Les bons chiffres de Free au troisième trimestre 2014

Après plusieurs déconvenues récentes subies par le groupe, dont l’abandon du projet de rachat de l’opérateur T-Mobile aux États-Unis, et dans un contexte de concurrence exacerbée, les chiffres d’activité du troisième trimestre pour Iliad, la maison-mère de Free, étaient attendus avec une certaine impatience.

Le communiqué en date du 12 novembre 2014 devrait dissiper la plupart des craintes des actionnaires : dans le secteur du mobile, le nouvel opérateur, apparu il y a seulement deux ans, continue à grignoter des parts de marché à un très bon rythme. Son cœur de métier, l'Internet fixe, affiche de son côté une excellente résistance face aux offres agressives des principaux concurrents.

Mobile : Free convoite la troisième place du classement

La croissance soutenue d'une clientèle toujours plus diversifiée…

Le nombre total d'abonnés à une offre Free mobile atteignait 9,575 millions au 30 septembre 2014. Soit 480 000 clients de plus par rapport au 30 juin, et quasiment un million de plus qu'il y a six mois. Cette vitalité de l'opérateur, premier recruteur de clients sur le trimestre, lui permet de se rapprocher de plusieurs seuils symboliques, à commencer par celui des 10 millions d'abonnés mobiles, que l'on peut raisonnablement attendre pour la fin d'année : Free, par la même occasion, pourrait dépasser la clientèle mobile de Bouygues Telecom, estimée au 30 juin 2014 à 9,984 millions d'abonnés (les chiffres du troisième trimestre étant en cours de publication).

Avec quasiment 14 % de parts de marché, Free se rapproche par ailleurs des fameux 15 % et confirme sa capacité potentielle à atteindre, à terme, les 25 % fixés par Xavier Niel. Une belle performance, surtout si l'on considère que ses concurrents, en 2012, lui pronostiquaient effectivement 15 %… mais au bout de dix ans !

Le communiqué, sans fournir de chiffres, indique par ailleurs que la clientèle est de plus en plus diversifiée : cette amélioration du « mix d'abonnés » ne remet pas en cause le succès de l'offre premier prix à 2 € par mois, qui continue à tirer l'essentiel de l'activité, mais se traduirait par davantage d'abonnés plus haut-de-gamme et de locations de terminaux : le phénomène se serait accentué depuis la sortie de l'iPhone 6.

…et du chiffre d'affaires

Le chiffre d'affaires de Free Mobile atteint 416 millions d'euros pour le troisième trimestre 2014, à comparer notamment avec les 321 millions d'euros réalisés au troisième trimestre de l'année précédente. Un phénomène qui s'explique bien sûr par l'augmentation du nombre d'abonnés, mais pas seulement : Free met également en avant le meilleur mix de la clientèle (qui se traduit nécessairement par un revenu plus important par abonné, même si l'opérateur garde ce chiffre secret) et l'utilisation croissante des offres d'itinérance (roaming) à l'étranger, déterminantes pour ce trimestre qui est avant tout celui des vacances.

Une politique commerciale présentée comme cohérente et efficace

Au-delà de ces facteurs, le groupe Iliad avance quelques explications au succès rencontré pour ce trimestre, dont un enrichissement conséquent de son offre commerciale. Cet effort s'est traduit par l'ajout de nombreuses destinations en roaming à l'étranger, mais aussi par le déploiement d'un total de 600 bornes automatiques de distribution de cartes SIM à la date du 30 septembre 2014. Tout semble fait pour faciliter l'abonnement et encourager la résiliation des contrats chez la concurrence.

Fixe : une bonne résistance face à la concurrence

Le rythme des abonnements repart à la hausse

Le solde des nouveaux abonnés Freebox est toujours resté positif, mais on a pu observer un certain tassement depuis le début de l'année 2014, sous l'effet notamment des offres concurrentes telles que la fameuse formule triple-play de Bouygues Telecom à 19,99 € par mois.

Dans ce contexte, les chiffres du troisième trimestre paraissent très encourageants : avec 70 000 nouveaux abonnés dans le haut débit fixe (contre seulement 24 000 de plus au second trimestre), qui portent le total à 5,805 millions de clients, le cœur de métier de Free reste très sain et lui permet d'engranger les bénéfices pour financer son expansion dans le mobile. Le chiffre d'affaires, de même, progresse de 2,6 % par rapport au troisième trimestre 2013 pour atteindre 642 millions d'euros.

Cette bonne résistance est attribuée par Free à la qualité intrinsèque et à la réputation de son offre Freebox Revolution, ainsi qu'aux efforts apportés à l'amélioration du service client.

…et le revenu moyen par abonné se maintient

L'APRU haut débit, qui désigne le revenu moyen généré par chaque abonné à une offre Internet fixe, est probablement l'indicateur que Free surveille avec le plus de vigilance. Il affiche une stabilité rassurante à 35,50 €. L'APRU spécifique de la Freebox Revolution est même indiqué comme supérieur à la somme de 38 €, sans davantage de précision. Cette performance, très appréciable pour les actionnaires du groupe, n'était pas évidente à réaliser dans un contexte marqué par l'arrivée de Netflix et une augmentation de la TVA.

Marre du hors forfait ?

Vous êtes bavard(e) et un smartphone sans data internet est pour vous un cauchemar ?
Découvrez notre sélection de 5 forfaits ILLIMITES pour rester connecté à petit prix !

Je découvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.4/5 - 9 avis