La mérule : qu’est-ce que l’assurance prend en compte ?

Vous avez entendu parler de la mérule, ce champignon parasite qui s'attaque au bois ? Comment le reconnaît-on, comment on s'en débarrasse… JeChange vous en parle

  • Publié le

Qu’est-ce que la mérule ?

La mérule est aussi appelée « champignon des maisons », « champignon des charpentes » ou encore « mérule des maisons ». Le mot désigne plusieurs espèces de champignons lignivores.

Notamment, l’espèce le plus souvent responsable de la dégradation des bois d’œuvre. Sa présence est généralement consécutive à une rupture de l’équilibre hydrique des bâtiments. Cela entraîne un taux anormalement élevé d’humidité des éléments de bois.

S’il n’y a aucune obligation de diagnostic concernant la présence de ce champignon lors d’une vente immobilière, le propriétaire ou locataire qui en détecte doit la déclarer obligatoirement en mairie.

Peut-on détecter la mérule à temps ?

Quelques signes visibles sont à prendre en compte et peuvent vous mettre sur la voie pour détecter une présence de mérule. Attention, cela veut dire qu’il y a un problème de confinement et d’humidité dans le bâti. Les signes visibles :

  • La présence d’humidité localisée,
  • Pourriture du bois sous forme de cubes,
  • Des traces cotonneuses épaisses et blanches, présence de mycélium, comme une sorte de «mousse» blanchâtre,
  • Présence de filaments gris argenté à l’aspect d’une toile d’araignée ;
  • Présence d’une poussière rouge ultra fine, déposée sur les surfaces horizontales ;
  • Des boiseries déformées et gonflées, dans les escaliers par exemple, ou sur vos plinthes.

Au moindre signe faisant soupçonner la présence de champignons dans son logement, il convient de faire appel à une entreprise certifiée CTBA+. Cette dernière saura diagnostiquer l’origine de la mérule (fuite, confinement…), sa nature, la zone d’infestation et les travaux à mener. Tout traitement doit être associé à la remise en état de salubrité du bâtiment concerné.

Comment reconnaître la mérule ?

Vous pouvez reconnaître les carpophores de la mérule tout d’abord à sa forme. Cette dernière est bien souvent circulaire ou elliptique. Elle peut atteindre jusqu’à un diamètre d’un mètre, et se développe rapidement. Elle a une couleur brun-rouge aux contours blancs. Autour des carpophores, la partie aérienne du champignon qui disperse les spores, vous pouvez reconnaître ces spores, ils ressemblent à une poudre de couleur rouille. Enfin, vous pouvez aussi reconnaître les mycoses blanches qui deviennent visibles telles des flocons sur la surface du bois, des poutres. Ces mycoses transportent de l’humidité issue de bois ou des murs vers les carpophores pour alimenter le champignon.

L’odeur de la mérule est très forte. Elle ressemble à celle d’un sous-bois ou d’une forêt en automne. Si, par exemple, vous enlevez une plinthe touchée le long d’un mur, l’odeur se diffusera instantanément dans la pièce.

La mérule dite pleureuse peut avoir plusieurs formes. Dans tous les cas, vous aurez l’impression de voir une toile d’araignée monter le long de votre mur. Ce sont des filaments qui vont puiser l’eau dont la mérule a besoin pour survivre. Quand le champignon est en fructification (développement maximal), vous pouvez le voir d’une couleur brune, tirant vers le orange, ou encore jaunâtre. Enfin, elle peut apparaître sous une forme de mousse, une matière cotonneuse blanchâtre.

Comment s’en débarrasser ?

Comment se propage la mérule ?

Il s’agit donc d’un champignon qui s’attaque au bois lorsque des conditions d’humidité, de confinement et d’obscurité sont réunies. Il s’installe généralement dans les charpentes avant de se propager dans tout le bâti. Bien souvent, les parties touchées ensuite sont :

  • les planchers,
  • les plafonds,
  • mais aussi les cloisons
  • les escaliers
  • et les plinthes.

Très virulent, ce champignon ronge littéralement les structures bois jusqu’à leur effondrement. La mérule peut être dangereuse pour la santé des occupants, provoquant des problèmes respiratoires, de l’asthme et des allergies. De même, il se propage vitre et est très contagieux.

Attention ! La mérule, une fois installée dans une maison, peut facilement coloniser les habitations voisines. Surtout s’il y trouve des conditions propices. Comme tous les champignons, il se propage par l’émission de spores. Ces derniers sont portés par les courants d’air.

Ce champignon qui ne s’attaque pas qu’au bois !

Si la cellulose du bois est sa nourriture cible, le champignon ne s’y limite pas. En effet, la mérule s’accroche de même au ciment, qui lui fournit une espace propice pour se propager vers les éléments de boiserie. En passant par les parois du béton, la mérule dénature la maçonnerie. Attention, elle crée des failles dans la structure de la maison.

Comment s’en débarrasser, quels sont les traitements ?

Avant d’en arriver à une présence de mérule, soyez vigilant, il existe un traitement préventif préventif pour ne donner aucune chance au mérule de se développer. Il consiste essentiellement à combattre l’humidité. N’hésitez pas, quand vous faites l’acquisition d’un bien à surveiller le taux d’humidité. Il faut en premier lieu diagnostiquer des fuites d’eau éventuelles et les réparer. On préconise de même l’installation de VMC dans les salles de bain ou autres zones humides, afin qu’elles soient ventilées et asséchées. Enfin, prenez garde et pensez à stocker votre bois, préalablement traité, au sec, et dans un endroit aéré.

Si toutefois, vous décelez de la mérule chez vous, il vous faudra alors faire un traitement curatif, et ce au plus vite à cause de la propagation, souvent très rapide.

Traitement curatif pour éliminer la mérule

Pour traiter les zones infestées, vous devez :

  • Décaper le mur touché pour le mettre à nu
  • Brosser énergiquement pour complètement enlever les taches brunes
  • Utiliser un chalumeau pour tuer le mérule
  • Appliquer un produit fongicide pour traiter les mérules récalcitrants et éviter sa réapparition
  • Réparer le béton infecté
  • Remplacer le bois infesté et traiter les zones voisines

     Bon à savoir :

Le traitement de la mérule est un processus long ! Il se fait sans les habitants du logement afin d’éviter tout problème sanitaire. Il se peut que vous deviez déménager le temps de celui-ci, qui peut atteindre plusieurs mois.

Quelles sont les possibilités pour traiter la mérule ? Les assurances prennent-elles la mérule en charge ?

La mérule n’est pas facile à détecter car elle se niche souvent derrière un doublage. La plupart du temps, les propriétaires la découvrent lorsqu’ils font des travaux d’aménagement. A ce jour, la loi oblige toute personne occupant un logement à déclarer en mairie la détection de mérule dans l’habitat. En cas de vente, le futur propriétaire doit être informé si un arrêté préfectoral si la localisation du logement est en zone de présence de mérule. Les traitements ne peuvent être réalisés que par des professionnels, spécialisés dans le domaine.

Les traitements et travaux à réaliser pour éradiquer la mérule sont de moins en moins pris en charge par les assurances. Beaucoup de compagnies excluent même cette garantie de leur contrat. Pourquoi ? Parce que l’infestation par mérule est souvent considérée comme un mauvais entretien du bâtiment. L’assurance va prendre en charge les coûts d’un dégât des eaux, éventuellement les honoraires d’un expert qui va diagnostiquer la présence d’un champignon, mais pas les travaux nécessaires à son traitement. Le « mauvais entretien du logement » fera bien souvent l’objet d’une exclusion de garantie.

     Bon à savoir :

Dans le cas d’une contamination de votre logement par un logement voisin, il est cependant possible de demander une prise en charge des dommages à l’assureur de votre voisin au titre de sa responsabilité civile.

Une négociation possible ?

Les pratiques commerciales des assurances sont libres depuis 1986, et il revient à chacun de négocier la prise en charge de la mérule pour sa propre assurance multirisques habitation.

Si vous occupez une maison individuelle, lorsque les désordres imputables à un champignon surviennent alors que le bien a moins de 10 ans, vous pouvez engager la responsabilité décennale du constructeur. Cela est valable dès lors que les dégâts affectent la solidité de l’ouvrage et que les travaux de construction en sont le fait générateur.

Connaissez-vous les couvertures de votre assurance multirisques habitation ? Savez-vous ce qui est pris en charge ou non ? Etes-vous bien couvert ? Faites le point gratuitement avec un conseiller JeChange ! Il vous aidera à trouver la meilleure offre en fonction de votre habitation et de votre budget !

Quelle assurance habitation choisir ?

Faites des économies en comparant les assurances habitation.
Trouvez le meilleur tarif parmi toutes les offres proposées.

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.6/5 - 14 avis