Les abonnés 3G/4G consomment 1,8 Go d'Internet mobile par mois

Comme le note l'ARCEP, les revenus des opérateurs n'ont pas réellement fluctué au second trimestre. Concernant les usages, le régulateur pointe du doigt la forte progression que connaît l'Internet mobile.

Marché des télécoms
En un an, le nombre d’utilisateurs de la 4G a grimpé de 11 millions, tandis que même la 3G continuait à recruter avec 4,3 millions de clients supplémentaires.

L'évolution du marché des télécoms, au deuxième trimestre 2016, s'est montrée plutôt favorable aux opérateurs télécoms. Le dernier « observatoire des marchés des communications électroniques », publié tous les trois mois par l'ARCEP, confirme l'excellente santé de la 4G mais aussi du très haut débit fixe, avec des recrutements qui progressent à un bon rythme.

Ces nouveaux débits survitaminés, plus chers, entraînent une consommation de data toujours plus importante et apportent un peu d'air pour les marges financières des opérateurs. Avec la plus faible diminution semestrielle enregistrée depuis 2011, leurs revenus semblent enfin entrer en voie de stabilisation. La guerre des prix serait-elle en passe de devenir de l'histoire ancienne ?

Les revenus des opérateurs se stabilisent peu à peu

Si l'on prend en compte uniquement leurs branches d'activités dédiées aux services de communications électroniques, les revenus des opérateurs sur le marché de détail ont atteint un total de 7,989 milliards d'euros au deuxième trimestre 2016, soit 2 % de moins qu'à la même période en 2015. L'ARCEP note cependant une perspective encourageante sur les six premiers mois de l'année. Le différentiel de revenus entre le premier semestre 2016 et le premier semestre 2015 n'est en effet « que » de 295 millions d'euros, soit une diminution nettement moins sévère que celle enregistrée au premier semestre des deux années précédentes.

Revenus sur le marché de détail des opérateurs télécoms au T1 2016
Revenus sur le marché de détail des opérateurs télécoms au T2 2016 - Source : ARCEP

D'autres indicateurs devraient, eux aussi, inciter les opérateurs à l'optimisme. Les revenus des services mobile, en particulier, stagnent à peu près au même niveau depuis plus d'un an. Le chiffre du deuxième trimestre 2016, qui s'élève à 3,486 milliards d'euros, n'est inférieur que de 100 millions d'euros à celui du premier trimestre 2015. Les services fixe, de même, limitent la casse avec une baisse d'à peine 60 millions d'euros sur un an. Une quasi-stabilisation liée notamment selon l'ARCEP au dynamisme des services de capacité vendus aux entreprises (+1,6 % en un an).

Le trafic voix repart à la hausse

Les communications téléphoniques sur les réseaux fixe et mobile reprennent progressivement des couleurs. Après deux années marquées par une diminution constante des appels « voix », les Français ont passé 60,8 milliards de minutes en communication avec un interlocuteur au cours du deuxième trimestre 2016, soit 2,8 % de plus que pendant la même période en 2015.

Trafics de téléphonie au T2 2016

Trafics de téléphonie au T2 2016 - Source : ARCEP

Comme d'habitude, cette évolution moyenne cache une croissance rapide des minutes émises depuis un téléphone mobile – 41,6 milliards de minutes, en hausse de 7,9 % par rapport au deuxième trimestre 2015 – et un déclin de celles émises depuis un téléphone fixe. Là aussi pourtant, la diminution sur un an (1,3 milliard de minutes en moins) est sensiblement moins importante que celle de l'année précédente (2 milliards de minutes en moins).

Internet mobile : une croissance toujours aussi impressionnante

La consommation mensuelle moyenne de données mobile, hors cartes SIM « MtoM », continue de battre des records et s'établit à 1,135 Go par client, soit 77,34 % de plus qu'au deuxième trimestre 2015. En isolant les seuls utilisateurs détenteurs d'un forfait 3G/4G et qui indiquent se servir de l'Internet mobile, cette moyenne passe même à 1,8 Go par mois. Sur l'ensemble du trimestre, la consommation totale de data de la population française a atteint le chiffre intimidant de 230 000 téraoctets, dont 80 % sont imputables aux seuls forfaits 4G !

Plus gourmands en data, les utilisateurs de l'Internet mobile sont aussi de plus en plus nombreux. En un an, le nombre d'utilisateurs de la 4G a grimpé de 11 millions, tandis que même la 3G continuait à recruter avec 4,3 millions de clients supplémentaires. Au total, le parc actif 4G représentait 37 % de l'ensemble des cartes SIM au 30 juin 2016, contre à peine 22 % un an plus tôt. Cette proportion atteint désormais 70 % pour la 3G, contre 65 % l'année dernière.

Le très haut débit fixe poursuit son développement

Du côté du haut débit (ADSL) ou très haut débit (fibre optique, câble coaxial, VDSL 2…), le nombre total de détenteurs d'abonnements Internet fixe continue à progresser lentement et atteint 27,2 millions de foyers au 30 juin 2016, à comparer aux 26,3 millions d'utilisateurs l'année précédente. 70 % d'entre eux peuvent accéder aux services TV d'une box triple play.

Nombre d'abonnements Internet en haut et très haut débit au T2 2016
Nombre d'abonnements Internet en haut et très haut débit au T2 2016 - Source : ARCEP

L'ARCEP note avec satisfaction que la totalité de cette augmentation est imputable au très haut débit, qui grignote avec constance des parts de marché à l'ADSL. 17,65 % des abonnés (4,8 millions) disposent désormais chez eux du confort d'un débit supérieur ou égal à 30 Mb/s, contre seulement 13,69 % un an plus tôt. Au sein de cette minorité, six foyers sur dix profitent même d'un débit supérieur à 100 Mb/s grâce à la fibre optique de bout en bout (FttH), soit 1,8 million d'abonnements au total.

1 commentaire 1 note - Réagissez à votre tour
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆

jerez  -  Le 13 novembre 2017 à 17h58

★ ★ ★ ☆ ☆