Qu'est-ce que le WiMax ?

Le WiMax constitue une alternative intéressante pour les personnes résidant dans des zones mal desservies par l'Internet à haut débit. JeChange vous explique le fonctionnement de cette technologie, ses avantages et ses inconvénients.

la technologie WiMax
Le WiMax permet la transmission de données avec un débit théorique allant jusqu'à 75 Mb/s sur plusieurs dizaines de kilomètres.

L'apparition des normes WiMax dès le début des années 2000 a porté un grand nombre de promesses : accéder sans fil à Internet depuis le confort de son domicile ou n'importe où à l'extérieur, réduire la fracture numérique entre les territoires, démocratiser le haut débit…

Le principe du WiMax, qui consiste à transmettre des données numériques à hautes fréquences et sur de larges distances, semblait en effet pouvoir combler simultanément tous les besoins de la population en Internet fixe et mobile. Plus de dix ans plus tard, quel est le bilan pour cette technologie ? Quel est l'état de l'offre en France ?

Qu'est-ce que le WiMax ?

Le terme « WiMax » désigne un standard de réseau sans fil, qui correspond à l'abréviation de l'expression anglaise « Worldwide Interoperability for Microwave Access ». Ses principales caractéristiques ont été élaborées conjointement par les groupes américains Intel et Alvarion au début des années 2000, avant d'être officiellement certifiées par l'association professionnelle IEEE sous la norme IEEE 802.16.

Le WiMax transmet des données numériques sur différentes bandes de hautes fréquences comprises entre 2 et 11 GHz. Il a pour principale particularité de supporter un haut débit de données (jusqu'à 75 Mb/s en théorie) sur des distances très importantes, comprises entre 10 et 50 kilomètres selon les obstacles rencontrés par les ondes. Ces qualités en font donc une sorte de Wi-Fi survitaminé, même si les tests en conditions réelles donnent des résultats plus modestes (le débit excède rarement 20 Mb/s sur quelques dizaines de kilomètres).

En plus de ses hautes performances, le WiMax se distingue de la technologie Wi-Fi par sa capacité à prioriser les usages de la bande passante disponible entre différents internautes. Cette fonctionnalité peut s'avérer d'une grande utilité dans de multiples circonstances, offrant par exemple la possibilité d'assurer une qualité optimale à un utilisateur devant suivre une visioconférence de nature professionnelle. La norme prend donc en compte la notion de qualité de service « QoS ».

Principe de fonctionnement

Sur un territoire donné, les ondes WiMax sont diffusées depuis une station de base baptisée « BTS » qui est reliée au réseau de fibre optique. Chaque abonné peut accéder au réseau en installant une antenne sur son toit, et en la dirigeant en direction de la station de base.

Du fait de la puissance des ondes WiMax, l'utilisateur n'a normalement pas besoin de posséder une ligne de vue directe sur la station. Celle-ci doit simplement se trouver dans un certain rayon, de l'ordre de 20 ou 30 kilomètres, du domicile de l'abonné.

La zone de couverture autour d'une station de base, toutefois, n'est pas sphérique : certains obstacles, comme des montagnes ou une forte densité d'immeubles, peuvent significativement réduire la portée du signal.

WiMax fixe et mobile

Le WiMax a été initialement décliné en deux normes principales, permettant d'intégrer à la fois les contraintes liées à une utilisation d'Internet à domicile et celles de la navigation mobile.

Le WiMax fixe correspond à la norme IEEE 802.16-2004. Il est susceptible d'émettre sur des bandes de fréquences comprises entre 2 et 11 GHz, mais se limite le plus souvent à la bande des 3,5 GHz en Europe.

Une nouvelle norme IEEE 802.16e a été définie au milieu des années 2000 pour adapter le WiMax à l'Internet mobile et à la téléphonie. L'idée consistait à capter les ondes WiMax depuis un téléphone portable avec la même simplicité que la technologie 3G, mais en bénéficiant du haut débit. Le WiMax autorisait alors des débits de 30 Mb/s jusqu'à 3,5 kilomètres de distance de l'antenne émettrice. Ce standard a toutefois été abandonné par l'Union européenne au profit de la norme concurrente LTE dans le cadre de la définition des réseaux cellulaires de quatrième génération (4G).

Applications possibles du WiMax

La principale norme WiMax, avec ses capacités de couverture élargies, permet d'étendre l'accès à Internet haut débit bien au-delà de la zone du « dernier kilomètre », c'est-à-dire jusqu'à des territoires où le réseau cuivre est trop éloigné de son répartiteur pour proposer un débit ADSL satisfaisant.

Avec un prix mensuel de l'ordre de 40 à 45 euros par mois selon les fournisseurs, la technologie WiMax représente donc une solution cohérente pour résorber la fracture numérique et faire progressivement disparaître les zones grises (débit faible) ou blanches (débit inexistant) pour lesquelles le déploiement de la fibre n'est pas avantageux.

WiMax : un avenir incertain en France

Le développement du WiMax en France, au cours des dix dernières années, s'est révélé un processus long et chaotique. Les opérateurs qui souhaitent installer une station de base WiMax sur un territoire doivent préalablement obtenir l'agrément de l'autorité de régulation en la matière, à savoir l'ARCEP.

À l'heure actuelle, le WiMax est présent dans quelques départements français par l'intermédiaire de délégations de service public, accordées par les pouvoirs publics dans une optique d'aménagement du territoire. L'opérateur Axione, filiale directe de Bouygues Énergies & Services assure par exemple une couverture WiMax sur les départements du Finistère et des Hautes-Pyrénées. L'opérateur privé Altitude Telecom développe également depuis 2008 une offre dans l'Orne, mais aussi en Bourgogne et en Alsace. Commercialisée ultérieurement sous l'appellation « WiBox », l'activité a été cédée fin 2014 au fournisseur d'accès Ozone.

L'avenir de la norme WiMax en France semble désormais compromis par le développement accéléré d'autres moyens d'accès à Internet très haut débit, à commencer bien sûr par la technologie 4G. Les collectivités locales misent par ailleurs de plus en plus sur la fibre optique ou le VDSL2 pour améliorer l'attractivité de leur territoire en matière d'Internet fixe. Toutes ces technologies, en effet, offrent des débits bien supérieurs avec moins de contraintes.

1 commentaire 1 note - Réagissez à votre tour
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Esma  -  Le 11 février 2018 à 13h40

★ ★ ★ ★ ☆