Marché de gros de l'électricité epex spot

Prix SPOT Électricité : cours de l'électricité Epex / Spot / Futur en direct

Mis à jour le
minutes de lecture

Selon la bourse Epex / Spot, aujourd'hui, 23 avril 2024, le prix Spot de l'électricité est de 84,67€ du MWh alors qu'hier, il était de 59,61€ du MWh. Comme point de référence, le prix Spot était fixé à 9,63€ il y a un mois et 82,76€ il y a 12 mois. Le prix Spot de l'électricité a atteint son niveau record le 30 août 2022 avec un prix de 743,84€ du MWh. Demain, le prix Spot sera de 67,32€ du MWh.

Cours de l'électricité en direct

Voici le cours de l'électricité sur le marché Epex / Spot. La cotisation du MWh d'électricité sur le marché de gros est de 84,67€. Les prix sont actualisés chaque jour à 13h30 :

Évolution du prix de l'électricité Spot (day-ahead)
  Prix Spot de demain
24/04/2024
Prix Spot d'aujourd'hui
23/04/2024
Prix Spot il y a un mois
23/03/2024
Prix Spot il y a un an
23/04/2023
Prix en €/MWh 67.32 €/MWh 84.67 €/MWh 16.13 €/MWh 92.69 €/MWh
Évolution en € - - 68.54 € -8.02 €
Évolution en % - - 424.92% -8.65%

Source : Nord Pool Group - mis à jour manuellement le 23/04/2024

Évolution du prix Spot d'électricité

Source : Selectra

Le prix SPOT de l'électricité est resté proche du prix de l'ARENH d'EDF entre 2012 et 2020 (42 €/MWh) avant de subir une très forte augmentation des prix à partir de 2021.

Évolution du marché Spot de l'électricité entre 2012 et aujourd'hui : Prix moyen Day-ahead
AnnéePrix Spot Électricité Day-aheadÉvolution
201246,9 €/MWh--
201343,3 €/MWh-7.7%
201434,6 €/MWh-20.1%
201538,6 €/MWh+11.6%
201636,7 €/MWh-4.9%
201744,9 €/MWh+22.3%
201850,2 €/MWh+11.8%
201939,5 €/MWh-21.3%
202032,2 €/MWh-18.5%
2021109,2 €/MWh+239.1%
2022275,9 €/MWh+152.8%
202397 €/MWh-64,84%

Source : EEX - Tableau : JeChange.fr

Prix de l'électricité sur les marchés à terme

Évolution en 2023 : retour progressif à la normale !

Après les années records en 2021 puis en 2022, l'année 2023 est l'année du retour progressif à la normale des prix de l'électricité sur les marchés.

Prix de l'électricité SPOT 2023 en chiffres :

  • Prix SPOT moyen : 97 €/MWh, -65% par rapport à 2022 ;
  • Prix à terme annuel moyen : 162,72 €/MWh, -56% par rapport à 2021.

Le prix de l'électricité Spot a atteint son maximum le 23 janvier 2023 à 204,9€ du MWh. Ce prix record, bien que très élevé dans l'absolu, reste très faible en comparaison avec les tarifs d'échange sur le marché en 2022. Ce prix élevé est causé par la faible production du parc nucléaire d'EDF en ce début d'année 2023, toujours marqué par les problèmes de corrosion observés en 2022.

Des prix spot qui reviennent peu à peu à la normale en 2023

L'analyse approfondie des dynamiques du marché de l'électricité en France en 2023 révèle une baisse significative des prix spot, avec un prix moyen annuel établi à 97 €/MWh, représentant une réduction substantielle par rapport aux niveaux précédents. 

Cette évolution traduit une amélioration notable des facteurs influençant la sécurité d'approvisionnement. Cependant, il est essentiel de souligner que, malgré cette diminution, la volatilité des prix spot demeure accentuée, reflétant un marché encore marqué par une incertitude résiduelle.

La structure des prix au cours de l'année 2023 a vu un retour à des schémas pré-crise, avec des pics de prix lors des périodes de forte demande hivernale. Cette tendance contraste avec l'année 2022, où des tensions exceptionnelles avaient été observées durant l'été. 

Il est également à noter que les niveaux maximaux horaires de prix spot en 2023 restent nettement inférieurs à ceux enregistrés en 2022, illustrant une volatilité réduite et une moindre incertitude quant à la sécurité d'alimentation électrique.

Les prix spot de l'électricité en France se sont fréquemment alignés sur les coûts variables de production des moyens thermiques, intégrant le coût des quotas carbone. Cette corrélation démontre que les prix spot reflètent étroitement les variations du prix du gaz, soulignant l'importance de ces coûts dans la détermination des prix de l'électricité. 

Néanmoins, lors de la crise de l'été 2022, le marché a connu des prix exceptionnellement élevés, dépassant largement les coûts marginaux de production, ce qui s'explique par le fonctionnement marginaliste du marché.

L'année 2023 a également été marquée par une augmentation de la production renouvelable et nucléaire et une baisse de la consommation, entraînant une augmentation des périodes où les prix se sont situés en dessous des coûts variables des centrales thermiques. Cette tendance témoigne d'une adaptation progressive du marché face aux défis conjoncturels, permettant une gestion plus efficace de l'équilibre entre offre et demande.

Évolution du prix spot de l'électricité en 2023
Évolution du prix SPOT de l'électricité en 2023 sur les marchés de gros

Détente du marché à terme en 2023

La diminution de la prime de risque sur les prix à terme de l'électricité, observée depuis la fin de l'été 2023, s'inscrit dans un contexte d'apaisement des tensions relatives aux approvisionnements en gaz et en électricité, influant positivement sur les marchés à terme français. 

Historiquement, le prix moyen des contrats à terme pour l'année N+1 se maintenait autour de 40 €/MWh de 2014 à 2020. Toutefois, une escalade sans précédent a été constatée à partir de la mi-2021, avec un prix moyen de 122 €/MWh pour les contrats négociés entre juin et décembre 2021 pour une livraison en 2022, et une augmentation significative à 366 €/MWh en 2022 pour les livraisons en 2023. 

En revanche, 2023 marque un tournant avec un recul considérable des prix à terme à 162,7 €/MWh pour les livraisons en 2024, représentant une contraction de 56 % par rapport à l'année précédente, bien que ces valeurs demeurent supérieures aux moyennes historiques.

Cette hausse historique des prix à terme ne résultait pas uniquement des pressions exercées par les marchés des combustibles et des incertitudes liées à la sécurité d'approvisionnement en électricité. En effet, depuis le deuxième trimestre de 2022, une prime de risque, déconnectée des fondamentaux économiques des marchés de l'électricité, avait été intégrée aux prix, révélant une aversion au risque accrue des acteurs du marché et un mécanisme de protection contre des scénarios de risque extrêmes, bien que peu probables. 

Cette situation était exacerbée par une liquidité limitée sur le marché à terme français, où une portion significative de la consommation électrique nationale n'est pas traitée via le marché, et par une offre de produits de couverture offrant une visibilité et des opportunités de couverture à long terme restreintes.

La prime de risque, particulièrement marquée sur le marché français, a commencé à se résorber vers la fin de l'année 2022. Cette tendance s'est poursuivie en 2023, malgré une réapparition temporaire de cette prime au printemps et à l'été, suite à la découverte de nouveaux défauts sur des soudures des réacteurs, potentiellement vulnérables à la corrosion sous contrainte. 

Néanmoins, à partir de la fin de l'été 2023, cette prime de risque a progressivement disparu, contribuant à la stabilisation des prix à terme pour les livraisons du premier trimestre 2024.

Évolution du prix de l'électricité à terme en 2023 sur les marchés de gros
Évolution du prix de l'électricité à terme en 2023 sur les marchés de gros

Un retour à la normale également sur les marchés européens

En France, le marché spot de l'électricité a enregistré une baisse plus prononcée qu'au sein de ses pays voisins, réaffirmant sa position habituelle dans le panorama des prix européens. Ce phénomène est le résultat direct du modèle opérationnel du marché européen de l'électricité, qui repose sur le principe de marginalité. Ce dernier garantit l'optimisation de l'utilisation des moyens de production disponibles, dans le respect des capacités d'échange entre pays, favorisant ainsi une réduction des coûts de production à l'échelle du réseau interconnecté.

L'année 2022 a été marquée par une hausse notable des prix sur le marché français, accompagnée d'un renversement des flux d'échanges qui a vu la France devenir nettement importatrice, principalement en raison de la nécessité de recourir à des sources de production étrangères, plus coûteuses, pour pallier la réduction de la production nucléaire liée aux contrôles et réparations des phénomènes de corrosion sous contrainte.

Cependant, l'année 2023 a connu un apaisement des tensions sur le marché français, grâce à une augmentation de la production décarbonée, une réduction de la consommation et la baisse des prix du gaz. Ces facteurs ont diminué la dépendance à l'égard des moyens thermiques étrangers, permettant ainsi au prix spot français de se positionner à des niveaux inférieurs à ceux observés dans les pays voisins, et de renouer avec un bilan exportateur.

Cette tendance à la baisse des prix spot s'est également manifestée à l'échelle européenne, bien que dans une moindre mesure. Si en France, le prix est passé de 276 €/MWh en 2022 à 97 €/MWh en 2023, soit une réduction de 65%, en Allemagne, en Espagne et en Italie, les diminutions ont été respectivement de 60%, 48% et 58%

Ainsi, les prix spot français se sont réalignés dans la hiérarchie des prix européens, se situant en moyenne sous ceux de Grande-Bretagne et s'approchant de ceux pratiqués en Belgique et en Allemagne. 

Seule l'Espagne a maintenu des prix inférieurs à ceux de la France, en partie grâce à son abondante production renouvelable et à un mécanisme de plafonnement du prix du gaz qui n'a plus influé en 2023 du fait de la baisse des prix du gaz.

En 2023, la France a affiché un prix inférieur à celui de tous ses pays voisins pendant 15% du temps, une amélioration significative par rapport aux 4% de 2022 et à peine en dessous des 25% observés entre 2014 et 2019. 

Avec le développement continu des énergies renouvelables chez les voisins européens, il est probable que les prix moyens dans ces pays soient plus fréquemment inférieurs au prix français dans les années à venir, marquant ainsi une évolution notable par rapport à la période pré-2019.

Évolution du prix spot de l'électricité chez les pays européens
Évolution du prix spot de l'électricité chez les pays européens

Évolution en 2022 : l'année des records !

Alors que l'année 2021 s'est soldé par une hausse record de +329% du prix de l'électricité sur les marchés, l'année 2022 a été marquée par une série d'événements exceptionnels sur les marchés de l'énergie, avec des répercussions significatives à l'échelle mondiale soulignant la nécessité de politiques énergétiques résilientes et durables à l'échelle mondiale. 

Prix de l'électricité SPOT 2022 en chiffres :

  • Prix SPOT moyen : 275,9 €/MWh, +153% par rapport à 2021 ;
  • Prix à terme annuel moyen : 367,2 €/MWh, +286% par rapport à 2021.

Le prix de l'électricité Spot a atteint son maximum le 30 août 2022 à 743,84€ du MWh. Il s'agit à ce jour du record absolu. Les problèmes de corrosion des centrales nucléaires françaises ont obligé EDF à devoir arrêter près de la moitié de son parc nucléaire, poussant la France à devoir se fournir sur les marchés et l'exposant ainsi à la hausse des prix du gaz

D'autre part, les tensions internationales avec la Russie avec une série d'embargos et de sanctions économiques ont maintenu très élevés les prix. Enfin, la sécheresse exceptionnelle de l'été 2022 a affecté négativement la production d'hydroélectricité en France qui a baissé de 23,1% par rapport au 1er trimestre 2021.

Le 30 décembre 2022, le cours de l'électricité sur le marché Epex / Spot atteint son niveau le plus bas, à 4,38€ du MWh. En cause, des températures anormalement élevées, une consommation d'électricité en baisse grâce aux efforts de sobriété énergétique, une production d'électricité d'origine éolienne très élevée et un redémarrage des centrales françaises plus rapide que prévu.

Flambée sans précédent des prix spot en 2022

L'année 2022 restera gravée dans l'histoire du marché de l'électricité comme celle où les prix spot ont atteint des sommets jamais observés. Avec une valeur moyenne annuelle de 275,9 €/MWh, les tarifs spot ont subi une augmentation vertigineuse de 153% par rapport à 2021, qui avait présenté déjà une valeur élevée de 109,2 €/MWh. De telles valeurs auraient semblé inimaginables en 2019, annonçant ainsi une inflation de plus de 600% par rapport à cette année.

Cette hausse détonante des coûts d'électricité n'est pas isolée, reflétant une tendance globale à l'augmentation des prix des sources d'énergie en Europe et au-delà. Les impacts sont multiples et affectent non seulement les consommateurs et les industries, mais aussi les stratégies gouvernementales de soutien et d'intervention dans le secteur énergétique.

Évolution du prix de l'électricité à terme en 2022 sur les marchés de gros
Évolution du prix de l'électricité à terme en 2022 sur les marchés de gros

Instabilité des prix spot en début de l'année

L'année a débuté dans un contexte de marchés énergétiques déjà tendus, exacerbé par les défis liés au parc nucléaire français et à la crise gazière en Europe. La situation a évolué au cours des mois de janvier et février avec des prix spot qui, bien que stables, étaient marqués par une retenue, en restant en dessous de la barre des 200 €/MWh. Cette période de relative accalmie a été permise notamment du fait de températures clémentes qui ont épargné au système électrique une surcharge excessive.

Néanmoins, cette stabilisation initiale n'a été que de courte durée. La baisse de disponibilité du parc nucléaire, constituant une part significative de la production électrique française, et un approvisionnement fluctuant en gaz naturel liquéfié, ont eu pour conséquence une vulnérabilité accrue du marché aux évènements géopolitiques.

Conflit ukrainien et répercussions sur le marché de l'électricité

Fin février 2022 a marqué un point de bascule dans le secteur de l'énergie avec le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Cette instabilité géopolitique a eu des conséquences directes sur les marchés énergétiques avec une croissance rapide et significative des prix. Le marché spot français en a été le témoin par un pic impressionnant à 540,7 €/MWh le 8 mars, illustrant une augmentation de presque 190% en l'espace de même pas deux semaines.

Le contexte devenait d'autant plus incertain que l'Europe, et en particulier la France, l'Allemagne et l'Italie, dépendaient en grande partie du gaz russe pour leurs besoins énergétiques. Ainsi, le prix des combustibles, et par effet de cascade celui de l'électricité, s'est emballé, traduisant les inquiétudes du marché quant à la continuité et à la sécurité de l'approvisionnement énergétique.

Période de tension et montée des prix au printemps

Même si la hausse des prix a connu un ralentissement relatif à partir de la mi-mars jusqu'à la mi-juin, due en partie à des conditions météorologiques favorables et une forte production d'énergie renouvelable, le marché restait sur le qui-vive. L'afflux continu de livraisons de GNL a atténué partiellement les tensions. Cependant, la situation restait précaire, illustrée par des prix élevés, mais moins volatils que ceux observés en février et mars.

Néanmoins, le 4 avril 2022, une situation exceptionnelle a conduit à un pic insolite tout au long de la journée, culminant à 2 990 €/MWh pour certaines heures. Cet épisode a révélé la fragilité du marché français dans un contexte de disponibilité nucléaire faible et a entraîné des changements dans les mécanismes de plafonnement des prix sur les marchés européens, déclenchant une hausse automatique et non réversible du plafond des prix des enchères spot journalières de 3 000 €/MWh à 4 000 €/MWh.

Répercussions et réponse réglementaire à l'événement d'avril

Les prix Spot du 4 avril 2022 ont motivé une action réglementaire considérable, caractérisée par un examen approfondi de cet incident par la Commission de Régulation de l'Énergie (CRE). Leur analyse a conclu à une série de coïncidences défavorables et inattendues, plongeant le marché dans un état de perturbation majeure. Comme conséquence immédiate, la CRE a recommandé une révision de la stratégie de plafonnement des prix, critiquant l'effet automatique de l'augmentation qui ne tenait pas compte des caractéristiques particulières de l'événement ou de son caractère non structurel.

Cet appel a mené à la suspension de l'augmentation automatique du plafond de prix spot le 13 septembre 2022. La période temporaire de stabilisation a prévenu une nouvelle flambée potentielle des prix qui aurait suivi d'autres incidents similaires, démontrant la nécessité de redéfinir les mécanismes de sécurité sur les marchés de l'énergie.

Remontée importante des prix Spot durant l'été 2022

La seconde moitié du mois de juin 2022 a vu un renversement de cette tendance d'accalmie, avec les prix spot s'envolant à nouveau jusqu'à fin août. Les prix ont été affectés principalement par les préoccupations à propos des prix élevés du gaz et les inquiétudes concernant le niveau des stocks pour l'hiver suivant, 2022-2023. C'est à cette période que les prix à terme influent sur ceux de court terme, surtout quand les stocks d'énergie, en particulier l'hydraulique, sont à des niveaux préoccupants.

La pression haussière résultante a été exacerbée par la survenue de plusieurs vagues de chaleur qui ont boosté la consommation électrique pour les besoins en climatisation. Simultanément, des préoccupations quant à une gestion prudente du parc hydraulique ont émergé en anticipation de l'hiver, où les ressources en eau pourraient être cruciales. 

Ce cocktail d'événements a contribué à porter le prix spot journalier à 743,8 €/MWh le 30 août, créant un environnement commercial extrêmement hostile et instable.

Amélioration des conditions et baisse des prix en automne 2022

Fort heureusement, une conjoncture plus clémente s'est installée au début de l'automne, traduisant un repli significatif des tensions sur le prix spot. Cela s'est articulé autour d'une réduction de consommation due à des températures singulièrement hautes pour la saison, et d'une offre de gaz naturel liquéfié plus généreuse, remplissant progressivement les stocks et soulageant le marché du gaz. Une bonne performance des renouvelables, tels que l'éolien et le solaire, ajoutée à une meilleure capacité de remplissage des réserves hydroélectriques, a soutenu cette amélioration.

Cependant, le déclin des températures début décembre a renouvelé les pressions sur la consommation. La hausse inhérente de la demande pour le chauffage et la génération d'électricité a ramené une certaine volatilité sur le prix spot, qui cependant n'a pas égalé les extrêmes observés précédemment dans l'année.

Évolution en 2021 : l'année de l'explosion des prix

La reprise économique Post-Covid en cette année 2021 marque le début de la crise du marché de l'énergie. Au cours du dernier trimestre 2021, plusieurs événements simultanés, comme les certifications tardives de Nord Stream 2, l'arrivée du variant Omicron, les tensions Russie-Ukraine, et surtout la fermeture prolongée de réacteurs nucléaires par EDF, ont contribué à l'envolée des prix de l'électricité

Prix de l'électricité SPOT 2021 en chiffres :

  • Prix SPOT moyen : 109,2 €/MWh, +239% par rapport à 2020 ;
  • Prix à terme annuel moyen : 94,7 €/MWh, +111% par rapport à 2020.

Le 22 décembre 2021, le cours de l'électricité sur le marché Epex / Spot atteint son niveau le plus élevé, à 452,94€ du MWh. La cause principale qui explique cette hausse soudaine du prix Spot est la découverte de 4 nouveaux cas de corrosion sous contrainte dans les réacteurs français.

Le prix Spot d'électricité le plus bas pour l'année 2021 a lieu de 8 août avec un prix de 0,28€ du MWh. Ce prix proche de zéro s'explique par des conditions clémentes, une baisse de la consommation et un niveau de production élevé. Il s'agit d'un évènement ponctuel. Le lendemain, le prix était de 66.58€ du MWh.

Le Marché Spot en 2021 face à la crise gazière et la relance économique

Le prix moyen sur le marché spot de l'électricité pour l'année 2021 a connu une envolée historique à 109,2 €/MWh, soit une hausse impressionnante de 239% par rapport à 2020 et de 176% par rapport à 2019. Une augmentation qui coïncide avec un contexte de tension sur les prix des combustibles et une reprise économique post-confinement.

Le premier semestre a été témoin d'une progression régulière des prix spot, induite par l'augmentation des prix des combustibles et des quotas de CO2. La tendance s'est ensuite accentuée à partir de fin août 2021, des niveaux de tarification élevés s'expliquant par l'escalade des prix du gaz et une offre nucléaire affaiblie.

Vers la fin de l'année, les prix spot ont atteint des sommets avec une moyenne de 367,9 €/MWh la semaine du 19 décembre 2021. Le pic de cette vague tarifaire a été le 22 décembre 2021, jour où les prix ont flambé jusqu'à 453 €/MWh, avant de redescendre à environ 140 €/MWh la dernière semaine de l'année, une détente due à de meilleures conditions météorologiques.

Effet de la crise gazière sur l'électricité

L'impact de la crise gazière en Europe a été significatif, influençant les coûts de fonctionnement des centrales au gaz naturel et pesant sur le marché de l'électricité. 

La hausse des prix du gaz, combinée à une augmentation des coûts des quotas de CO2 qui sont passés de 30 €/tCO2 fin 2020 à plus de 80 €/tCO2 fin 2021, a directement répercuté sur le coût de production de l'électricité au fil de l'année.

Progression des prix au premier semestre 2021

La courbe ascendante des prix spot a pris forme progressivement, débutant avec l'escalade des prix des matières premières et jouant sur les variations de la consommation, en particulier avec les basses températures en janvier 2021 causant des tarifs excédant les 100 €/MWh

Juin 2021 a vu une accélération soutenue des prix, en partie due à une baisse de la production éolienne européenne, malgré des températures douces en France et un bon état du parc nucléaire.

Tensions estivales sur le solde exportateur français

La pression sur le marché de l'électricité s'est intensifiée durant l'été et tout au long de l'automne, avec des records journaliers dans la majorité des pays européens. Les cours des combustibles, incluant le charbon et principalement le gaz, se sont enflammés alors que l'énergie renouvelable affichait une faible performance. 

La France, cependant, a su profiter de son parc nucléaire disponible pour se maintenir avec des prix parmi les plus compétitifs de la région augmentant ainsi ses exportations.

Une fin d'année 2021 difficile

Les deux derniers mois de 2021 ont connu une aggravation de la crise énergétique en Europe. En France, des niveaux spectaculaires ont été atteints avec une moyenne tarifaire à 217 €/MWh en novembre et 274,6 €/MWh en décembre. 

La France s'est trouvée contrainte d'importer face à une chute de la production nucléaire, une diminution de l'énergie éolienne et des stocks hydrauliques bas, pendant que la demande grimpait avec l'arrivée de températures froides.

Évolution en 2020 : une année marquée par la crise sanitaire

Alors que l'année 2021 s'est soldé par une hausse record de +329% du prix de l'électricité sur les marchés, l'année 2022 a été marquée par une série d'événements exceptionnels sur les marchés de l'énergie, avec des répercussions significatives à l'échelle mondiale soulignant la nécessité de politiques énergétiques résilientes et durables à l'échelle mondiale. 

Prix de l'électricité SPOT 2020 en chiffres :

  • Prix SPOT moyen : 32,2 €/MWh, -18% par rapport à 2019 ;
  • Prix à terme annuel moyen : 44,9 €/MWh, -12% par rapport à 2019.

L'année 2020 a été marquée par une baisse considérable des prix spot de l'électricité. En moyenne annuelle, le prix spot base s'est établi à 32,2 €/MWh, soit une réduction de 18% comparé à 2019, où le prix était de 39,45 €/MWh

Cette baisse s'est ressentie à l'échelle de l'Europe et fut la première depuis 2004, principalement due à la chute de la consommation engendrée par la crise du COVID-19 et à un hiver exceptionnellement doux.

Conséquences de la crise sanitaire sur la demande et la production

La pandémie de COVID-19 a eu un impact profond sur le marché de l'électricité, particulièrement durant le premier confinement où la consommation a décliné de manière significative. La nécessité de réduire la production d'électricité face à la baisse de la demande a diminué le recours aux moyens thermiques, alors que les énergies renouvelables, notamment éolienne et photovoltaïque, ont affiché une production accrue, soit 7,7 TWh contre 6,5 TWh en 2019. 

Parallèlement, la production nucléaire a diminué de 18% entre mi-mars et mi-mai, atteignant un minimum historique de 49,5 TWh.

Impact détaillé du premier confinement sur les prix

Au plus fort du premier confinement, le marché de l'électricité a connu une période marquée par des prix extrêmement bas, avec une moyenne en France de seulement 15,3 €/MWh

Le 13 avril 2020, un lundi de Pâques où la consommation était particulièrement faible et les productions en énergie renouvelable élevées, un prix négatif à -75,8 €/MWh a même été observé. Au cours de l'année 2020, le marché a enregistré des prix négatifs sur 102 heures, une fréquence bien supérieure aux 27 heures de 2019.

Redressement progressif des prix spot

Avec l'assouplissement des mesures de confinement et la reprise de l'activité économique, les prix spot ont entamé une remontée graduelle à partir de juin 2020 et durant l'été, retrouvant progressivement un équilibre après le creux du printemps.

Tensions de fin d'année et hausse des tarifs

Septembre 2020 a vu renaître des tensions sur le réseau électrique, exacerbées par la maintenance prolongée de plusieurs unités nucléaires et par des contraintes environnementales limitant l'exploitation des centrales thermiques. 

Ces facteurs ont conduit à des pics de tarifs spot, avec des montants dépassant 100 €/MWh sur certaines heures et un record à 200,04 €/MWh le 21 septembre à 19h - le plus élevé depuis novembre 2018. 

En décembre 2020, les températures inférieures aux normales saisonnières ont encore accentué la demande énergétique et les tarifs spots.

Précisions sur les prix infrajournaliers

Les prix infrajournaliers, suivant la tendance des prix spot, se sont positionnés à 32,92 €/MWh en moyenne pour 2020, reflétant une diminution de 17% par rapport à 2019.

 Cette évolution parallèle des prix spot et infrajournaliers confirme la baisse générale des coûts de l'électricité sur l'ensemble de l'année.

Quel est le prix du kWh d'électricité en France ?

Comment est fixé le prix de l'électricité sur le marché Spot ?

Les prix de l’électricité sur le marché Spot sont influencés par plusieurs éléments. 

Tout d’abord, l’offre et la demande jouent un rôle crucial. Si la demande est forte et l’offre limitée, les prix ont tendance à augmenter. 

Ensuite, le coût de production de l’électricité a également un impact. Ce coût peut varier en fonction du type de source d’énergie utilisée pour produire de l'électricité : (gaz, charbon, nucléaire, éolien, solaire, etc.). De plus, le coût de l’énergie primaire (gaz, fioul, charbon, uranium, biomasse) est un facteur déterminant. Pour l’énergie solaire et éolienne, ce coût est inexistant. 

Enfin, sur le marché spot, chaque centrale de production est appelée selon un ordre de priorité qui dépend du coût marginal de production. Ce principe est appelé le “merit order”. 

Comment fonctionne le mécanisme du "merit order" pour fixer les prix de l'électricité sur les marchés ? 

Sur les marchés de gros de l’électricité, le prix du MWh fluctue en fonction des coûts marginaux de production. Selon la logique du "merit order", les unités de production sont sollicitées en fonction de l’ordre croissant de leurs coûts marginaux. C'est la dernière unité de production appelée qui fixe le prix de l'électricité pour l'ensemble.

Voici les énergies classées par ordre croissant selon les coûts marginaux :

  1. Géothermie : 0€ / MWh
  2. Éolien terrestre : 0€ / MWh
  3. Éolien en mer posé : 0€ / MWh
  4. Éolien en mer flottant : 0€ / MWh
  5. Solaire au sol : 0€ / MWh
  6. Hydrolien : 0€ / MWh
  7. Petite hydroélectricité : 0€ / MWh
  8. Nucléaire EPR : 27,7€ / MWh
  9. Nucléaire : 30€ / MWh
  10. Gaz naturel : 70€ / MWh
  11. Charbon : 86€ / MWh
  12. Fioul : 162€ / MWh

Avec des coûts marginaux très faibles, voire nuls, les énergies renouvelables sont les premières à être sollicitées. De plus, leurs unités de production sont peu coûteuses. Si les énergies renouvelables suffisent à couvrir l'ensemble de la demande, le prix de l'électricité Spot est alors proche de 0€ du MWh. 

Ensuite, l’énergie nucléaire est appelée, puis c'est au tour des centrales thermiques à gaz, et enfin aux centrales à charbon et au fioul. Ces dernières sont classées en fonction du coût du combustible, les autres coûts marginaux étant similaires.

Cours de l'électricité sur les marchés à terme

Cours de l'électricité au 22/04/2024 sur le marché à terme
Indices futurs mensuels
avril 202427.58 €/MWh
mai 202431.25 €/MWh
juin 202440.26 €/MWh
juillet 202461.79 €/MWh
août 202456.49 €/MWh
septembre 202480.24 €/MWh
octobre 202483.28 €/MWh
Indices futurs trimestriels
Q3 202465.89 €/MWh
Q4 2024110.99 €/MWh
Q1 2025119.08 €/MWh
Q2 202562.31 €/MWh
Q3 202573.18 €/MWh
Q4 2025106.97 €/MWh
Q1 2026104.7 €/MWh
Q2 202659.79 €/MWh
Q3 202660.08 €/MWh
Indices futurs annuels
CAL 202590.27 €/MWh
CAL 202678.11 €/MWh
CAL 202776.27 €/MWh
CAL 202873.48 €/MWh

Indices mensuels sur les 30 derniers jours

Le prix du MWh d'électricité en France sur le marché futur est de 40.26 €/MWh pour le mois de juin 2024, alors qu'il s'élevait à 58.52 €/MWh le 25/03/2024 pour le même contrat futur.

Source : EEX

Indices trimestriels sur les 90 derniers jours

Le prix du MWh d'électricité en France sur le marché futur est de 65.89 €/MWh pour le contrat trimestriel "Quarter" Q3 2024, alors qu'il s'élevait à 74.88 €/MWh le 31/01/2024 pour le même contrat futur.

Source : EEX

Indices annuels sur les 365 derniers jours

Le prix du MWh d'électricité en France sur le marché futur est de 90.27 €/MWh pour le contrat CAL 2025, alors qu'il s'élevait à 226.89 €/MWh le 14/06/2023 pour le même contrat futur.

Source : EEX

Qu'est-ce que le marché à terme de l'électricité ?

Le marché à terme est une plateforme d’échange où les transactions d’achat ou de vente d'électricité sont planifiées pour une date ultérieure. L’idée est d’acheter ou de vendre de l'électricité à une date future à un prix défini à l'avance.

Dans le domaine de l’électricité, le marché à terme de l'électricité joue un rôle crucial. Il offre la possibilité de garantir l’achat de volumes d’électricité à moyen ou long terme. Les livraisons peuvent s’étendre jusqu’à trois ans. 

L’utilisation du marché à terme permet aux fournisseurs d’électricité de stabiliser leur budget avant la revente. C’est un outil précieux pour les fournisseurs d’électricité pour gérer les risques liés aux variations des prix de l’électricité.

Comment fonctionnent les produits Calendar ou CAL ?

Sur le marché à terme peuvent s'échanger des contrats d’électricité avec une livraison d’électricité qui aura lieu plusieurs mois ou années après la date de signature du contrat.

Un produit “calendar” est unique car il représente le prix de l’électricité pour une livraison sur toute l’année spécifiée. Par exemple, un produit CAL 25 ou CAL 2025 représente le prix de l’électricité achetée à un moment donné pour être livrée et utilisée en 2025.

Ces contrats Calendar donnent de la visibilité aux acheteurs avec l'assurance de payer un prix au MWh établi à l'avance sur du long terme.

Sur ce marché à long terme, deux produits différents peuvent être achetés :

  1. Le produit “Base” (Baseload ou BL), qui correspond à une puissance constante sur toutes les heures de la période définie, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.
  2. Le produit “Pointe” (Peakload ou PK), qui correspond à l’électricité consommée pendant les heures de pointe du réseau, généralement de 9h à 11h et de 18h à 20h.

Ces deux produits sont utilisés par les fournisseurs pour reconstituer le profil de consommation de leurs clients.

Ainsi, un produit intitulé 4 MW CAL 25 France BL correspond à la livraison d'une puissance constante de 4 MW sur toute l'année 2025, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Si le prix de ce produit 4 MW CAL 25 France BL est de 60€ du MWh, alors le fournisseur paiera pour ce produit un prix total de 2.102.400€ pour de l'électricité qui sera livrée tout au long de l'année 2025 (365 x 24 x 4 x 60).

Prix du gaz PEG en temps réel

Réforme du marché européen de l'électricité

Face à la volatilité des prix énergétiques exacerbée par le conflit géopolitique en Ukraine, l'Union européenne a adopté en décembre 2023 des mesures de réforme visant à prévenir les hausses brutales du prix de l'électricité sur les marchés. Cette réforme constitue une riposte coordonnée à la crise énergétique des années 2021 et 2022.

Principaux objectifs de la réforme

L'accord conclu entre les États membres et le Parlement européen en décembre 2023 a deux objectifs principaux :

  1. la promotion des investissements dans les énergies à faible émission de carbones, y compris le nucléaire, afin de favoriser une transition vers des sources énergétiques renouvelables ;
  2. la stabilisation des marchés énergétiques à long terme afin de renforcer la compétitivité industrielle en réduisant l'impact sur les porte-monnaies des citoyens

Les contrats pour la différence (CFD)

Le nouvel accord législatif met en avant les "contrats pour la différence" (CFD) comme outil pour insuffler de la prévisibilité au marché. Ces contrats à terme garantissent un prix fixe de l'électricité, subventionné par l'État, pour les projets d'énergies renouvelables et de production nucléaire. 

Ces contrats CFD permettent aux producteurs d'électricité de maintenir un équilibre financier, soit en retournant les profits au-delà du prix de marché convenu, soit en recevant une compensation lors de prix inférieurs aux attentes.

Fonctionnement des contrats CFD pour l'électricité
Fonctionnement des contrats CFD pour l'électricité. Source

Protection des consommateurs

Au cœur de la réforme du marché européen de l'électricité figurent diverses mesures destinées à protéger les consommateurs. 

En période de crise prolongée, comme ce fut le cas en 2021 et 2022, des actions coordonnées au niveau européen peuvent être déclenchées, facilitant la mise en place de dispositifs tels que des boucliers tarifaires pour préserver les ménages les plus précaires et les petites entreprises.

Les dérogations aux mécanismes de capacité

Un aspect crucial du débat a porté sur les mécanismes de capacité, qui autorisent les États à compenser les installations sous-utilisées pour prévenir la carence en fourniture d'électricité. 

Des exemptions aux standards écologiques ont été négociées, permettant à certains pays de les exploiter sous conditions rigoureuses, notamment la Pologne, jusqu'à la fin de 2028.

Prix des enchères de capacité EPEX Spot en direct

Présentation de la bourse européenne de l’électricité EPEX SPOT

logo Epex Spot

EPEX SPOT, fruit d'une collaboration franco-allemande, est une bourse d’électricité qui joue un rôle majeur dans le commerce de l’électricité en Europe. Elle opère sur le marché de gros de l’électricité et couvre 13 pays européens, dont bien évidemment la France. 

En 2022, EPEX SPOT a échangé 611 TWh, soit un tiers de la consommation annuelle d’électricité en Europe.

Fonctionnement d’EPEX SPOT

Sur EPEX SPOT, près de 350 entreprises, allant des producteurs et fournisseurs d’électricité aux opérateurs de réseau et aux consommateurs industriels, se réunissent et placent leurs commandes. 

EPEX SPOT fait alors correspondre l’offre et la demande agrégées, à la fois dans les enchères du lendemain et en intraday, et en continu, de produits horaires à des produits de 15 minutes.

En faisant cela, EPEX SPOT crée des signaux de prix qui déclenchent des décisions à tous les niveaux du système électrique et optimisent les flux d’électricité à travers l’Europe. 

De plus, la bourse Epex Spot contribue à la transformation et à la décarbonisation du secteur de l’énergie et à l’accord vert de l’UE via des marchés et des contrats qui favorisent l’intégration croissante des énergies renouvelables.

Portée d’EPEX SPOT

Les marchés d’EPEX SPOT s’étendent à travers l’Europe centrale et occidentale (CWE), la Suisse, le Royaume-Uni, les pays nordiques et la Pologne. Le personnel d’EPEX SPOT, composé de personnes de 24 nationalités différentes basées dans sept pays.

Dates clés de l'histoire d'Epex Spot

Voici quelques dates clés de son histoire d'EPEX SPOT, ou “European Power Exchange”, la bourse européenne d’électricité au comptant :

  • 2009 : EPEX SPOT est créé suite à une fusion des activités de marché au comptant de l’EEX allemand et de Powernext français. Les marchés couverts étaient la France (Day-Ahead & Intraday), l’Allemagne (Day-Ahead & Intraday), l’Autriche (Day-Ahead) et la Suisse (Day-Ahead).
  • 2010 : Lancement du Market Coupling en Europe centrale et occidentale.
  • 2011 : Lancement des premiers contrats de 15 minutes sur le marché Intraday allemand.
  • 2012 : Lancement du marché Intraday en Autriche.
  • 2013 : Lancement du marché Intraday en Suisse.
  • 2014 : Extension du Market Coupling à l’Europe du Nord-Ouest (pays nordiques et baltes) et à l’Europe du Sud-Ouest (Espagne et Portugal); lancement de la première enchère Intraday de 15 minutes en Allemagne.
  • 2015 : Fusion avec APX, EPEX SPOT couvre également la Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni (8 pays au total).
  • 2016 : Lancement du marché de capacité français.
  • 2017 : Lancement de contrats de 30 minutes en Allemagne, Autriche et Suisse.
  • 2018 : Lancement du couplage intrajournalier unique européen, couvrant 14 pays. Lancement de services pour le marché irlandais.
  • 2019 : Lancement des enchères intrajournalières transfrontalières en Suisse, couplées avec le marché italien. Lancement d’un projet pilote pour les marchés de flexibilité locaux dans le nord de l’Allemagne.
  • 2020 : Lancement des marchés Day-Ahead & Intraday au Danemark, en Finlande, en Norvège et en Suède (12 pays au total). Lancement des enchères Intraday de 15 et 30 minutes à travers l’Europe centrale et occidentale.
  • 2021 : Lancement du marché Day-Ahead en Pologne (13 pays au total), le marché Intraday suivra bientôt. Lancement de l’After-Market en Belgique et aux Pays-Bas.
  • 2022 : Lancement de l’offre Intraday en Pologne, lancement de nouveaux indices météorologiques en coopération avec Speedwell climate, début réussi pour l’enchère spot pan-européenne pour les Garanties d'Origine (GO).
  • 2023 : Lancement du marché Localflex aux Pays-Bas.