Vague de chaleur : comment garder son logement frais sans se ruiner ?

Comment se protéger d'une vague de chaleur sans avoir forcément recours à la climatisation ? JeChange vous donne quelques tuyaux.

  • Publié le

Une multiplication des vagues de chaleur est constatée

En effet, les scientifiques avertissent que les vagues de chaleur risquent de se multiplier. L’urbanisation risque d’amplifier les effets du changement climatique. La « bulle de chaleur » urbaine est connue, tout comme les facteurs qui la favorisent. Nous trouvons par exemple les surfaces artificielles, bien souvent minérales, une présence moindre d’eau et de verdure, les activités humaines, etc. Tout autant de faits qui rendent la vague de chaleur moins supportable.

Aude Lemonsu, chargée de recherche au centre de Météo-France, souligne que ce « microclimat urbain aggrave les effets ressentis, en particulier la nuit. [Il s’agit de la] période critique où normalement le corps humain récupère ». A tout cela s’ajoute la climatisation, un véritable cercle vicieux. En effet, Aude Lemonsu appuie le sujet en expliquant que « plus on climatise dans les bâtiments, plus on réchauffe l’air extérieur ». Elle plaide donc un « usage raisonné » de la climatisation, ce qui entraînerait aussi une baisse de la consommation énergétique. Mais alors, comment garder son logement « frais » sans avoir recours à la climatisation ?

energie-solaire-soleil

Protéger son logement d’une vague de chaleur via l’isolation

Bien entendu, il faut penser premièrement à l’isolation du logement. L’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) recommande de créer de l’ombre. Bien évidemment, cela est de mise pour les différentes ouvertures de votre habitation. Par exemple, vous pouvez poser des volets ou des stores extérieurs. L’agence souligne que « si ces solutions ne sont pas envisageables, pensez aux stores intérieurs. Moins efficaces que les protections extérieures, ils permettent [cependant] de limiter un peu l’inconfort des surchauffes » et de la vague de chaleur.

Toujours en termes d’isolation, l’ADEME préconise de réaliser une isolation par l’extérieur, mais aussi de penser à la toiture. En effet, le toit peut représenter jusqu’à 30 % de perte thermique. Les fenêtres de toit, comme les vasistas, peuvent par ailleurs apporter une quantité importante de chaleur.

Pour finir, l’Agence mentionne aussi la végétation. Nous retrouvons dans son guide Comment garder son logement au frais en été différentes solutions pour profiter des végétaux. « Les végétaux à feuilles caduques procurent un agréable ombrage en été, mais ne masquent pas le soleil en hiver. Vous pouvez planter un arbre isolé devant une baie vitrée, au sud ou à l’ouest, créer une pergola pour abriter votre terrasse […]. Utiliser des végétaux secs pour faire de l’ombre : rideaux de canisses, brande ou bambou ».

En cas de doute, n’hésitez pas à réaliser un DPE (diagnostic de performance énergétique) afin de voir quelle serait la priorité dans vos travaux éventuels de rénovation thermique.

Vous cherchez de l’énergie renouvelable ?

Contactez un conseiller JeChange pour vous orienter et répondre à vos questions ou faites une simulation sur notre outil de comparaison 100% personnalisé.

Si vous faites construire, pensez à l’isolation contre la vague de chaleur dès le début

La solution idéale pour ne pas avoir recours à la climatisation, c’est de penser à l’isolation du logement dès sa construction. Plusieurs facteurs sont à prendre en compte.

La topographie

« L’implantation [du logement] sur une pente, où l’air circule naturellement, est plus favorable que dans un fond de cuvette », explique l’ADEME. « L’idéal est une maison dont la façade principale, la plus vitrée, regarde vers le midi ».

Prendre garde aux surfaces vitrées

Concernant les surfaces vitrées, il faut doser. En effet, une lumière agréable est importante, mais il faut éviter la vague de chaleur estivale tout en se protégeant des pertes thermiques hivernales. L’ADEME précise qu’une « ouverture située à l’ouest, la protection est plus difficile. Dans l’après-midi et le soir, les rayons du soleil sont plus bas et frappent de plein fouet les façades ouest, au moment de la journée où il fait le plus chaud. Pour ombrer une telle ouverture, il faut soit un auvent beaucoup plus large, soit un écran devant la fenêtre ».

Le choix des matériaux

Amandine Crambes, ingénieur urbaniste à l’ADEME, explique que l’on « peut aussi se servir de murs végétaux et de toitures végétales réduisant la chaleur émise par les bâtiments ». On peut aussi jouer sur la couleur des façades. En effet, les peintures réflectives se démocratisent. Préférer des couleurs claires peut être une option intéressante.

La mise en place d’un puits climatique

Il est aussi connu sous le nom d’échangeur air-sol. Le puits climatique est un système de géothermie passif. Il permet de faire circuler de l’air extérieur dans des canalisations. Ces dernières sont enterrées dans un conduit souterrain à environ deux mètres de profondeur. Cela permet de garder l’air dans une profondeur où la température ne varie pas. L’air sera ensuite utilisé pour pallier la vague de chaleur en été en refroidissant l’air ambiant et la fraîcheur hivernale en le chauffant. Comme le précise l’ADEME, cela « amène dans la maison l’air de renouvellement. Celui-ci est rafraîchi par son passage dans le sol, plus frais que l’extérieur. Ce système permet d’abaisser la température intérieure de quelques degrés ».

Pour ce faire, il faut passer par un spécialiste, car il prendra en compte la longueur du puits, son diamètre, sa profondeur, etc.

Une enfant mange de la pastèque devant un ventilateur

Quelques astuces pour rafraîchir son logement en temps de vague de chaleur

Il est courant de constater qu’il fait plus chaud en ville qu’en campagne. en effet, et comme nous l’avons vu, les sols artificiels, etc. aggrave le phénomène « d’îlots de chaleur urbains ». Les canicules peuvent alors transformer les villes en fournaise. La journée, les surfaces emmagasinent la chaleur, et la nuit, les bâtiments, les routes… dégagent la chaleur accumulée.

De fait, comment faire pour conserver un maximum de fraîcheur dans son logement ?

Tirer les rideaux et fermer les fenêtres en journée

Même si cela paraît évident, ce n’est pas toujours le cas. Cependant, le premier réflexe à avoir en cas de vague de chaleur, c’est d’obstruer les ouvertures au maximum, afin d’éviter de laisser entrer l’air chaud. Il est donc vivement conseillé d’attendre que les températures redescendent avant d’aérer le logement. Le plus efficace reste les volets, si possible de couleur claire.

En revanche, laisser les fenêtres ouvertes la nuit pourrait bien vous permettre de cumuler un peu de fraîcheur.

Mouiller le sol pour rafraîchir l’air ambiant et pallier la vague de chaleur

En mouillant votre sol, vous allez créer de l’humidité par évaporation. Celle-ci permet d’absorber une partie de la chaleur. Si vous possédez une terrasse, n’hésitez pas à la mouiller de façon régulière pour que le matériau s’imprègne et que la chaleur réfléchie baisse.

Installer des plantes, elles apportent de la fraîcheur

Comment ? Elles libèrent de la vapeur d’eau dans l’atmosphère par effet d’évaporation. De fait, vous pouvez bénéficier d’une sensation de fraîcheur dans votre intérieur. Privilégier les plantes à feuilles larges, et n’hésitez pas à bien les arroser avant d’aller vous coucher afin d’optimiser leur utilisation, même la nuit.

Eteignez vos appareils électroménagers

On a tendance à l’oublier, mais les appareils électroménagers, même en veille, dégagent de la chaleur. Il est donc recommandé d’éviter de laisser tourner les appareils inutilement, que ce soit la console, la télévision ou bien votre ordinateur. De même, évitez l’utilisation superflue de votre four, cela peut vous faire gagner quelques degrés.

Faire sécher son linge dedans

Dans la même logique d’évaporation, vous pouvez créer de l’humidité en faisant sécher votre linge en intérieur. Suspendre un linge mouillé à la fenêtre peut faire descendre la température de la pièce, en plus de créer un ombrage. Il est par ailleurs conseillé de mouiller les rideaux.

Ce qui peut être un plus non négligeable par ailleurs est l’installation d’un ventilateur. Même si ce dernier ne rafraîchit pas l’air et permet seulement de le brasser, vous pouvez l’installer derrière un linge mouillé.

Ces gestes simples, en plus de vous procurer une sensation de fraicheur, vous aident à faire des économies d’énergie, profitez-en.

Vous cherchez de l’énergie renouvelable ?

Contactez un conseiller JeChange pour vous orienter et répondre à vos questions ou faites une simulation sur notre outil de comparaison 100% personnalisé.

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.4/5 - 13 avis