Free attaque la « fausse fibre » de Numericable en justice

La collection de plaintes déposées en justice par les opérateurs des télécoms s'enrichit d'un nouveau conflit : cette fois-ci c'est Free qui attaque Numericable-SFR pour publicités mensongères.

Free vs Numericable-SFR
L'opérateur Free s'estime victime d'une concurrence déloyale de la part de Numericable-SFR. (Source : Free, Numericable-SFR)

La fibre optique, encore rare mais déployée dans un nombre croissant de foyers français, est un ensemble de micro-fils en verre ou en plastique permettant de transmettre des données numériques à très haut débit. Elle s'oppose au réseau téléphonique classique constitué de câbles en cuivre, lequel est utilisé pour l'ADSL ou le VDSL2. Une définition en apparence limpide… mais qui donne lieu à de nombreuses divergences d'interprétations entre opérateurs !

Selon une information diffusée cette semaine par L'Express, Free a déposé plainte cet été contre son concurrent Numericable-SFR auprès du tribunal de commerce de Paris. En cause : des publicités jugées mensongères concernant la fibre de Numericable, qui est en réalité… du câble.

Une plainte de Free contre Numericable-SFR…

L'opérateur Free estime être victime d'une concurrence déloyale de la part de Numericable-SFR, et aurait saisi le tribunal de commerce de Paris au cours de l'été. La firme de Xavier Niel n'a notamment pas apprécié une publicité récente de son concurrent qui invitait à « découvrir la fibre » de Numericable, assimilant ainsi ce service à la fibre optique actuellement déployée à grands frais par tous les opérateurs.

Or la technologie employée n'est pas exactement la même. Numericable, pour rappel, amène bien la fibre optique jusqu'au pied de l'immeuble ou sous le trottoir (FttB), mais utilise ensuite du câble coaxial traditionnel pour apporter le service jusqu'au routeur du client. Orange, Free et Bouygues Telecom ont quant à eux opté pour un raccordement intégral en fibre optique jusqu'au domicile du client (FttH). La combinaison câble coaxial et fibre optique en FttB fait bénéficier l'utilisateur d'un débit bien plus important que l'ADSL, mais reste légèrement moins performante que le FttH.

La qualité de service n'est donc pas la même et Free estime abusive l'utilisation de la même terminologie par Numericable-SFR dans ses brochures. L'opérateur attaqué persiste quant à lui à ne pas vouloir faire de distinction entre les deux technologies en raison de leurs faibles différences. Il en tire de plus un bénéfice évident : alors que Numericable-SFR dispose déjà d'un imposant réseau de 9 millions de prises câble et fibre à travers le pays, ses concurrents partent de beaucoup plus loin et ne peuvent s'adresser pour l'instant qu'à une clientèle nettement plus restreinte.

…qui fait suite à un premier recadrage par l'ARCEP

Les autorités publiques ont déjà connaissance du problème lié à la définition exacte de la fibre optique et des énormes enjeux financiers qui entourent cette question. Sébastien Soriano, président de l'ARCEP, avait ainsi pu indiquer au mois de septembre, à l'occasion du forum « Telco & Digital », que le sujet le préoccupait. Il regrettait notamment la « manière très libre » dont certains opérateurs s'emparent de la fibre dans leur communication, et précisait que l'ARCEP fait déjà la distinction en interne entre « fibre optique » et « câble coaxial ». L'expression ambiguë « fibre coaxiale » est, quant à elle, bannie du langage officiel.

Un projet d'arrêté ministériel a été rédigé au cours de l'été pour encadrer la publicité sur la « fausse fibre » en apportant une définition plus précise et un cahier des charges plus rigoureux aux offres de fibre optique des opérateurs. Son contenu exact, cependant, ferait encore l'objet de discussions.

Le câble ne manque pourtant pas d'atouts

La stratégie commerciale choisie par Numericable-SFR pourrait donc, in fine, se retourner contre l'entreprise. Ce qui serait d'autant plus dommage que SFR dispose bien d'une offre fibre en FttH et que le câble est, par ailleurs, loin de manquer d'arguments pour convaincre les utilisateurs français. La technologie permet par exemple d'utiliser des canaux de diffusion séparés pour Internet et les chaînes de télévision. Plus ancien que la fibre optique, le câble est aussi logiquement un peu plus fiable et connaît en moyenne moins de ratés : le décodeur « LaBox » de Numericable bénéficie de retours majoritairement positifs en raison de sa stabilité et de ses performances.

Le débit un peu plus faible en montée et en descente reste le talon d'Achille de la technologie en comparaison de la fibre optique. Toutefois les dernières avancées des normes DOCSIS (3.0, et déjà 3.1 outre-Atlantique) sont prometteuses pour l'avenir. Monaco Telecom, détenu par Xavier Niel, vient par exemple de passer au câble DOCSIS 3.0 cet automne et peut désormais proposer aux clients monégasques jusqu'à 1 Gb/s en descente et 200 Mb/s en montée. L'envolée des performances n'est pas prête de s'arrêter !

Fibre optique : la course au déploiement est lancée

En-dehors du réseau câblé de Numericable, l'accès à la « vraie fibre optique » est pour l'instant réservé à une poignée de privilégiés. Avec 2,4 millions de prises FttH et 824 000 clients effectivement abonnés, Orange est pour l'instant le leader incontesté du « 100 % fibre » - une appellation commerciale adressée comme une évidente pique à Numericable-SFR - et accumule environ 70 % des parts de marché. Bouygues Telecom compte 1,5 million de prises. Quant à Free, sa politique consiste pour l'instant à ne pas dévoiler l'avancée de ses travaux.

Pour rappel, les opérateurs télécoms sont soumis à un calendrier national de déploiement de la fibre optique sur le territoire, baptisé « France Très Haut Débit ». Piloté par l'ARCEP et le ministère de l'Économie, il prévoit de couvrir 50 % du territoire dès 2017 et d'atteindre 80 % à l'horizon 2022.

Pour ce faire, des accords de partenariat ont été signés entre les différents opérateurs et permettront de répartir les efforts liés au déploiement, notamment dans les zones les moins densément peuplées. La pose de la fibre optique requiert en effet des efforts financiers considérables de la part des opérateurs, et cause même certaines tensions entre eux : il y a quelques mois, Bouygues Telecom a par exemple déposé une plainte contre Numericable-SFR en raison du retard accumulé par le groupe de Patrick Drahi.

Une carte officielle de couverture devrait être mise en place dès 2016 pour assurer un suivi centralisé de ce chantier très important.

Faites des économies

Un abonnement internet, c’est un budget à l’année… Vous ne pensez pas que vous pourriez faire des économies ?
Chez JeChange on en est convaincu ! C'est notre métier de vous aider à faire des économies.
Découvrez les offres internet de nos partenaires !

Je découvre
0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Cette page vous a-t-elle été utile ?

3,8/5 - 10 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆