Puces et semi-conducteurs : la pénurie pourrait durer jusqu’en 2024

Intel remonte l'information. Selon le PDG, la situation de pénurie de puces et de semi-conducteurs restera compliquée en 2023.

  • Publié le

Pénurie de puces et semi-conducteurs : le contexte

La pandémie n’a pas dit son dernier mot. En effet, si le virus n’est plus à proprement parler responsable du problème, la perturbation sur les chaînes de fabrication est une conséquence à long terme. La production de puces et de semi-conducteurs était déjà secouée ces derniers temps, un système fonctionnant à flux tendu. Nous l’avons vu l’année dernière, la pandémie en elle-même a provoqué une pénurie inédite de composants.

En fin d’année, le PDG d’Intel, Pat Gelsinger, annonçait qu’il faudrait attendre 2023 pour un retour à la normale. En étant moins certain à ce jour, il revient sur ses propos en expliquant que cette pénurie de puces risque bien de durer jusqu’en 2024. Il a donc déclaré aux micros de la CNBC que selon lui, la pénurie de puces et de semi-conducteurs pourrait durer plus longtemps que prévu. A l’instar du directeur financier du groupe Volkswagen, il constate que le problème d’approvisionnement touche la fabrication d’équipements. Cela représente un obstacle plus difficile.

puces

Une situation complexe en fonction des domaines

Si la pénurie touche les postes nécessaires à la production, elle freine un peu plus encore la reprise de l’activité. En revanche, tous les secteurs ne semblent pas en pâtir de la même façon. De manière générale, en mai l’année dernière, les fabricants affichaient un retard de 6 mois. Cette année, ce dernier est estimé à 18 mois.

Selon le PDG d’Intel, ce nouveau « report » est dû au fait que les pénuries ont touché les composants nécessaires aux moyens de production, freinant ainsi la reprise de l’activité. Tous les secteurs ne semblent pas forcément impactés de la même façon.

Depuis le début de la crise sanitaire, le secteur connaît une pénurie due à une demande plus forte d’industries gourmandes en puces. Pendant les différents confinements et mesures prises pour affronter la pandémie, le rapport de l’offre et de la demande a été bouleversé. Le PDG d’Intel annonce que « les semi-conducteurs sont le carburant de l’innovation et de la transformation dans un large spectre d’industries. Je continue de croire que nous ne sommes qu’au début d’un cycle de croissance à long terme de notre marché. Si nous constatons un certain desserrement des contraintes d’approvisionnement dans les PC grand public d’entrée de gamme et un ajustement des stocks, les signaux en matière de demande continuent dans l’ensemble d’être robustes dans les domaines tels que l’entreprise, le cloud, l’IA, le graphisme et les réseaux ».

Une déclaration qui se vérifie dans le monde automobile

Le directeur financier de Volkswagen, Arno Antlitz, laisse à penser que les fournisseurs de puces ne pourront pas répondre à la demande. Quant au directeur général du groupe BMW, il déclare que « nous sommes toujours au sommet de la crise de puces. Je m’attends à des améliorations l’année prochaine au plus tard, mais nous serons toujours confrontés à une pénurie importante d’approvisionnement en 2023 ».

La pénurie de câbles électriques arrive aussi

En effet, la pénurie de puces est maintenant connue, mais il y a une autre problématique. Il y a aussi la question des câbles électriques, ces derniers étant produits en grande partie en Ukraine. Un ralentissement dans la production s’est fait sentir, provoqué par la guerre. Arno Antlitz explique que certaines usines du groupe doivent ralentir la production. Le fabricant d’Ukraine travaillant avec une seule équipe. Il explique que « nous avons activé une cellule de crise et, dans certains cas, nous avons réussi à déplacer la production de câbles vers d’autres usines du même fabricant. Toutefois, ces sites alternatifs ne peuvent pas remplacer les usines d’Ukraine à long terme. Nous soutenons nos fournisseurs ukrainiens et leur apportons notre aide dans la mesure du possible ».

Intel a le projet d’étendre son usine de fabrication de puces

Le groupe avait annoncé plusieurs investissements pour augmenter sa capacité de production. De même, il expliquait souhaiter diversifier sa fabrication de puces, géographiquement. Pour ce faire, il compte implanter un méga-site de fabrication en Allemagne. L’Europe avait bien accueilli la nouvelle puisque cela allait permettre de sortir de la dépendance aux géants américains et asiatiques. En effet, l’Union européenne cherche accroître sa production de puces, devenues essentielles dans les secteurs de l’automobile et de la téléphonie.

Tous les fabricants se sont lancés dans une course pour accroître leur capacité de production. Intel quant à lui confirme un investissement de 28 milliards de dollars en 2022. Il met en avant la création de nouvelles usines en Arizona, en Oregon et au Nouveau Mexique, mais aussi en Irlande et en Allemagne.

Besoin d’un abonnement ?

Nos conseillers répondent à toutes vos questions et vous font des offres Internet et/ou mobile sur-mesure !

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.5/5 - 21 avis