La pose d'une pompe à chaleur géothermique est-elle rentable ?

La géothermie peut vous permettre de diminuer vos dépenses de chauffage. Mais l'installation d'une pompe à chaleur représente un coût non négligeable ! Un tel investissement est-il rentable ? Pour le savoir, suivez le guide.

La géothermie pour les particuliers
Propre et inépuisable, la géothermie est une énergie renouvelable exploitée depuis des millénaires !
  1. La géothermie : qu'est-ce que c'est ?
  2. Un investissement rentable pour les particuliers
    1. Des conditions techniques et administratives
    2. Un coût à l'installation vite amorti
  3. Investir dans la géothermie : ce qu'il faut retenir

La géothermie : qu'est-ce que c'est ?

Face au réchauffement climatique lié notamment à un usage massif d'énergies fossiles, le monde se tourne de plus en plus vers des ressources propres et inépuisables telles que le vent, le Soleil ou l'eau. D'ailleurs, vous avez sûrement déjà vu des éoliennes ou des panneaux solaires sur le toit des maisons. Mais connaissez-vous la géothermie ? Non polluante, cette technique permet d'exploiter une énergie intarissable : la chaleur stockée sous la surface de la Terre.

La géothermie est utilisée depuis des millénaires. En Chine et dans la Rome antique par exemple, l'eau naturellement chaude trouvée en profondeur était exploitée sous forme de thermes. Le procédé n'est donc pas nouveau ! À une époque où la protection de l'environnement constitue une préoccupation majeure, la géothermie reste toutefois une énergie renouvelable relativement méconnue, et ce malgré un grand potentiel de développement. On estime qu'elle pourrait couvrir à elle seule tous les besoins énergétiques mondiaux pendant près de 100 000 ans !

Plus précisément, la géothermie correspond à l'utilisation de la chaleur naturelle du sol pour créer de l'électricité ou fournir directement de la chaleur. Elle peut être exploitée de différentes manières suivant les usages et le contexte géologique. Même si la production d'électricité n'est pas envisageable pour les particuliers, il s'agit néanmoins d'une source d'énergie verte qui peut être valorisée pour répondre aux besoins liés au chauffage et à l'eau chaude sanitaire.

Ainsi, à l'échelle individuelle, on utilise des pompes à chaleur (PAC) dites « géothermiques ». Cette forme de la géothermie – qualifiée de « superficielle » (car à faible profondeur) ou « très basse énergie » – constitue selon l'ADEME celle qui présente les perspectives de croissance les plus importantes. Le sous-sol est en effet une formidable réserve de chaleur que l'on peut récupérer facilement pour chauffer son logement. D'ailleurs, la géothermie est entrée dans de nombreux foyers français ! En 2020, ce sont quelque 2 millions d'habitations qui devraient être équipées de ce type de PAC.

Pompe à chaleur géothermique
Les PAC géothermiques font de plus en plus d'adeptes en France.

Concrètement, des capteurs souterrains absorbent les calories naturellement présentes dans le sol, puis un fluide caloporteur les achemine jusqu'à la PAC. Celle-ci diffuse ensuite la chaleur ainsi prélevée dans le circuit de chauffage de la maison, et/ou dans un ballon d'eau chaude. Il est également possible de rafraîchir son logement selon le même procédé, grâce à des PAC dites « réversibles ».

Par conséquent, une PAC géothermique peut subvenir à tout ou partie de vos besoins en chauffage, mais aussi en climatisation et en eau chaude. De quoi réduire votre facture annuelle de façon significative ! À la fois écologique et rentable, la géothermie permet d'économiser jusqu'à 75 % d'énergie par rapport à un système classique.

Un investissement rentable pour les particuliers

Des conditions techniques et administratives

Une PAC géothermique est un dispositif efficace pour réguler la température de votre logement en toutes saisons, et réaliser ainsi des économies de chauffage ou de climatisation. Néanmoins, elle reste une installation complexe, qui nécessite la réunion de plusieurs conditions techniques.

En premier lieu, il vous faut bien sûr disposer d'un espace extérieur ! Pour pouvoir puiser dans le sol l'énergie suffisante pour fournir de la chaleur à votre habitation, la géothermie suppose d'enfouir sous terre un réseau de capteurs. Et pour bien fonctionner, il faut qu'ils soient installés dans une zone où la température du sous-sol reste stable tout au long de l'année.

Ainsi, selon la taille de votre terrain et son amplitude thermique, vous aurez la possibilité d'implanter vos capteurs soit verticalement, soit horizontalement :

  1. Les PAC à captage horizontal : les capteurs sont enterrés à une profondeur allant de 60 cm à 1,20 m environ. Ce principe nécessite des travaux de terrassement pour pouvoir installer le système sur un espace 1,5 à 3 fois supérieur à la surface habitable à chauffer. Vous devez du coup disposer d'un jardin suffisamment grand ! Et votre sol ne doit pas être soumis à d'importantes variations de température d'une saison à l'autre. À noter qu'il s'agit du procédé le plus utilisé en France.
  2. Les PAC à captage vertical (ou sondes géothermiques) : les capteurs sont placés à une profondeur comprise entre 20 et 120 m. On estime qu'il faut prévoir environ 1 m de forage par m2 habitable à chauffer. À titre d'exemple, 2 sondes géothermiques de 50 m de profondeur peuvent suffire pour chauffer une maison de 120 m2 ! Le captage vertical est préconisé pour les petits terrains. Cette technique permet aussi de compenser d'éventuelles amplitudes thermiques de votre sous-sol, dans la mesure où les températures sont plus stables à mesure que l'on s'enfonce sous la terre.

Sachez qu'il est vivement recommandé de faire appel à des spécialistes pour vous guider dans le choix du captage. Son axe et ses dimensions doivent être évalués de manière très rigoureuse en fonction de la taille de votre maison, du climat et de la nature de votre sol. N'hésitez pas à solliciter un géologue agréé ou un bureau spécialisé pour réaliser une étude de terrain !

Le saviez-vous ?

Il existe également un dispositif appelé « puits canadien » ou « puits provençal ». Ce dernier consiste à faire circuler des calories de l'extérieur vers l'intérieur du logement, via une canalisation enterrée à 2 à 3 mètres de profondeur. Néanmoins, ce type d'installation ne permet pas de remplacer un système de chauffage classique. Il peut en revanche contribuer partiellement à vos besoins en hiver, et rafraîchir l'air en été.

Que vous optiez pour la pose de capteurs verticaux ou horizontaux, l'installation d'une PAC géothermique modifiera la configuration de votre terrain. Dès lors, des démarches administratives sont obligatoires. Il est indispensable de vous en acquitter le plus tôt possible, afin de ne pas voir votre chantier bloqué !

Si vous choisissez un captage horizontal, vous devrez demander une autorisation de travaux auprès de votre mairie. Celle-ci vérifiera notamment la conformité du chantier par rapport aux conditions stipulées par les arrêtés municipaux et préfectoraux en vigueur.

Pour la pose de capteurs verticaux, les démarches seront plus complexes. Entrant dans la catégorie des forages pour un usage domestique, votre projet doit faire l'objet d'une déclaration auprès de la DRIRE (Direction Régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement) ou de la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement). Vous devrez également effectuer une déclaration d'ouvrage, et votre dossier devra être déposé au moins un mois avant le début des travaux.

Dans les deux cas, n'hésitez pas à vous entourer d'experts qui sauront vous guider tout au long de la procédure !

Un coût à l'installation vite amorti

Plusieurs critères sont à prendre en compte pour déterminer le prix d'une installation géothermique :

  • Opterez-vous pour des capteurs horizontaux ou verticaux ? L'implantation d'un circuit horizontal ne nécessitant que quelques travaux de terrassement, son coût sera moindre. En revanche, si vous choisissez un captage vertical, le chantier à entreprendre sera bien plus important. Vous devrez poser une ou deux sondes géothermiques à plusieurs dizaines de mètres de profondeur grâce à un forage dans le sol, lequel peut coûter jusqu'à 100 € par mètre creusé !
  • Quel type de PAC allez-vous installer ? Selon l'axe de captage retenu, vous aurez le choix entre des PAC dites « sol/sol » ou « à détente directe » (la chaleur puisée dans le sol est restituée via un plancher chauffant), des PAC « sol/eau » ou « mixtes » (la chaleur prélevée sous terre est diffusée par des radiateurs, des ventilo-convecteurs ou un plancher chauffant), et des PAC « eau/eau » ou « à fluide intermédiaire » (la chaleur est directement transmise à l'eau de votre circuit de chauffage). Faisant appel à des techniques différentes, le prix de ces PAC peut varier du simple au double !
  • À quelle fin allez-vous utiliser votre PAC ? Selon que vous souhaitiez fournir uniquement un ballon d'eau chaude ou alimenter un chauffage couvrant l'ensemble de votre habitation, vous n'aurez pas besoin de la même puissance calorifique ! Généralement comprise entre 5 et 20 kW, elle déterminera la capacité de production de chaleur de votre PAC, et influera directement sur son coût.
  • Quels sont vos besoins thermiques ? De nombreux modèles de PAC sont disponibles sur le marché. Et si leur prix est très variable, leur efficacité aussi ! Celle-ci est déterminée par le COP (Coefficient de Performance), lequel désigne le rapport entre l'énergie consommée et la chaleur restituée, exprimées en kWh. Par exemple, un COP de 3 indique que pour 1 kWh d'électricité consommé, votre PAC générera l'équivalent de 3 kWh de chauffage. Ainsi, si votre habitation est grande et énergivore, il vous faudra choisir une PAC affichant un COP élevé. Ce dernier varie de 2 à 7 selon les équipements, les plus performants étant aussi les plus chers !
Installation d'une pompe à chaleur géothermique
Le prix d'une installation géothermique est conditionné par de nombreux facteurs qu'il faut bien anticiper !

Quel que soit le type d'installation que vous aurez choisi, l'acquisition d'un dispositif géothermique représentera un coût conséquent. À titre indicatif, comptez environ 100 à 300 € par m2 chauffé.

Pour réduire le montant de votre investissement, n'hésitez pas à vous renseigner sur toutes les subventions départementales et régionales auxquelles vous pourriez prétendre ! Depuis le 1er septembre 2014, vous pouvez également bénéficier sous certaines conditions du Crédit d'Impôt pour la Transition Énergétique (CITE). À noter enfin que l'ANAH peut vous aider à financer votre projet.

À l'heure actuelle, on estime que l'amortissement de l'installation d'une PAC géothermique survient après 3 à 8 ans environ.

Investir dans la géothermie : ce qu'il faut retenir

La configuration et la taille de votre terrain sont deux points essentiels à étudier pour pouvoir choisir l'installation la mieux adaptée. Ainsi, pour un captage horizontal, vous devez disposer d'une grande surface ! Celle-ci doit être plate, la plus ensoleillée possible et ne pas contenir de plantations à racines profondes qui pourraient endommager les capteurs. À noter également que la zone doit restée perméable pour laisser filtrer l'eau de pluie. Par conséquent, bannissez tout projet de terrasse ou de revêtement !

À l'inverse, si votre terrain est trop petit, qu'il présente une forte inclinaison ou qu'il n'est pas assez exposé au Soleil, privilégiez les capteurs verticaux. Leur pose est délicate et plus chère que pour un axe horizontal, mais leur rendement est bien meilleur ! Du fait de leur profondeur dans le sol, ils sont moins soumis aux variations de température liées aux changements de saisons ou à la météo.

Même si la nature de votre sol n'aura que peu d'influence sur l'efficacité de votre PAC, elle pourra en revanche impacter l'ampleur des travaux liés à la pose des capteurs. En effet, certains terrains sont plus difficiles à creuser que d'autres, les moins propices étant les sols sableux ou argileux, ainsi que la roche. Dans tous les cas, il s'agira du poste le plus cher de votre projet. Alors n'hésitez pas à multiplier les devis pour faire jouer la concurrence !

Par ailleurs, choisissez soigneusement vos équipements ! Les deux principales caractéristiques à prendre en compte pour pouvoir juger de la performance d'une PAC géothermique sont le COP et la puissance calorifique. Pour être certain d'acheter le modèle le plus adapté, pensez à bien évaluer vos besoins ! Pour cela, n'oubliez pas de faire le bilan énergétique de votre logement.

L'installation d'une PAC géothermique est synonyme de travaux lourds, qui demandent précision et expertise. Des approximations de conception pourraient nuire à votre confort thermique au quotidien ! C'est pourquoi il est conseillé de choisir un installateur certifié QualiPAC. Sachez également que le recours à un artisan RGE (Reconnu Garant de l'Environnement) est parfois obligatoire pour pouvoir bénéficier de certaines aides de l'État.

Pose de capteurs géothermiques
N'hésitez pas à faire appel à des spécialistes pour bien évaluer la surface et la profondeur de vos capteurs géothermiques.

Une PAC géothermique peut s'adapter à n'importe quel système de chauffage, à l'exception bien sûr des convecteurs électriques. Néanmoins, pour que son efficacité soit optimale, installez de préférence des diffuseurs de chaleur adaptés, comme un plancher chauffant ou des radiateurs basse température. Leur prix varie généralement entre 200 et 500 €.

À l'instar des systèmes de chauffage au gaz ou électrique, un dispositif géothermique nécessite d'être entretenu afin de garantir son bon fonctionnement. Comptez environ 100 à 300 € par an, et sachez que les équipements ont une durée de vie de 20 à 25 ans en moyenne.

Contrairement au solaire ou à l'éolien, la géothermie offre l'avantage de produire de l'énergie en permanence. La chaleur contenue dans le sol reste toujours disponible, même la nuit ou en plein hiver. Tout le monde peut donc avoir recours à la géothermie, à condition d'installer ses capteurs à la bonne profondeur !

En revanche, les appareils géothermiques ne constituent pas un mode de chauffage totalement écologique. En effet, les PAC ont besoin d'une certaine quantité d'électricité pour fonctionner. Cependant, si on les associe par exemple à des panneaux photovoltaïques ou à une éolienne domestique pour les alimenter, elles deviennent alors 100 % vertes ! Sachez que la consommation énergétique d'une PAC est en moyenne trois à quatre fois moins élevée qu'un système de chauffage traditionnel.

Enfin, même si l'acquisition d'une PAC géothermique suppose un investissement financier conséquent, gardez à l'esprit qu'il s'agit d'un équipement de chauffage rentable et performant. Il permet de réaliser des économies sur le long terme tout en valorisant votre bien immobilier !

À lire également : L'énergie hydraulique pour les particuliers

1 commentaire 1 note - Réagissez à votre tour
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆

FOCH GEOTHERMIE  -  Le 1 novembre 2017 à 14h57

★ ★ ★ ★ ☆