Timide reprise du crédit à la consommation en février

Le crédit à la consommation a enregistré pour le mois de février une légère reprise, bien que demeurant toujours à un niveau relativement bas. En volume, la production a atteint 2,67 milliards d’euros, selon des données avancées par l’Association française des Sociétés Financières (ASF). Sur un ensemble cumulé des douze derniers mois, la production de crédit à la consommation s’établit à hauteur de 34,9 milliards d’euros, à un niveau près d’un quart inférieur à celui atteint en septembre 2008. Pour autant, il s’agit là de la seconde hausse consécutive enregistrée par la production après celle du mois de janvier : s’agit-il donc d’un simple épiphénomène ou bien d’un redressement plus durable ?

Les chiffres de la production du crédit à la consommation pour le mois de février ont été dévoilés par l'ASF ce mardi. Et ces chiffres sont – relativement – encourageants pour la profession. L'organisme professionnel représentant les sociétés financières en France note une légère reprise de la production de nouveaux crédits à la consommation au mois de février. 

Légère reprise de la production au mois de février

Dans le détail, l'activité a connu en ce mois une hausse estimée à +1,1 %, à mettre en perspective d'avec une reprise équivalente au mois de janvier (+1,1 %). Sur les trois derniers mois, la croissance cumulée de la production s'établit à +2,5 %, assimilée par l'ASF à un « timide retour en territoire positif en ce début d'année ».

En termes de cumul annuel mobile, l'organisme professionnel note une stabilisation de la production, laquelle demeure toutefois à un niveau très bas. Avec un volume de production estimé à hauteur de 34,9 milliards d'euros, ce montant demeure encore inférieur de -22,5 % par rapport au point haut atteint en septembre 2008, évalué alors à 45 milliards d'euros.

Des évolutions tendancielles différentes selon les secteurs

La fragile hausse enregistrée par la production de crédit à la consommation en ce mois de février ne saurait pour autant masquer des disparités tranchées d'entre les secteurs.

Les financements de biens d'équipement du foyer (électro-ménager, équipement multimédia, meubles...) connaissent leur dixième mois de baisse consécutive : -11,6 % par rapport à février 2013 et une moyenne de -9,6 % en variation annuelle pour le précédent trimestre.

Les crédits renouvelables – dits « permanents » ou encore « revolving » - marquent une nette contraction, de l'ordre de -3,3 % en février 2014 par rapport au même mois de l'année précédente ; contraction qui représente une baisse de -1,5 % en moyenne au cours des trois derniers mois.

En revanche, des signaux bien plus positifs envoyés par le marché sont à rechercher du côté du crédit automobile et des prêts personnels.

Les financements d'automobiles neuves ont ainsi progressé de +3,8 % en février, et de +4 % en moyenne pour le dernier trimestre. De même, une évolution positive est à souligner quant aux prêts personnels, pour lesquels la demande demeure soutenue : en hausse de +5,5 % en février et de l'ordre de +8,3 % en moyenne au cours des trois derniers mois.

L'ASF se garde bien de céder à toute euphorie

Se défendant de tout triomphalisme, l'ASF, dont les membres génèrent plus de la moitié des opérations affectant le crédit à la consommation dans l'Hexagone, livrent ici une analyse mesurée et prudente au sujet de ce récent rebond. Avec une croissance de +2,5 % sur les trois derniers mois, cette tendance positive est à mettre en comparaison d'avec l'année 2013, marquée par un recul de -1,2 % mais également de l'exercice 2012, au cours duquel l'activité s'était effondrée, en chute de -4,9 %.

Pour autant, il semble encore trop tôt pour parler ici de reprise durable de la production : à ce sujet, les chiffres de ce premier puis second semestre 2014 permettront seuls de confirmer – ou non – cette tendance sur un temps long. 

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Soyez le premier à noter !

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆