Chauffage : réglez pièce par pièce le thermostat à la température idéale

Salle à manger, salon, cuisine, chambre à coucher, salle de bains... La température idéale n'est pas la même dans toutes les pièces. Découvrez dans ce guide les recommandations de l'ADEME en la matière !

Chauffage du salon
Dans les pièces à vivre comme la salle à manger, le salon ou la cuisine, une température moyenne de 19°C est considérée comme viable par l'ADEME.

Le chauffage insuffisant d'une habitation en hiver et la sensation de froid, outre l'inconfort qu'ils génèrent, sont évidemment le vecteur d'un grand nombre de problèmes de santé. Mais saviez-vous qu'il en est de même dans une pièce surchauffée ? Une température ambiante durablement excessive peut avoir des conséquences très néfastes comme des migraines, le dessèchement des muqueuses et de la peau, une mauvaise circulation sanguine et globalement un mal-être qui ne fera que s'accentuer à la réception de la prochaine facture !

Quelle est la température idéale dans une habitation ? Comment maintenir cette température en évitant autant que possible le gaspillage ?

19°C : la température moyenne recommandée

Selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), le juste équilibre entre la sensation de confort au sein d'un logement et la consommation d'énergie se situe très exactement à 19°C. Cette température est considérée comme largement supportable même pour des activités statiques comme par exemple l'utilisation d'un ordinateur ou la lecture d'un livre, à condition bien sûr de vous habiller avec des vêtements de saison comme un pull bien chaud.

Cette température peut certes sembler trop basse à des particuliers s'estimant frileux, mais le seuil des 19°C correspond aussi à des impératifs d'économies d'énergie. En portant la température ambiante à 20°C, vous augmentez votre consommation de chauffage de 7 à 8 % !

Loin d'être une simple recommandation, la température de 19°C est une prescription réglementaire pour les syndics de copropriété imposée par les articles R.111-6 et R.113-29 du Code de la construction et de l'habitation. Concrètement, la conception du logement et du système de chauffage doit permettre à l'occupant des lieux d'atteindre cette température.

À défaut, il est possible d'attaquer le syndic en justice pour l'obliger à se mettre en conformité. Notez qu'un tel recours est possible quand la température est trop basse mais aussi quand elle est trop élevée ! Dans ce dernier cas, la démarche sera fort utile pour faire baisser la facture collective de chauffage.

La température idéale n'est pas la même dans toutes les pièces

Au-delà de la moyenne préconisée par les autorités publiques, il est évident que la température de confort n'est pas la même pour regarder la télévision, prendre une douche ou encore dormir à poings fermés sous la couette ! L'ADEME a donc adapté ses recommandations et propose le niveau de chauffage suivant à ceux qui ont les moyens de moduler la température pièce par pièce :

  • Dans les pièces à vivre comme la salle à manger, le salon ou la cuisine, la température moyenne de 19°C est considérée comme viable, et pourra même descendre à 18°C si vous parvenez à bien le supporter.
  • Pour la qualité du sommeil, les chambres à coucher des adultes admettent aisément une température plus basse, de l'ordre de 16°C. Et si vous craignez les frissons au moment du coucher et du lever, rien ne vous empêche de programmer le thermostat pour avoir plus de chaleur à ces deux moments critiques !
  • La salle de bains est la pièce qui a le plus besoin de chaleur. L'ADEME elle-même estime que la température de confort s'y situe plutôt à 21 ou 22°C.
  • Les zones de passage comme les couloirs, le hall d'entrée ou encore les toilettes n'ont pas besoin d'être chauffées autant que les pièces à vivre : 17°C sont suffisants.

Et en l'absence d'occupant ? De manière générale, l'ADEME recommande de porter la température ambiante de toutes les pièces à seulement 16°C pendant la nuit ou en cas d'inoccupation pendant toute la journée. Lorsque l'absence dépasse 24 heures, le maintien à 12 ou 14°C suffira pour éviter une dégradation des lieux.

Température idéale d'une pièce et économies d'énergie
Le saviez-vous ? Baisser la température d'une pièce d'un degré seulement vous permet de réduire votre consommation de chauffage de 7 à 8 % !

Exposition au soleil, humidité : la température ne fait pas tout

Même lorsque la température ambiante du logement est d'un niveau correct, la sensation de froid ou d'inconfort peut persister en raison de multiples facteurs. Il est nécessaire de bien les prendre en compte eux aussi pour optimiser votre facture de chauffage.

  • Le taux d'humidité à l'intérieur de l'habitation joue un rôle prépondérant pour votre bien-être. On considère qu'il doit se situer de préférence entre 50 et 55 %. Vous réaliserez vite, le cas échéant, que le taux d'humidité est anormal. En-dessous de 30 %, l'air très sec va agresser vos poumons et provoquer des irritations des voies respiratoires. Au-delà de 65 à 70 %, la moiteur ambiante va attaquer vos cloisons ou la structure bois et entraîner un pourrissement ainsi que le développement de germes.
  • Le niveau d'exposition au soleil (plein sud, plein nord...) implique bien sûr que le chauffage des différentes pièces à une température donnée nécessitera plus ou moins d'énergie. En hiver, et si la surface de votre logement le permet, il est recommandé de passer le plus de temps possible dans les pièces exposées plein sud pour économiser sur le chauffage des pièces plus froides.

Quelles solutions techniques pour réguler le niveau de chauffage ?

Inutile de passer votre temps le nez sur le thermomètre pour vérifier le respect des températures de confort ! L'installation d'un thermostat est un geste simple qui sera très rapidement rentabilisé par les économies sur votre facture de chauffage.

L'appareil, qu'il soit mécanique ou électronique, contrôle la température ambiante autour de lui et communique directement avec la chaudière ou un radiateur électrique pour adapter le niveau de chauffe en temps réel. Le bon fonctionnement d'un thermostat implique donc de le positionner à un endroit aussi neutre que possible. Ainsi, évitez les sources de chaleur (radiateur, zone ensoleillée) ou de froid et de courant d'air (couloirs, portes et fenêtres).

Avec une installation de chauffage électrique, il est relativement simple d'installer un thermostat dans chaque pièce et de fixer une température et une programmation horaire spécifiques. Dans le cas d'un réseau de chauffage à eau chaude (gaz, fioul, granulés de bois...), le thermostat ne peut souvent fixer qu'une température unique pour l'habitation dans son ensemble. Afin de moduler le niveau de chaleur pièce par pièce, vous pouvez alors agir sur les robinets thermostatiques des radiateurs.

Notez que ces robinets, même poussés à fond, ne pourront normalement pas dépasser la température plafond contrôlée par le thermostat. De ce fait, il est envisageable de poser et régler le thermostat dans la pièce qui doit être la plus chaude (20°C par exemple) et de moduler ensuite à la baisse dans chaque autre pièce avec le robinet thermostatique.

À lire également : Électricité ou gaz, quelle énergie choisir pour votre chauffage ?
0 note - Soyez le premier à noter
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆