Le crédit conso marque le pas au second trimestre

Si le volume de crédits à la consommation progresse au mois de juin, cette hausse est moindre que celle observée en début d'année. Les bons résultats enregistrés par la LOA suffisent cependant à compenser une production plutôt moyenne de l'activité enregistrée au second trimestre.

Après un emballement très perceptible en début d'année, le second trimestre 2016 marque un ralentissement de rythme pour le crédit à la consommation. Dans son traditionnel bilan mensuel, l'association française des sociétés financières (ASF) souligne même un repli important des opérations de crédit classique pour le mois de juin.

Le phénomène, toutefois, est plus que compensé par la progression toujours aussi vigoureuse des formules de location avec option d'achat (LOA). Dans l'ensemble, la production totale de crédit conso continue donc à progresser et les Français semblent hésiter de moins en moins à emprunter pour financer l'achat d'un bien ou d'un service.

Crédit conso : un « ralentissement de la croissance »

Les crédits à la consommation souscrits par les ménages au mois de juin augmentent encore en volume, mais un peu moins qu'en début d'année. La production totale en juin 2016 s'établit ainsi à 3,571 milliards d'euros. Ce qui représente une augmentation de seulement 1,6 % du total des nouveaux crédits conso concédés par les banques et les sociétés financières sur cette période par rapport aux 3,515 milliards empruntés par les Français en juin 2015.

Variation annuelle de la production du crédit à la consommation

Variation annuelle en pourcentage de la production du crédit à la consommation toutes opérations confondues. Données mensuelles. Moyenne trimestrielle mobile. (Source : ASF)

Le deuxième trimestre de l'année, au final, apparaît en demi-teinte pour les professionnels du crédit. La production a certes augmenté de 6,7 % au cours de ces trois mois par rapport au deuxième trimestre 2015. Mais ce résultat est bien inférieur à la variation annuelle du premier trimestre, qui affichait quant à elle un bond de +10 %. Conséquence : le cumul des six premiers mois de 2016 marque une augmentation de 8,3 % (19,256 milliards d'euros, contre 17,784 milliards d'euros en 2015). Une moyenne qui risque de diminuer encore si jamais les chiffres modérés du mois de juin annoncent la tendance pour le reste de l'année.

Production du crédit à la consommation en année mobile
Production en année mobile du crédit à la consommation toutes opérations confondues (en milliards d'euros). Données mensuelles cumulées sur 12 mois. (Source : ASF)

Comme à son habitude, l'ASF rappelle que la situation actuelle du crédit à la consommation reste malgré tout bien éloignée de celle de son âge d'or des années 2000. La performance du mois de juin est encore inférieure de 15,6 % au record historique de production atteint en septembre 2008.

Un repli des opérations de crédit classiques…

Les bons vieux prêts auto ou prêts travaux ne semblent plus faire recette auprès des Français… Les opérations de crédit conso dites « classiques » marquent un recul significatif au mois de juin, puisque leur production diminue de 2,8 % pour atteindre 2,977 milliards d'euros. Le déclin le plus sévère, sans surprise, est observé du côté des crédits affectés à l'achat d'un véhicule neuf (-12,9 %), qui continuent à s'effacer progressivement face à la montée en puissance de la LOA.

Le seul secteur qui tire son épingle du jeu est le crédit conso pour l'achat d'un véhicule d'occasion, qui progresse de 3,1 % et dont le poids financier dépasse désormais largement celui des prêts pour auto neuves (303 millions d'euros contre 245 millions d'euros).

Plus surprenant : alors qu'il résistait remarquablement bien ces derniers mois, le prêt personnel (non affecté à une dépense spécifique) marque le pas lui aussi avec une production en baisse de 2,7 %. Ce trou d'air ne remet pas en cause toutefois ses bonnes performances sur le cumul du premier semestre 2016 (+7,7 %).

…compensé par le dynamisme de la LOA

Le mois de juin marque une très légère inflexion dans la poussée des locations avec option d'achat. Rien toutefois qui ne soit susceptible de remettre en cause un phénomène en apparence irrésistible. La production de ces crédits d'un nouveau genre progresse de 31,1 % « seulement » sur le mois, alors que la moyenne sur le premier semestre atteint quant à elle +38,7 %.

À ce sujet, les voitures neuves continuent à représenter l'écrasante majorité des opérations de LOA (84,68 % au mois de juin). De nombreux automobilistes, de fait, sont séduits par une formule qui les prive de la propriété effective de leur véhicule mais leur permet en contrepartie de rouler toujours avec une voiture récente et de bénéficier d'une offre tout-en-un incluant l'entretien courant.

0 note - Soyez le premier à noter
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆