Prix Gaz PEG

Prix PEG Gaz 2024 : Cours du gaz, prix du MWh en temps réel

Mis à jour le
minutes de lecture

Le prix du MWh de gaz sur le marché PEG pour la France au 14/06/2024 est de 35.573€, ce qui est -1% par rapport à son niveau le plus élevé sur le dernier mois : 36.014€/MWh, cotisation correspondant au 2024-06-03. 

Tous les cours du gaz PEG en temps réel

PEG Month Ahead 08 2024

35.573€ /MWh Voir les détails

PEG Quarter Ahead 2024 Q3

35.638€ /MWh Voir les détails

PEG Year Ahead Y 2025

36.794€ /MWh Voir les détails

Prix PEG à jour à la dernière clôture le 14/06/2024

Voici l'indice PEG TTF à échéance mensuelle, trimestrielle et annuelle à date du 15 juin 2024 :

Prix du gaz PEG : clôture d'hier (14/06/2024)
ÉchéancesPrix PEG annuel (Contrat Y+1)
Y 202536.794 €/MWh
Y 202632.117 €/MWh
Y 202728.092 €/MWh
ÉchéancesPrix PEG trimestriel (Contrats Q+1)
2024 Q335.638 €/MWh
2024 Q437.945 €/MWh
2025 Q139.114 €/MWh
2025 Q236.299 €/MWh
2025 Q334.98 €/MWh
2025 Q436.829 €/MWh
2026 Q136.738 €/MWh
ÉchéancesPrix PEG mensuel (Contrats M+1)
01 202539.09 €/MWh
06 202434.795 €/MWh
07 202435.234 €/MWh
08 202435.573 €/MWh
09 202436.124 €/MWh
10 202436.373 €/MWh
11 202438.215 €/MWh
12 202439.262 €/MWh

Source : EEX PEG Futures gaz.

Prix du kWh de gaz en juin 2024

Prix PEG Gaz pour les contrats M+1 (Month Ahead)

Dernière valeur PEG Monthly index €/MWh - Clôture du 14/06/2024

  • Contrat PEG Gaz 08 2024 : 35.573€/MWh
  • Évolution : -1% par rapport à la valeur maximale sur les 30 derniers jours.
  • Valeur maximale sur les 30 derniers jours : 36.014€/MWh
  • Valeur minimale sur les 30 derniers jours : 30.699€/MWh

À date de la dernière clôture, le prix du MWh de gaz des contrats futurs pour le mois de août 2024 s'établit à 35.573€. Sur les 30 derniers jours, c'est -1% par rapport à son prix le plus élevé, 36.014€ du MWh, atteint le 03/06/2024 et de +16% par rapport à son prix le plus bas, 30.699€ du MWh, atteint le 16/05/2024.

.

Le record historique a été atteint en août 2022 avec un prix du MWh de 170,361€.

Source : EEX PEG Futures gaz

Que signifie l'indice PEG Gaz pour les contrats M+1 ?

Les contrats "M+1" pour l'indice PEG Gaz font référence à des contrats pour lesquels le prix du gaz est indexé sur les cotations du PEG pour le mois suivant, désigné plus communément par le terme "Month Ahead" (Mois Suivant).

Le prix PEG Gaz pour les contrats M+1 reflète les mouvements de prix sur le marché de gros du gaz naturel pour la livraison le mois suivant, ce qui est directement transmis au consommateur sous la forme du prix du gaz qu'il paiera. Les particuliers et les entreprises doivent évaluer s'ils sont prêts à accepter les fluctuations des prix du marché lorsqu'ils optent pour de tels contrats.

Voici ce que cela implique pour l'acheteur :

  • Les contrats M+1 permettent aux clients d'acheter du gaz à un prix qui est déterminé par la moyenne des prix sur le marché du PEG pour le mois suivant.
  • Les contrats M+1 offrent au client une visibilité sur le prix de leur gaz pour le mois à venir, ce qui peut être particulièrement utile pour la planification budgétaire.
  • Ces contrats M+1 peuvent offrir plus de flexibilité que les contrats à prix fixe sur long terme, étant donné qu'ils peuvent bénéficier des baisses de prix sur les marchés de gros.
  • Cependant, cela signifie aussi que le consommateur est soumis à la volatilité des prix du marché, qui peut être influencée par de nombreux facteurs, tels que les conditions météorologiques, la politique, l'économie et d'autres événements géopolitiques.

Prix PEG Gaz pour les contrats Q+1 (Quarter Ahead)

Dernière valeur PEG Quarterly index €/MWh - Clôture du 14/06/2024

  • Contrat PEG Gaz 2024 Q3 : 35.638€/MWh
  • Évolution : -2% par rapport à la valeur maximale sur les 30 derniers jours.
  • Valeur maximale sur les 30 derniers jours : 36.193€/MWh
  • Valeur minimale sur les 30 derniers jours : 26.042€/MWh

À date de la dernière clôture, le prix du MWh de gaz des contrats futurs pour le trimestre 2024 Q3 s'établit à 35.638€. Sur les 30 derniers jours, c'est -2% par rapport à son prix le plus élevé, 36.193€ du MWh, atteint le 03/06/2024 et de +37% par rapport à son prix le plus bas, 26.042€ du MWh, atteint le 03/04/2024.

.

Source : EEX PEG Futures gaz

Que signifie l'indice PEG Gaz pour les contrats Q+1 ?

Les contrats PEG Gaz "Q+1" pour le gaz se réfèrent à des contrats de fourniture de gaz naturel dont le prix est basé sur l'indice du PEG pour le trimestre suivant, "Quarter Ahead" (trimestre suivant) en anglais.

Dans de tels contrats, les paramètres de prix sont fixés sur la base des cotations du marché PEG pour le trimestre à venir, autrement dit, la période de trois mois suivant celle en cours. 

Voici quelques points clés à propos des contrats Q+1 :

  • Stabilité des Prix : Les contrats Q+1 offrent une certaine stabilité pour le consommateur car ils permettent de figer le prix sur une période de trois mois. Cela réduit l'exposition aux fluctuations de prix mensuelles, ce qui peut être avantageux pour le budget et la planification financière.
  • Planification Budgétaire : Ce type de contrat peut aider les particuliers et les entreprises à mieux planifier leurs dépenses énergétiques en offrant une visibilité sur les prix pour une durée plus longue que les contrats mensuels.
  • Volatilité : Les clients sous contrats Q+1 sont moins exposés aux variations de prix à court terme, mais doivent tout de même prendre en compte la volatilité inhérente aux marchés de gros, qui peut être influencée par divers facteurs macroéconomiques et géopolitiques.
  • Adaptabilité aux Marchés : Les contrats Q+1 sont plus adaptés aux clients qui recherchent un compromis entre le risque des contrats indexés à très court terme (comme les contrats M+1) et l'engagement potentiellement plus long sur les prix fixes.

Il est conseillé aux consommateurs qui envisagent un contrat Q+1 de s'informer auprès de leur fournisseur sur les modalités précises, l'historique des prix PEG et la manière dont le prix pour le trimestre suivant est calculé et révisé, afin de comprendre pleinement leur facturation et les risques associés.

Prix PEG Gaz pour les contrats Y+1 (Year Ahead)

Dernière valeur PEG Yearly index €/MWh - Clôture du 14/06/2024

  • Contrat PEG Gaz Y 2025 : 36.794€/MWh
  • Évolution : -23% par rapport à la valeur maximale sur les 30 derniers jours.
  • Valeur maximale sur les 30 derniers jours : 47.672€/MWh
  • Valeur minimale sur les 30 derniers jours : 26.616€/MWh

À date de la dernière clôture, le prix du MWh de gaz des contrats futurs pour l'année 2025 s'établit à 36.794€. Sur les 30 derniers jours, c'est -23% par rapport à son prix le plus élevé, 47.672€ du MWh, atteint le 12/10/2023 et de +38% par rapport à son prix le plus bas, 26.616€ du MWh, atteint le 23/02/2024.

.

Source : EEX PEG Futures gaz

Que signifie l'indice PEG Gaz pour les contrats Y+1 ?

Le Prix PEG Gaz pour les contrats Y+1 fait référence au tarif du gaz naturel basé sur les indices de prix au Point d'Échange de Gaz (PEG) pour l'année suivante. Dans le contexte des contrats de fourniture de gaz, "Y+1" signifie "Year Ahead", ou "année suivante" en français.

Pour les consommateurs, cela implique que les prix du gaz naturel pour leur contrat sont indexés sur les prévisions de prix à long terme sur le marché du PEG, et non sur les fluctuations à court terme. Cela permet une certaine sécurité de prix pour toute l'année qui suit, donnant aux clients la capacité de mieux anticiper leurs coûts en matière de gaz naturel sur une période plus étendue.

Les contrats Y+1 sont particulièrement adaptés pour les clients qui souhaitent se protéger contre les variations de prix imprévues et qui préfèrent une approche de gestion du risque à plus long terme. Cependant, ces contrats requièrent également une analyse attentive du marché et des tendances pour s'assurer que le prix fixé pour l'année suivante est compétitif et avantageux.

Analyse et évolution du prix PEG en 2022

Les cours du gaz PEG 2022 en chiffres 

  • Prix moyen PEG Spot : 98,1 €/MWh, +111% par rapport à 2021 ;
  • Prix moyen PEG Calendaire : 107,3 €/MWh, +218% par rapport à 2021.

En 2022, les contrats quotidiens sur le marché PEG ont atteint des niveaux jamais vus, marquant des différences considérables par rapport à d'autres marchés européens.

La moyenne annuelle des prix quotidiens du PEG a grimpé à 98,1 €/MWh, ce qui représente une augmentation significative, dépassant largement le double du prix moyen de l'année précédente qui s'établissait à 46,5 €/MWh, et se positionne cinq fois au-dessus de la moyennee historique fixé autour de 20 €/MWh.

Un pic a été atteint le 7 mars 2022, avec un tarif s'élevant à 213,4 €/MWh, surpassant le pic de 183,5 €/MWh enregistré en décembre 2021. Plus tard, le 29 août 2022, les tarifs ont connu un nouveu record, avec un coût par MWh de 227,5 €.

Ces valeurs records ont été observées dans le sillage de divers facteurs macroéconomiques, et en particulier des perturbations du côté de l'approvisionnement, avant de connaître un resserrement tarifaire amorcé dès la fin du mois d'août, qui s'est poursuivi pour le reste de l'année.

Cette détente des prix a été influencée par un renforcement des stocks de gaz, un afflux massif de GNL vers les marchés européens et un climat relativement clément durant l'automne qui a tempéré la demande énergétique.

Suivre le prix de l'électricité SPOT en temps réel

Impact de la diminution des flux de gaz russe

L'approvisionnement en gaz de l'Europe a subi un changement drastique en 2022 due à une baisse de 50% des flux de gaz russe par rapport à l'année antérieure. Alors que ces importations constituaient auparavant la première source d'approvisionnement avec 33% des importations totales, la part du gaz russe est tombée à seulement 18% en 2022. 

Cette chute a provoqué une hausse notable des prix du gaz en Europe, amorcée par des tensions géopolitiques et la diversité des approvisionnements.

Augmentation des importations de Gaz Naturel Liquéfié (GNL)

Pour compenser la réduction de l'approvisionnement russe, l'Europe a massivement augmenté ses importations de GNL, qui ont doublé en 2022 pour représenter 36% de l'approvisionnement total en gaz. 

La Norvège a maintenu un niveau de fourniture stable représentant 33% des importations européennes, tandis que l'Afrique du Nord et l'Azerbaïdjan en constituaient respectivement 10% et 3%.

Fluctuations des prix et leur déterminant

Les marchés européens du gaz ont vu un pic dans les prix, déclenché par l'invasion de l'Ukraine par la Russie fin février 2022. Les prix du gaz ont alors fortement grimpé, atteignant une somme historiquement haute avant de redescendre en réaction à un afflux conséquent de GNL vers l'Europe. Ce pic de prix a connu un point culminant le 26 août 2022, où le contrat PEG front-month a été valorisé à 244 €/MWh

Toutefois, les prix ont connu une dégressivité vers la fin de l'année grâce à un niveau satisfaisant de remplissage des stockages européens et des discussions au sujet de l'introduction de plafonds de prix sur le gaz à l'échelle européenne.

Graphique évolution du prix du gaz PEG calendaire en 2022

Graphique évolution du prix du gaz PEG calendaire en 2022

Effet de la sécheresse et des infrastructures gazières

Les prix ont aussi été affectés par des facteurs logistiques et climatiques, notamment les réductions progressives de la capacité du gazoduc Nord Stream qui assurait la moitié des exportations russes vers l'Europe en 2021. 

La tendance haussière des prix était soutenue autant par des limitations opérationnelles des installations gazières norvégiennes que par une sécheresse impactant la production hydroélectrique européenne.

Réponse européenne et stratégie d'approvisionnement

Face à la crainte de pénuries, l'Europe a renforcé son dispositif d'approvisionnement par des mandats confiés à des entités telles que le gestionnaire de la zone de marché Trading Hub Europe en Allemagne, chargeant explicitement ces acteurs de l'acquisition de gaz pour remplir les réserves. 

La campagne d’injection active menée en Europe a permis d'atteindre les objectifs fixés avant l'hiver, démontrant une résilience singulière du continent malgré les perturbations majeures dans l'approvisionnement traditionnel.

Disparité des prix au sein de l'Europe

Les fluctuations des prix du gaz ont révélé des écarts significatifs entre les différents points d'échange en Europe, avec des prix plus élevés dans les pays fortement dépendant du gaz russe. Le prix moyen du contrat PEG day-ahead, à 98,1 €/MWh, était plus que du double de celui de 2021 qui était de 46,5 €/MWh

Cette disparité souligne les défis et les opportunités pour l'optimisation des réseaux d'énergie et la coordination européenne face aux crises énergétiques.

Analyse et évolution du prix PEG en 2021

Les cours du gaz PEG 2021 en chiffres 

  • Prix moyen PEG Spot : 46,4 €/MWh, +398% par rapport à 2020 ;
  • Prix moyen PEG Calendaire : 33,7 €/MWh, +151% par rapport à 2020.

En 2021, les valeurs du gaz sur le marché européen ont enregistré une hausse exceptionnelle, caractérisée par des variations importantes et une réaction directe aux évolutions de la politique d'importation en Europe, et en particulier les variations provenant des flux russes.

Le contrat PEG prévoyant les livraisons mensuelles a enregistré un record historique avec un prix de 21,9 €/MWh au cours du mois de janvier 2021, sans toutefois atteindre les tarifs bien plus élevés pratiqués en Asie. Là-bas, le coût du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) était supérieur à 85 €/MWh.

Pour le PEG day-ahead, le pic le plus notable a été atteint le 21 décembre 2021, lorsque les prix ont grimpé jusqu'à 183 €/MWh, marquant un tournant décisif pour le marché gazier européen de cette année-là.

Sensibilité accrue du marché PEG

En 2021, le marché PEG a connu des mouvements de prix prononcés sous l'influence d'une sensibilité exacerbée aux nouvelles relatives à l'approvisionnement européen en gaz, en particulier les importations depuis la Russie.

Cette mouvance a été héritée d'une année 2020 où les conditions pandémiques avaient conduit à des prix moyennement annuels peu élevés, à hauteur de seulement 9,3 €/MWh pour le PEG day-ahead.

Impact de la vague de froid et du GNL asiatique sur le PEG

Le début de 2021 a démarré avec une faible réception du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) par l'Europe, confrontée simultanément à une demande accrue en Asie causée par une vague de froid exceptionnelle. 

La tension sur le marché du GNL a entraîné une importante sollicitation des réserves en Europe et provoqué une montée du prix month-ahead au PEG, qui a atteint un pic de 21,9 €/MWh le 12 janvier 2021, une valeur restant substantiellement inférieure aux tarifs asiatiques de plus de 85 €/MWh.

Facteurs influençant l'augmentation continue des prix du gaz

Le maintien d'un niveau de remplissage des stocks modeste tout au long de l'année a alimenté une élévation continue dans le coût du gaz.

Les faibles températures du printemps, le ralentissement des approvisionnements de gaz par Gazprom, et la perceptibilité d'une conduite non commerciale de la part de ce fournisseur durant l'été, ont exacerbé l'augmentation des prix et soulevé des préoccupations quant à des risques de pénurie pour la saison hivernale 2021/2022.

Concurrence entre l'Europe et l'Asie pour le GNL

L'Europe et l'Asie ont été engagées durant l'année dans une compétition vigoureuse pour obtenir des chargements de GNL, engrangeant une hausse continue du prix de cette ressource. 

Le marché global du gaz est demeuré sous tension, en partie due à une demande asiatique forte en GNL, des exportations réduites de gaz russe vers l'Europe, des incidents impactant les infrastructures gazières, et un recours accru au gaz pour la production d'énergie thermique, en remplacement du charbon.

Volatilité record en fin d'année 2021

Avec des niveaux bas de stockage de gaz en Europe à l'approche de l'hiver 2021-2022, une inquiétude notable a émergé sur le marché à l'égard des approvisionnements futurs. Cette préoccupation a été atténuée en France grâce à la réforme de 2018 visant à réguler les stockages de gaz. 

Les prix européens ont fortement grimpé vers la fin de 2021, avec un premier pic notable au PEG, le day-ahead, à 114 €/MWh le 5 octobre. 

La période a été marquée par une très forte volatilité et une sensibilité aiguë aux annonces politiques relatives aux approvisionnements. La mise en opération du gazoduc Nord Stream 2 et les communications successives du gouvernement russe sur l'exportation de gaz vers l'Europe, ont créé d'importants mouvements tarifaires. 

Dans ce climat de volatilité et de redoutes d'une pénurie hivernale, les cotations du PEG day-ahead ont connu des sommets à la fin de l'année, notamment avec un tarif allant jusqu'à 183 €/MWh le 21 décembre 2021.

Graphique évolution du prix du gaz PEG calendaire en 2021

Graphique évolution du prix du gaz PEG calendaire en 2021

La France face à l'augmentation des importations de GNL

La France, bénéficiant de ses infrastructures et de sa capacité de transport de gaz, a été parmi les nations européennes qui ont permis d'absorber le flux substantiel de GNL en fin d'année, contrebalançant ainsi la possibilité d'une rupture d'approvisionnement.

Analyse et évolution du prix PEG en 2020

Les cours du gaz PEG 2020 en chiffres : 

  • Prix moyen PEG Spot : 9,3 €/MWh, -31% par rapport à 2019 ;
  • Prix moyen PEG Calendaire : 13,4 €/MWh, -27% par rapport à 2019.

En 2020, la pandémie a entraîné une chute des demandes de gaz, accentuant l'excès d'offre et abaissant drastiquement les prix. Le PEG day-ahead a plongé sous 8 €/MWh pour plusieurs mois, atteignant même 2,9 €/MWh fin mai. La fin d'année a vu un rebond des prix, stimulé par un hiver particulièrement froid en Asie et un pic de 33,9 €/MWh pour le GNL.

Pour l'année, les prix spot au PEG ont baissé de 31 % par rapport à 2019, avec une moyenne annuelle de 9,3 €/MWh, tandis que l'écart moyen entre les prix au PEG et au TTF s'est légèrement inversé, reflétant une meilleure convergence du marché.

Turbulences liées à la crise sanitaire

La crise sanitaire mondiale a entraîné une chute spectaculaire de la demande de gaz au début de l'année 2020, exacerbant l'impact du marché déjà saturé. Le produit PEG day-ahead a suivi cette tendance baissière, demeurant en dessous de 8,0 €/MWh jusqu'à mi-août et touchant un plancher historique de 2,9 €/MWh vers la fin mai.

Comparaison avec le marché du Henry Hub

La dépréciation des prix européens a positionné les contrats mensuels du PEG ainsi que ceux des hubs néerlandais (TTF) et britanniques (NBP) en dessous des niveaux du Henry Hub durant des périodes de juin à août, s'illustrant notamment par un prix plancher record pour le NBP à 3,3 €/MWh le 28 mai.

Reprise du marché en fin d'année

Vers la fin de 2020, les tarifs de court terme ont rebondi fortement, portés par une hausse du différentiel de prix avec l'Asie suite à une vague de froid exceptionnelle dans cette région. Les prix du GNL en Asie ont fortement augmenté, culminant à 33,9 €/MWh le 17 décembre pour l'indice EAX, induisant un différentiel notable avec les contrats mensuels au PEG.

Baisse générale sur l'année

En moyenne annuelle, les prix spot du PEG ont subi une baisse de 31 % comparativement à 2019, avec une moyenne de 9,3 €/MWh. Les contrats mensuels PEG ont également observé une réduction moyenne de 33 %, s'établissant à 9,8 €/MWh en moyenne pour l'année.

Convergence des hubs gaziers

L'écart moyen entre les prix spot du PEG et ceux du hub TTF a été moins marqué que l'année précédente, passant de 0,06 €/MWh en 2019 à -0,10 €/MWh en 2020, témoignant d'une convergence renforcée entre ces marchés clés.

Évolution des prix à terme

Le contrat calendaire débutant l'année en tendance baissière a suivi la dynamique de 2019. La pandémie a poussé ces tarifs encore plus à la baisse, le contrat calendaire 2021 PEG oscillant entre 11,8 €/MWh et 14,2 €/MWh de mars à septembre. Les annonces de vaccins et d'autres facteurs ont fait grimper le contrat calendaire 2021 PEG à 16,9 €/MWh en fin d'année.

Graphique évolution du prix du gaz PEG calendaire en 2020

Graphique évolution du prix du gaz PEG calendaire en 2020

Sollicitation et adjudication des capacités de stockage

Malgré des prix hiver/été moins attrayants, les enchères pour les capacités de stockage françaises ont connu un succès, avec un volume total de 128 TWh souscrit pour l'année 2020/2021 et un prix moyen d'adjudication de 3,85 €/MWh, confirmant le fonctionnement efficient du système d'enchères et sa contribution à la sécurité d'approvisionnement.

Performance du marché spot français

Le marché spot français s'est avéré être le plus compétitif en Europe en 2020, avec un prix inférieur en moyenne de 0,1 €/MWh par rapport au TTF néerlandais et un écart moyen de prix calendaire avec le TTF quasi nul à -0,04 €/MWh, preuve d'une parfaite corrélation des tags entre la France et les Pays-Bas.

Fonctionnement du marché PEG

Le Point d'Échange de Gaz (PEG) est un marché central pour l'échange de gaz naturel en France, permettant de refléter les conditions de l'offre et de la demande à l'échelle nationale et internationale.

Le marché PEG est un élément vital de l'écosystème énergétique. Il permet une intégration efficace des marchés régionaux avec le marché européen plus vaste et fournit un mécanisme qui ajuste dynamiquement les prix et les flux de gaz en fonction des conditions du marché.

Place de marché

Le PEG est avant tout une place de marché virtuelle où les producteurs, les grossistes, les fournisseurs de gaz et d'autres acteurs majeurs du marché du gaz peuvent acheter et vendre du gaz naturel. 

Cette plateforme centralise les transactions et fournit une transparence essentielle à laquelle les marchés financiers s'alignent. L'interface électronique sur laquelle le PEG fonctionne permet une réactivité et une efficacité élevées pour répondre aux exigences de court terme et de planification à long terme des différents utilisateurs de gaz.

Liste des fournisseurs de gaz en France

Transactions

Sur le PEG, les transactions incluent divers types de contrats, allant de l'immédiat avec des contrats "jour même" ou "lendemain" pour répondre aux besoins de dernière minute, à des contrats à terme pour la gestion des risques sur les prix sur une base mensuelle, trimestrielle, saisonnière ou annuelle

Les opérateurs peuvent ainsi gérer les fluctuantes prévisibles et imprévisibles dues à des facteurs tels que la demande saisonnière, les conditions météorologiques, l'approvisionnement et les changements dans la réglementation ou l'économie.

Détermination des prix

Le prix du gaz sur le PEG est directement influencé par la loi de l'offre et la demande. Le marché de gaz PEG permet de centraliser ces différents désirs d'achat et de vente, résultant en un prix qui reflète les tendances actuelles du marché. 

Les prix peuvent être affectés par des facteurs externes tels que la situation géopolitique, les politiques énergétiques, les innovations technologiques, et les tendances de consommation aux niveaux national et international.

Liquidité

La liquidité d'un marché tel que le PEG est liée à la facilité et à la fréquence avec lesquelles les transactions se déroulent sans influencer significativement le prix

Un marché hautement liquide indique qu'il y a un grand nombre d'acheteurs et de vendeurs présents en permanence, et que le gaz peut être échangé rapidement et à des prix reflétant fidèlement la valeur du marché.

Cette liquidité est cruciale pour la stabilité des prix et permet aux participants de mieux gérer les risques associés à la volatilité des prix de l'énergie.

Indexation des contrats

Les contrats de gaz sont fréquemment indexés sur les prix au PEG, ce qui signifie que les évolutions des coûts du gaz sur le marché affecteront les prix facturés aux consommateurs finals

Cela permet une certaine forme de transparence et de compétitivité car les fournisseurs s'ajustent continuellement dans un marché en évolution, cherchant à offrir les meilleures conditions possibles à leurs clients tout en restant viables financièrement.

Quels sont les fournisseurs de gaz les moins chers en 2024 ?

Rôle des gestionnaires de réseaux

Les gestionnaires de réseaux tels que GRTgaz pour le transport et GRDF pour la distribution jouent un rôle crucial dans le fonctionnement du marché de gaz PEG. Ces opérateurs gèrent le flux physique du gaz à travers des milliers de kilomètres de pipelines, des installations de stockage, et des réseaux de distribution jusqu'au consommateur final. 

Ces gestionnaires garantissent ainsi que le gaz vendu sur le PEG atteint effectivement les utilisateurs finaux de manière transparente et sûre.

Évolution du marché PEG en France

Depuis son instauration, le Point d'Échange de Gaz (PEG) en France a considérablement évolué pour devenir un pivot essentiel de l'écosystème énergétique du pays. Cet aperçu historique et analytique présente les transformations clés du marché PEG, montrant comment il a grandi et s'est adapté aux changements législatifs, économiques et environnementaux, tout en illustrant son rôle dans l’harmonisation du marché du gaz au niveau européen.

Création et expansion du marché PEG

Le marché Point d'Échange de Gaz (PEG) en France a été créé pour soutenir la libéralisation du marché du gaz et augmenter la liquidité du marché. 

D'abord structuré en plusieurs zones PEG régionales, avec des lieux distincts pour les échanges de gaz, ces marchés ont progressivement fusionné pour améliorer l'efficacité du marché et réduire les écarts de prix entre les zones

La tendance européenne à favoriser un marché unique pour l'énergie a mené à la consolidation des PEG régionaux en un PEG national unique en France, favorisant des échanges plus importants et une formation de prix plus représentative des conditions de l'offre et de la demande nationales.

Réforme et régulation

Les réformes régulatrices ont joué un rôle majeur dans l'évolution des PEG en France. L'intervention de la Commission de Régulation de l'Energie (CRE), qui suit les directives de la politique énergétique européenne, a renforcé les règles du marché afin de promouvoir la concurrence, la transparence et l'accès équitable au marché

Des mécanismes comme l'accès régulé à l'infrastructure de stockage et de liquéfaction (AZI) ont été mis en place pour permettre à de nouveaux entrants de participer au marché et de stimuler la concurrence.

Libéralisation et concurrence

La libéralisation du marché du gaz en France en 2007 a conduit à la fin des monopoles et à l'introduction de la concurrence. La diversification des fournisseurs a incité à des offres variées et concurrentielles pour les consommateurs. 

La création du PEG a donné lieu à une réelle concurrence entre les acteurs, favorisant une baisse des prix et une meilleure résilience du marché.

Intégration européenne

Le PEG ne fonctionne pas de manière isolée, mais est interconnecté avec d'autres marchés gaziers en Europe, ce qui facilite l'alignement des prix du gaz en France avec ceux de ses voisins européens. 

Cette intégration vise à créer un marché unique du gaz en Europe, où les barrières transfrontalières à la vente et à l'achat de gaz sont réduites. L’objectif est d'assurer la sécurité de l'approvisionnement, la solidarité entre les États membres en cas de crise et un prix du gaz équilibré à l'échelle continentale.

Défis et perspectives

Malgré les réussites, le PEG fait face à des défis tels que l'intégration des énergies renouvelables dans le mix énergétique, qui peut réduire la demande de gaz, et la volatilité des prix du gaz sur les marchés mondiaux.

L'avenir du marché PEG en France dépendra de sa capacité à s'adapter à ces défis et à maintenir une cadre favorable à tous les acteurs du marché, tout en soutenant les objectifs de transition énergétique du pays.