renseigne.
Fin juillet elle me contact (juste avant que l'on parte un mois en Corse) et me dit que la CNP refuse de d'assurer que l'un des 2 co emprunteur (soit les 2 soit aucun), situation dont on nous avait nullement mis au courant (la conseillère avait elle même l'air gêné et ne semblait pas être au courant). Donc recherche pour ma femme d une délégation d assurance... chose trouvée mais resultat long car dossier médical pour elle aussi. Donc début septembre on a reçu l aval de cette assurance, illico presto je suis allé à la banque pour leur donner le dossier( 1ere dizaine de septembre)... Avec en anticipant les dernières fiches de paye, avis d'imposition et autres.
On m'a dit super...moi aussi ...enfin.
Mais non!!! Le 02/10/2015 par mail la conseillère me dit que vu le délais écoulé entre la primo offre (début avril) et maintenant il s'est écoulé trop de temps et que les taux augmentés et que si l'ont voulait il fallait de nouveau reconstitué l' ensemble du dossier de rachat.
Ma question est toute simple "A quel recours puis je pretendre, car ce n'est pas de notre fait, mais uniquement celui des décideurs, pour obtenir le taux initialement proposé?
Merci beaucoup pour votre réponse
NB: je sais c un peu long mais tt ça fut bien compliqué désolé.

Répondre

jechange  -  Le 12 octobre 2015 à 14h57

Bonjour,
 
Vous pouvez vous inspirer de notre réponse faite à Caroline, 6 mois de délai (!!), des erreurs, des mauvais conseils (oubli de vous informer que la CNP assure tout le monde ou personne)... Il faut jouer sur l'image de marque de l'entreprise pour leur concocter une réclamation en vous concentrant sur les points du ressort de la responsabilité exclusive de la banque, surtout comme nous l'indiquions dans la réponse pré-citée que les taux ne montent pas tant pour des raisons de coût  que pour limiter l'afflux de dossiers... (et le votre était déjà dans « la pile »...).
Car sinon, d'un point de vue légal, vos offres de prêts sont valables 4 mois après votre acceptation (sauf délai plus long convenu entre les parties) et la banque peut tout à fait revoir son taux passé ce délai
 
Cordialement,

Répondre

Sandy  -  Le 6 octobre 2015 à 13h29

Bonjour, j'ai renégocié le taux de mes deux crédits immobiliers et envoyé les deux avenants dans une seule enveloppe avec AR au mois de juin 2015. Mais un seul a été pris en compte, les mensualités du 2ème crédit n'ont pas diminuées. Nous sommes en octobre, soit 4 mois après et mon incompétent de conseiller n'arrive pas à avoir des réponses du siège. Quels recours ai je? Je vous remercie d'avance pour votre réponse.

Répondre

jechange  -  Le 12 octobre 2015 à 14h59

Bonjour,
 
Votre exemplaire de l'avenant du crédit « oublié »  est largement suffisant pour effectuer une réclamation en recommandé, la banque doit rétroactivement appliquer son engagement contractuel.
La facturation éventuelle des frais de dossier relatifs à ce crédit renégocié sur votre compte serait une preuve supplémentaire  de la  bonne réception de l'avenant (en sus de l'avis de réception du recommandé, au cas où ils prétendraient que l'avenant n'était pas dans l'enveloppe...).
 
Cordialement,

Répondre

Martin Hélène  -  Le 10 octobre 2015 à 17h55

Bonjour,
Nous avons souscrit un prêt à la Banque Postale il y a moins d'un an avec une assurance emprunteur à la MGEN (100% par tête). Nous souhaitons, dans le cadre de la loi Hamon, changer d'assurance emprunteur. Ma question est la suivante : la banque peut-elle refuser que l'on passe à 50% par tête ? (Le reste du contrat serait identique)
Merci par avance pour votre aide.
Bien cordialement,
Hélène

Répondre

jechange  -  Le 20 octobre 2015 à 14h17

Bonjour,
 
Oui, la banque peut  refuser cette baisse des quotités car l'assurance fait partie des garanties de votre prêt , et vous envisagez de les baisser sérieusement.
Il faut vous projeter dans les deux cas de figure (décès ou invalidité totale de Monsieur ou de Madame) et de voir pour chaque cas si le taux d'endettement et le reste à vivre du conjoint survivant (en tous cas du seul qui pourrait continuer à travailler) reste correct avec son seul salaire et 50 % des échéances du prêt à assumer (et des autre emprunts éventuels).
Si oui, alors cela vous servirait d'argument au cas où vous vous heurteriez au refus de la Banque Postale.
 
Cordialement,

Répondre

MENARD  -  Le 21 octobre 2015 à 19h44

Bonsoir jai réussi a négocier le taux de mon crédit a ma banque sauf que mon banquier me demande des frais de réaménagement de 2122 Euros il nous dit que c'est le tarif calculé par le siégé de la banque est ce normal? puis je negocier ce tarif car c'est exactement le meme montant que si mon credit est racheté par une autre banque (frais de paiement par anticipation)
Cordialement

Répondre

jechange  -  Le 26 octobre 2015 à 15h20

Bonjour,
 
Ces frais sont anormalement élevés et leur appellation « frais de réaménagement » et leur équivalence à des IRA que vous remarquez nous font penser à une banque bien particulière que nous ne citerons pas, et pour laquelle nous avons déjà été sollicité par d'autres internautes…
 
Le plus simple est de consulter les tarifs complets (pas les extraits) que vous trouverez sur leur site internet afin d'identifier le tarif « officiel »  correspondant aux frais de réaménagement… Si nous pensons correctement, vous verrez qu'ils sont très, très nettement inférieurs au tarif dissuasif qui vous a été annoncé.
 
Vous pourrez alors exiger auprès de votre conseiller qu'il  respecte  le tarif annoncé.
 
Cordialement,
 

Répondre

Christophe  -  Le 26 octobre 2015 à 21h01

Bonjour,

Merci beaucoup pour cet article clair et précis.
Une petite question par rapport à l'assurance emprunteur que nous avons en délégation.

Nous avons négocié une réduction du taux avec notre banque et de fait demandé un avenant à notre assurance emprunteur.
Notre assurance peut-elle nous demander de remplir de nouveau un questionnaire santé pour cet avenant ? La question n'est pas neutre car entre la signature du contrat primaire et l'avenant, il y a eu un épisode d'arrêt de travail de plus d'un mois et je ne sais pas quel impact cela pourrait avoir sur les conditions de l'assurance.

Merci beaucoup de votre éclairage.

Cordialement

Répondre

jechange  -  Le 28 octobre 2015 à 17h13

Bonjour,
 
Si seul le taux est modifié (pas d'augmentation de durée)  et / ou la durée diminuée, il n'y a pas d'aggravation du risque, par conséquent pas de nouvelles formalités médicales à accomplir.
 
Cordialement,

Répondre

pagnon  -  Le 4 novembre 2015 à 16h26

il me reste 4 ans et demi a rembourser mon credit immobilier est ce que sa vaut le coup de renégocier mon taux ou bien de réduire mes annuités? merci d'avance

Répondre

jechange  -  Le 9 novembre 2015 à 15h58

Bonjour,
 
Il faut vous référer à votre tableau d'amortissement pour additionner tous les intérêts restant à courir pendant les 4 ans et demi, ainsi que les cotisations d'assurance, cela  représente ce que va vous coûter encore votre prêt immobilier (prenez 2/3 mois de marge pour commencer à comptabiliser les colonnes).
Si votre banque accepte de renégocier, demandez-lui une proposition comprenant les nouvelles conditions, les frais d'avenant nécessaires et demandez-lui également si elle refait passer dans « la moulinette » l'assurance qui dans les banques est généralement calculée sur le capital emprunté.
En effet, certains établissement recalculent les cotisations d'assurance sur le capital renégocié, matérialisant ainsi également un gain sur le poste assurance.
 
Ensuite, vous pourrez mesurer le gain en comparant le nouveau coût total de l'opération à votre calcul de coût restant et vous saurez si cela en vaut la peine.
 
Cordialement,

Répondre

ANNE  -  Le 28 novembre 2015 à 08h59

Bonjour, article très intéressant.
Je suis en pleine renégociation de prêt et je viens d'avoir une réponse orale favorable avec un taux plus intéressant que la banque de mon conjoint. Mais pour pouvoir en bénéficier ma banque demande à ce que les revenus de mon conjoint soient domiciliés chez elle. Nous sommes co-emprunteurs mais il n'a jamais été question de domicilier nos 2 salaires dans la même banque, chose que nous ne souhaitons toujours pas. Mon salaire seul couvre sans problème les mensualités.
Est-ce que la banque peut nous imposer cela légalement ou c'est une démarche commerciale?
Et si je refuse, est-ce que la banque peut refuser de renégocier ou proposer un taux moins avantageux?
Je n'ai rien d'écrit pour l'instant.
Merci d'avance pour votre réponse.
Cordialement.

Répondre

jechange  -  Le 21 décembre 2015 à 16h42

Bonjour,
 
Toute clause vous obligeant à une domiciliation de salaire serait abusive, donc illégale et réputée non écrite.
Domicilier son salaire est une contrepartie commerciale volontaire, négociée, et tout à fait révocable sans justification ni information préalable.
 
Il est vrai parfois que la banque peut jouer sur l'idée reçue de l'obligation de domiciliation de salaire (et qui était notée autrefois dans certaines conditions générales de prêt) et,  au-delà de la manifestation volontaire de ses clients,  peut leur faire signer des courriers de demande de changement de domiciliation qu'elle se charge elle-même d'adresser, leur donnant ainsi l'impression qu'ils sont engagés.
Il n'en demeure pas moins que les demandes sont faîtes par les clients eux-mêmes et peuvent être défaites de la même façon.
 
Sachez que les banques gagnent peu d'argent sur les prêts immobiliers et parfois même en perdent (marge négative pour conquérir ou conserver un client…) car les prêts immobiliers ne sont pas une fin, mais un moyen pour elles de conquérir des clients  et de les fidéliser pendant 15 à 25 ans.
La banque bénéficie ainsi de leur domiciliation de salaire, des produits et services qu'elles leurs vendront pendant toutes ces années et qui sont, eux, très rentables pour l'établissement.
Elles recherchent ainsi  à être la banque principale de ses clients et offrira forcément des conditions plus attractives à ceux qui sont prêts à « jouer le jeu » et à la faire travailler, comme tout commerçant le ferait.
 
Vous pouvez donc accepter ces contreparties et prendre en considération les coûts annexes (écart de tarifs sur les prestations de votre banque actuelle) dans leur proposition sans toutefois être inquiet sur les conséquences de cet « engagement » qui n'en est pas un.
Au final, c'est plus une question de déontologie, de relations humaines et de respect de la parole donnée qui matérialisent cet accord, aussi si vous abusez de votre banquier en ne tenant pas vos contreparties il risque de s'en rappeler à l'avenir si vous avez besoin de ses services...
 
Cordialement,
 

Répondre

diedhiou  -  Le 2 décembre 2015 à 22h12

Bonjour
J'ai demandé à mon conseiller de renégocier mon pret immobilier et celui-ci m'indique que je dois laisser une période de 2 ans entre chaque renégociation, la dernière a eu lieu il y a 1an et demi. Est ce normal?

Répondre

jechange  -  Le 21 décembre 2015 à 16h44

Bonjour,
 
De la même manière que rien n'oblige votre banque à renégocier un prêt, celle-ci est libre d'émettre des conditions… 
Qu'elle pose des limites aux renégociations peut se comprendre, en effet si vous la sollicitez à chaque baisse de taux, quel intérêt aurait-elle à vendre du taux révisable ?
En révisable les risques sont partagés, si les taux montent votre banque peut augmenter le taux de votre emprunt et s'ils baissent vous profitez de la baisse…
Vous ne pouvez donc pas vous attendre à ce que votre banque vous donne à la fois les avantages d'un taux fixe et ceux d'un taux révisable sans les inconvénients.
Comparez auprès de la concurrence pour voir ce que l'on vous proposerait pour un rachat.
 
Cordialement,

Répondre

Angélique Guette  -  Le 11 décembre 2015 à 08h03

Très bon articles dans son ensemble.mais j'ai une question que faire lorsque une banque vous accorde une négociation de prêt mais se rétracte 6 mois après et que vous avez ouvert deux comptes épargne logement pour satisfaire le conseiller en contrepartie de l'accord ?

Répondre

jechange  -  Le 21 décembre 2015 à 17h20

Bonjour,
 
Merci pour votre remarque.
Si les contreparties consenties avaient eu un coût, vous pourriez légitimement demander le remboursement, or les CEL n’entraînent aucune dépense particulière, il vous suffit donc de demander leur clôture (c'est gratuit).
Si vous avez un accord écrit sur la renégociation, vous pouvez faire une réclamation afin que votre banque respecte ses engagements. 
 
Cordialement,

Répondre