Hausse des tarifs d'assurance : faire jouer la concurrence

Le rapport de la Direction du Trésor sur la hausse globale des tarifs d'assurance, commandé en décembre par Christine Lagarde, vient d'être rendu public. Selon lui cette hausse est normale, et les assurés sont fortement invités à faire jouer la concurrence dans tous les secteurs.

  • Publié le 25/01/2011 (mis à jour le 08/06/2012)
  • Écrit par

En décembre, la Ministre de l'Economie et des Finances, Christine Lagarde, avait commandé un rapport à la Direction du Trésor et la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence) afin de faire toute la lumière sur la hausse de l'ensemble des assurances. Aujourd'hui, la publication de ce rapport indique que ces hausses sont justifiées, suivant simplement "l'évolution de la sinistralité". Pointées du doigt depuis la fin de l'année, les assurances sont donc globalement mises hors de cause par le rapport.

Si elles sont rassurées, il n'est pas sûr que cela satisfasse tout le monde, car les chiffres de leurs majorations restent éloquents. L'assurance habitation, ainsi, a dû faire bondir ses tarifs de 6% suite aux nombreuses catastrophes naturelles survenues en 2010, et avant. Concernant l'assurance auto, en hausse de 3% alors que les sinistres sont en baisse, le coût des réparations est évoqué, la Direction du Trésor citant notamment la flambée du prix de la main d'œuvre. L'assurance santé, elle aussi est en hausse de 5%, mais cette fois sans aucune justification...

Cette hausse substantielle étant considérée comme normale, Christine Lagarde a donc amplifié les conclusions du rapport, indiquant que c'est maintenant le moment ou jamais pour chacun "de remettre son assureur en concurrence". Conscientes de cette tendance impulsée par l'Etat, plusieurs compagnies d'assurance proposent en ce début d'année les premiers mois gratuits (souvent les deux premiers) pour toute nouvelle souscription.

De votre côté, hors conditions contractuelles habituelles, vous avez deux occasions de résilier vos polices d'assurance. En premier lieu, si une majoration de la prime à échéance supérieure à celle prévue dans le contrat est constatée ; et en second lieu, tout simplement en cas de non-respect du délai informant l'échéance de fin de contrat lors d'une tacite reconduction. Si vous êtes devant l'un de ces deux cas de figure, vous bénéficiez de 15 jours pour résilier, et regarder attentivement les tarifs et avantages des autres assurances... La Ministre de l'Economie, elle, promet d'améliorer encore les possibilités de résiliation dans les mois que viennent... A suivre ! 

 

0 note - Soyez le premier à noter
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆