Plus de trois milliards d’internautes dans le monde fin 2015

Selon Facebook, même si l'accès au réseau est en plein essor, plus de la moitié de l'humanité n'utilise pas Internet. Comment s'explique ce chiffre et quelles initiatives visent à le réduire ?

Chacun sait intuitivement que le web mondial rassemble dans sa toile un nombre toujours plus important d'utilisateurs. Année après année, la démocratisation d'Internet permet en effet de fournir un accès au réseau à des pans entiers de populations qui ne pouvaient pas y prétendre auparavant.

Une estimation chiffrée de ce phénomène global est-elle possible ? Facebook s'y risque pour la deuxième fois en publiant une nouvelle étude relative à l'état de la connectivité dans le monde. Avec 3,2 milliards d'internautes estimés à la fin 2015 selon le réseau social, les enjeux restent énormes. Plus de la moitié de l'humanité ne peut toujours pas bénéficier des services et connaissances disponibles en ligne.

Les internautes : une population en augmentation rapide…

Les chiffres publiés en ce début d'année par Facebook ont de quoi réjouir tous ceux qui se soucient des problèmes liés à la fracture numérique, notamment entre pays du Nord et pays du Sud. Le plus grand réseau social de la planète estime que 200 millions de personnes supplémentaires ont rejoint les rangs des internautes en 2015. Ce chiffre porte le total à 3,2 milliards d'individus environ.

Il s'agit bien du nombre total d'internautes et non pas du nombre d'utilisateurs de Facebook, lequel recensait quant à lui environ 1 milliard d'utilisateurs actifs par jour au 30 septembre 2015.

En se basant sur une population mondiale estimée à 7,4 milliards de personnes, on peut donc en conclure que 43 % des êtres humains surfent sur le web. Ce chiffre indique, certes, que plus de la moitié de l'humanité n'utilise pas Internet. Cependant il s'est accru de manière spectaculaire en seulement dix ans. En 2006, l'utilisation d'Internet n'était encore une réalité que pour à peine 18 % de la population de la planète.

…grâce à des données toujours plus accessibles

Comment expliquer cette évolution rapide ? Le rapport rendu par Facebook attribue bien sûr en partie ce phénomène à une « augmentation des revenus mondiaux ». Autrement dit, la diminution de la pauvreté permet à de nombreux foyers de sortir de la misère et de s'installer dans un mode de vie de classe moyenne.

Toutefois la progression du nombre d'internautes serait également due à des mutations importantes du marché dont notamment la baisse continue du prix de la data sur téléphone mobile. Selon Facebook, un simple forfait mensuel de 500 Mo serait ainsi devenu abordable pour 500 millions de personnes supplémentaires à travers le monde au cours de la seule année 2015. Plus que jamais, la démocratisation de l'accès au réseau semble donc passer par les technologies mobiles, notamment en Afrique et au Moyen-Orient où Orange et Google viennent d'ailleurs de signer un partenariat stratégique très remarqué.

Les inégalités mondiales restent cependant fortes

Qui n'a pas encore accès à Internet ? Sans surprise, les non-connectés sont surreprésentés dans les régions du monde en voie de développement. Selon les derniers chiffres publiés par l'institution de l'ONU ITU, les pays développés parviennent à fournir un accès au réseau à 82 % de leur population. Cette proportion tombe à 35 % à peine dans les pays émergents, avec même des résultats bien plus mauvais encore en considérant certaines parties du monde (17 % de la population en Asie du Sud).

Au sein d'un même pays émergent, des inégalités économiques extrêmes peuvent aussi contribuer à créer des barrières infranchissables. En Inde, la différence flagrante du PIB par tête entre les habitants des villes (2 500 $) et des zones rurales (1 000 $) exclut toute participation à la vie numérique pour les seconds. Les carences criantes en termes d'infrastructure (câblages, antennes…) constituent par ailleurs un obstacle supplémentaire.

Facebook veut accélérer les choses

Faute d'influer sur le cours des choses, Facebook estime que 3 milliards de personnes continueront à être privées de tout accès à Internet en 2020, contre 4,2 milliards aujourd'hui. C'est mieux, mais pas suffisamment pour le réseau social qui, tout comme Google, ne cache pas son ambition d'apporter le web partout et ainsi d'accroître son audience.

Guère échaudé par le camouflet essuyé récemment en Inde, où son nouveau service Free Basics a fait l'objet d'une fin de non recevoir par le gouvernement, Mark Zuckerberg s'est fixé l'objectif un peu fou d'un monde entièrement connecté d'ici trois ans, soit début 2019. Son arme secrète : le projet « Aquila ». Ce projet consisterait à faire voler des drones alimentés par l'énergie solaire jusqu'à trois mois d'affilée. Ces drones seraient capables de diffuser un signal Internet par laser dans un rayon de 25 kilomètres autour d'eux : de quoi rendre le réseau accessible à une large population !

Faites des économies

Un abonnement internet, c’est un budget à l’année… Vous ne pensez pas que vous pourriez faire des économies ?
Chez JeChange on en est convaincu ! C'est notre métier de vous aider à faire des économies.
Découvrez les offres internet de nos partenaires !

Je découvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.1/5 - 10 avis