Baisser le coût de l'énergie avec les bâtiments à énergie positive

La règlementation thermique 2012 (RT 2012) a été généralisée depuis le début d’année à toutes les constructions neuves. Cette réforme poursuit l’objectif de réduire fortement les dépenses énergétiques des bâtiments et favorise les économies d’énergie. La chasse aux déperditions thermiques est lancée avec notamment les bâtiments à énergie positive. Ces bâtiments doivent répondre à de nombreuses attentes, en tenant compte de contraintes pour la production d’énergie.

Qu'est-ce qu'un bâtiment à énergie positive ?

Un bâtiment à énergie positive est un bâtiment qui produire plus d'énergies qu'il n'en consomme. Pour accéder à de telles performances, il est évident qu'il faut réduire ses dépenses énergétiques par l'installation de nouveaux systèmes sur le modèle des maisons basse consommation. L'installation de dispositifs de production d'énergies renouvelables est conseillée pour obtenir de meilleurs résultats.

Comment obtenir un bâtiment à énergie positive ?

Il existe principalement 3 axes de réflexion sur lesquels il faut s'appuyer pour obtenir un bâtiment à énergie positive. Le premier implique de travailler sur l'enveloppe du bâtiment. Afin que l'isolation des murs, des vitres et de la toiture soit parfaite et ne nécessite aucun pont thermique. Par ailleurs, la construction devra suivre les principes de l'architecture bio-climatique. C'est-à-dire que le bâtiment devra arriver à capter et/ou à se protéger de l'énergie solaire selon la saison, évacuer la chaleur ou encore utiliser de lumière naturelle.

Le deuxième axe s'attache à favoriser des équipements économes pour l'éclairage, le chauffage et l'électroménager. Le but est de pouvoir produire de l'énergie avec des ressources renouvelables et locales comme l'éolien, le photovoltaïque, la géothermie ou encore la biomasse (bois, coproduits agricoles…).

Le troisième axe s'attache à la conformité des bâtiments avec la RT 2012. Ils doivent aussi répondre aux exigences du label effinergie+, et disposer d'équipements énergétiques performants pour être labellisé Bepos-effinergie 2013. Concrètement, une maison ou un bâtiment labellisé ne devra pas consommer plus de 40kWh/m2/an, soit 20 % de moins que la norme actuelle (50 kWh/m2 par an).

Une demande bien réelle d'économie d'énergie

Les ménages s'intéressent de plus en plus aux maisons à énergie positive. Pour répondre à cette hausse de la demande, plus de 17 industriels ont collaboré et se sont penchés sur les questions concernant la transition environnementale et énergétique de l'habitat individuel. Hervé Chrétien, qui a contribué à la réalisation de bâtiment à énergie positive pour sa ville de Caen, a tenu à rappeler que les habitations qui souhaitent profiter des avantages d'une maison active devront respecter trois étapes, à savoir la prise en compte de l'environnement qui va permettre d'orienter la maison de manière optimale, l'installation d'une isolation des murs irréprochable, des combles et des huisseries. Le concept, dénommé MFC 2020, impose que les fenêtres disposent d'une solution à triple vitrage (verre, lame d'air, verre, lame d'air, verre). Enfin, le système de chauffage devra combiner l'eau chaude, la ventilation, le chauffage thermodynamique et le refroidissement avec l'aide d'un système double flux. Avec ce genre de système, la température ambiante moyenne est de 21°C.

Hervé Chrétien a conclu en déclarant que « La réflexion est poussée très loin pour réduire au maximum la consommation d'énergie, mais celle-ci reste forcément positive ». Et ajoute : « Pour combler ce besoin, nous installons des panneaux photovoltaïques sur la partie sud de la toiture. » Ainsi, la maison se veut entièrement indépendante en matière d'électricité.

Vous déménagez ?

Laissez JeChange se charger de la souscription et résiliation de vos contrats d'énergie, vous êtes bien trop occupé pour ça ! Nos conseillers vous guident parmi les meilleures offres du marché. Choisissez celle qui vous convient et emménagez la tête reposée !

Rappel gratuit
1 commentaire - Réagissez à votre tour
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

REAL  -  Le 25 août 2013 à 15h58

Ayant emménagé dans une maison datant de 16 ans j'ai fait de gros efforts d'investissement pour diminuer le coût du bâtiment : isolation et changement de matériels (chaudière à gaz, porte du garage, volet de la baie vitrée double vitrage). J'ai donc beaucoup investi. Or très mauvaise surprise : cet investissement ne m'a rapporté qu'un surcoût sur la facture de gaz ! Que dois-je en penser ? d'avoir été très mal conseillée par le chauffagiste ??? Comment résoudre cette énigme ?!

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4,7/5 - 3 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆