« Pay how you drive » : la nouvelle formule d'assurance auto arrive en France

Face aux protestations jugeant les cotisations d'assurance auto exagérées, les prestataires redoublent d’ingéniosité pour proposer des formules moins chères, s'adaptant aux usages des conducteurs. Dernière idée en date : le « Pay how you drive » d'Allianz France.

Voiture connectée selon Allianz
La formule d'Allianz prévoit l'installation d'un boîtier enregistrant des informations sur vos habitudes de conduite et les transmettant ensuite à votre assureur via votre smartphone. (Source : Allianz)

Après un premier test lancé en juin 2014 auprès de 5 000 clients, Allianz France apporte de nouveaux perfectionnements à son offre d'assurance automobile « Pay how you drive » en la dotant d'un tout nouveau boîtier électronique à greffer directement sur le moteur du véhicule.

En acceptant de dévoiler à leur assureur leurs habitudes de conduite et leurs bons réflexes, les conducteurs les plus irréprochables peuvent désormais espérer jusqu'à 30 % de réduction sur leur prime annuelle. Le concept, déjà solidement implanté dans un certain nombre de pays européens, reste novateur en France. Pourtant, de nombreux clients seraient déjà prêts à tenter l'expérience.

Le « Pay how you drive » : récompenser les conducteurs vertueux

Sur les pas du groupe AXA développant toujours plus le concept d'assurance connectée, l'assureur allemand Allianz vient de dévoiler au grand public sa formule d'assurance automobile « Conduite connectée », fondée sur le principe du « Pay how you drive ». Signifiant littéralement « payez comme vous conduisez », ce concept consiste à récompenser l'automobiliste en fonction de son style de conduite au quotidien.

Pour ce faire, un petit mouchard transmet en temps réel à l'assureur certaines données basiques sur le comportement du conducteur au volant. Selon que l'assuré adopte un comportement plus ou moins prudent, l'assureur lui attribue chaque mois une note. Plus l'assuré récolte des bonnes notes au cours de l'année, et plus le montant de sa prime est susceptible d'être orienté à la baisse l'année suivante.

Importé des États-Unis, le « Pay how you drive » peut se révéler particulièrement intéressant pour les jeunes conducteurs qui, en raison des risques plus élevés associés à leur classe d'âge, paient beaucoup plus cher leur assurance : en prouvant à leur assureur qu'ils sont dès à présent des conducteurs responsables, ils pourront réaliser de solides économies.

Comment ça marche ?

Pour bénéficier de la nouvelle formule proposée par Allianz France, le client doit accepter la présence d'un petit boîtier électronique, mis au point par TomTomTélématics et apposé au niveau du moteur du véhicule. Sa location est facturée 1 € par mois, étant entendu que les économies réalisées peuvent largement compenser ce coût.

Le mouchard assure, en temps réel, le suivi de nombreux indicateurs dont l'intensité des phases d'accélération et de freinage (de fortes variations étant le signe d'une conduite agressive), la fréquence et les plages horaires d'utilisation du véhicule ou encore la négociation des virages.

Le boîtier n'a cependant pas la possibilité de transmettre directement ces informations à l'assureur : il doit passer par le truchement du smartphone du conducteur, via une connexion Bluetooth. C'est le smartphone qui se charge ensuite de relayer automatiquement ces données auprès de la société d'assurance.

Quelles garanties pour la vie privée ?

Le mode de fonctionnement du « Pay how you drive » peut légitimement inquiéter les conducteurs les plus soucieux du respect de leur vie privée. C'est la raison pour laquelle Allianz France a assorti son offre d'un certain nombre de garanties. Le boîtier n'est notamment pas équipé d'un GPS, ce qui empêche en théorie toute tentative de géolocalisation ou de traçage du véhicule : un bon point pour éviter toute accusation liée à la violation de la vie privée. Autre sujet sensible, la mesure de la vitesse n'est pas prise en charge par l'appareil. L'assureur rappelle enfin que la formule a pour seul but de récompenser les bons conducteurs, mais ne peut en aucune manière conduire à pénaliser les moins prudents.

Ces garanties suffiront-elles pour autant à convaincre les plus sceptiques ? La géolocalisation, d'une part, reste toujours envisageable de façon indirecte par l'intermédiaire du smartphone du conducteur. Par ailleurs, et même en l'absence de mesure de la vitesse, l'expérience accumulée à l'étranger montre que le boîtier peut facilement se retourner contre le conducteur, par exemple s'il a conduit trop longtemps sans pause.

La réticence des assurés en recul

Assez étonnamment, de nombreux Français acceptent dès à présent l'idée de faire preuve de la plus grande transparence sur leurs habitudes de conduite. Une étude menée en 2014 par le cabinet PwC indique en effet que 70 % des personnes sondées sont prêtes à tolérer la présence d'un capteur de données dans leur voiture ou même dans leur propre domicile en contrepartie d'une réduction significative de leur cotisation d'assurance.

Le développement du « Pay how you drive » reste cependant encore à l'état embryonnaire en France. Avant Allianz, le seul professionnel à s'être lancé sur ce créneau dans l'Hexagone est Direct Assurance, lequel a, de plus, cantonné son offre aux jeunes conducteurs. Le chemin à parcourir reste donc long pour atteindre le même niveau de développement qu'aux États-Unis, au Royaume-Uni ou en Italie, où les conducteurs sont déjà habitués à être récompensés ou même sanctionnés en fonction du style de conduite adopté.

Une question ?

Assurance au tiers ou tous risques ? Quel montant de franchise choisir ? Comment connaître mon bonus/malus ? Si vous avez besoin d’aide, les conseillers de JeChange répondent présents ! Ils répondent gratuitement à vos questions sur l'assurance auto.

Rappel gratuit

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4,1/5 - 51 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆