C'est quoi les agios ? Comment les réduire ?

Mis à jour le
minutes de lecture

JeChange compare les agios pratiqués par 15 banques en ligne comme de réseau. Découvrez les résultats de notre étude exclusive.

offre monabanq

Jusqu'à 120€ offerts

Monabanq vous offre jusqu'à 120 € pour une première ouverture de compte courant.  J'en profite

offre boursorama banque

Jusqu'à 80€ offerts

BoursoBank vous offre Jusqu'à 80€ offerts pour toute première ouverture de compte.  J'en profite

offre boursorama banque

Jusqu'à 210€ offerts

Fortuneo Banque vous offre jusqu'à 210€ pour toute première ouverture de compte.  J'en profite

Les agios, c'est quoi ?

Les agios désignent un ensemble de frais perçus par une banque à l'occasion d'opérations régulières. Souvent assimilés à des intérêts, les agios se composent d'intérêts et de commissions bancaires.

Dans la grande majorité des cas, le client devra payer des agios lorsqu'il dépasse le montant du découvert (autorisé ou non). Ils couvrent ainsi les frais engagés par la banque pour compenser le manque de liquidité du débiteur. Leur montant est précisé lors de l'ouverture de votre compte selon votre situation financière.

Le calcul des agios prend en compte plusieurs éléments : la durée du découvert (en nombre de jours) et le taux d'intérêts annuel qui varie selon les banques entre 7 et 19 %.

Chaque année, la banque de France établit le TAEG (Taux Annuel Effectif Global) ou TEG (Taux Effectif Global). Ce taux d'intérêt est fixé à la convenance de votre établissement bancaire, dans la limite du « taux de l'usure », c'est-à-dire le taux maximal légal applicable fixé par la Banque de France.

Comment sont calculés les agios ?

Prenons l'exemple d'un client eLCL dont le compte, sur le premier trimestre, est débiteur de 300 euros pendant 10 jours en janvier et de 450 pendant 15 jours en mars.  Soit un total cumulé de 25 jours de découvert. La banque eLCL applique un taux d'intérêt de 18,66 % en cas de découvert non autorisé.

  • Le nombre débiteur du premier découvert est de 300 euros × 10 jours = 3 000
  • Le nombre débiteur du deuxième découvert est de 450 euros × 15 jours = 6 750
  • Le total des nombres débiteurs du trimestre est de 3 000 + 6 750 = 9 750

Ensuite et pour calculer le montant des agios, il faut multiplier ce résultat par le taux d'intérêt pratiqué (9 750 x 18,66 %) puis diviser le tout par le nombre de jours dans l'année (365).

Le montant des agios pour un découvert non autorisé chez eLCL sera de (9 750 × 18,66 ) ÷ ( 365 × 100 ) = 4,98 euros. Le client devra donc rembourser à la banque la somme de 750 euros, plus 4,98 euros, soit 754,98.

Négocier ses frais bancaires reste possible

Avant tout, il faut savoir que lorsqu'on parle d'agios, on ne regroupe pas tous les types de frais qu'une banque est susceptible de vous prélever. En effet, on ne prend pas en compte l'ensemble des frais que vont retenir les banques lorsqu'on passe des opérations et que l'on est à découvert. Ces frais-là sont les commissions d'interventions, qui sont des frais supplémentaires dits de pénalité que la banque peut vous prélever en plus de vos agios, dont chacun a déjà entendu parler sans forcément bien savoir à quoi elles renvoient.

Problème d'autant plus épineux qu'en la matière les tarifs ne sont pas uniformes d'un établissement à l'autre et peuvent par exemple s'élever à près de 10 euros par opération. Ce qui, lorsqu'on est déjà en situation débitrice, peut rapidement faire grimper dangereusement l'addition finale. Dans ce cas, si vous disposez d'un peu d'épargne sur votre livret A par exemple, n'hésitez pas à combler votre compte à découvert afin d'éviter des frais supplémentaires.

Cependant, en matière bancaire comme dans beaucoup de secteurs, il est toujours possible de tenter de réduire ou de se faire rembourser intégralement par votre conseiller certains frais notamment en ce qui concerne les commissions d'intervention afin d'alléger tous ces frais bancaires. La démarche doit venir de soi, ce n'est évidemment pas votre conseiller bancaire qui de lui-même baissera le tarif des agios et autres commissions. Enfin et si jamais la négociation échouait, rien empêche d'en référer directement à la direction de l'agence qui in fine, statuera.

Les leviers de la négociation

Plus votre situation bancaire est saine et meilleures seront les chances de voir votre proposition retenue. Ceci étant encore plus vrai pour quelqu'un qui, n'ayant jamais ou rarement eu de découvert non autorisé, pourra même demander à être totalement exonéré d'agios voire à se faire rembourser des frais de commissions d'intervention. Idem pour augmenter ponctuellement le montant du découvert autorisé : vous pourrez le demander si vous êtes un client fidèle et de longue date.

D'une manière générale vous pouvez toujours négocier certains termes de votre convention de compte à condition d'avoir des arguments sérieux. Variable du fameux « On ne prête qu'aux riches ». En ce sens, une certaine ancienneté doublée d'une stabilité et d'une capacité d'anticipation constituent de vrais atouts.

Si personne n'est à l'abri d'un découvert, il ne faut pas laisser traîner les choses et en informer au plus vite son conseiller afin d'éviter de plus graves problèmes. En cela, une bonne communication n'est pas à négliger dans la relation à son banquier. Cependant, vous devez par vous-même, consulter régulièrement vos comptes et vous informer des éventuels dysfonctionnements. Qu'il s'agisse d'agios, de frais de commission d'intervention ou plus généralement de facturation, il reste toujours possible de les contester.

La banque est en droit de vous facturer des agios à n'importe quel moment sans que vous en soyez averti au préalable. D'où l'importance d'une consultation régulière et méthodique de ses comptes. A fortiori s'il doit y avoir contestation. Cependant, ne pas perdre de vue que la banque n'est en rien tenue d'accepter vos requêtes. Autrement dit, réussir à négocier ses agios une fois ne garantit en rien que cela pourra fonctionner de nouveau.

Il est également possible de tenter de récupérer les frais de commission d'intervention qui, on l'a vu, peuvent s'avérer salés. Pour cela, s'adresser à son conseiller et/ou son directeur d'agence. En cas d'échec des négociations, l'ultime recours reste une saisine du médiateur de la banque dont les coordonnées figurent sur les relevés de compte.

Enfin et pour contester le montant des agios, on peut s'appuyer sur des modèles que l'on trouvera gratuitement sur le Net, lesquels seront ensuite à envoyer à sa banque en recommandé avec accusé de réception.

De l'importance de bien comparer les différentes banques

La tarification appliquée en la matière peut varier sensiblement d'une banque à l'autre dans la limite préétablie par la Banque de France. Elle sera aussi dictée par la situation bancaire des clients. Ainsi, il n'est pas rare de constater des écarts de 5 voire près de 10 points d'un établissement à l'autre. Les tableaux ci-dessous témoignent de cette réelle disparité tarifaire qui existe entre les banques en ligne et les banques de réseau.

3 points à retenir :
  1. Une tenue attentive et raisonnable de ses comptes reste encore la meilleure garantie contre les mauvaises surprises.
  2. Pour éviter de payer trop de frais à sa banque, une consultation de nos comparatifs apporte également un vrai +.
  3. En matière d'agios et de frais bancaires, l'avantage est aujourd'hui clairement aux banques en ligne.