L'avenir s'assombrit pour les MVNO

Parmi les opérateurs télécoms, les plus fragiles ont le plus grand mal à s'adapter aux nouvelles donnes du marché. Les opérateurs mobiles virtuels sont à ce titre les premiers à faire les frais de la vague générée par l'arrivée de Free Mobile...

  • Publié le 18/06/2014 (mis à jour le 09/08/2018)
  • Écrit par
NRJ Mobile, seul opérateur Full MVNO de France

Vendre des forfaits de téléphonie mobile a longtemps été une activité particulièrement lucrative. Ceci était vrai partout ou presque, et particulièrement en France. Nos opérateurs étaient en effet ceux qui en Europe commercialisaient en moyenne les forfaits les plus coûteux. Du jour au lendemain la France passa d'un extrême à l'autre. Depuis l'entrée en lice de Free dans la téléphonie mobile les tarifs ont dégringolé au point que les Français peuvent désormais choisir les offres parmi les moins chères d'Europe. Ce chamboulement a remis en cause les équilibres anciens et fragilisé un grand nombre d'acteurs. Les opérateurs sans réseau sont sans nul doute ceux qui en ont le plus souffert.

L'âge d'or des MVNO

Quand Orange, SFR et Bouygues Telecom se partageaient le marché, les bénéfices conséquents qu'ils retiraient avaient de quoi faire des envieux. Ils y parvenaient aisément d'une part parce que les consommateurs étaient moins exigeants que de nos jours, que ces derniers comparaient moins les offres, et d'autre part aussi parce que les opérateurs s'entendaient entre eux afin de maintenir des prix élevés. La justice française leur a d'ailleurs infligé à ce propos des condamnations particulièrement sévères quand elle fut saisie par les usagers eux-mêmes et par les associations de défense des consommateurs. Malgré tout les marges restèrent élevées suffisamment longtemps après pour que de nouveaux acteurs soient tentés d'utiliser les infrastructures et les réseaux déjà existants afin de revendre sous leur marque des offres directement inspirées des opérateurs en place.

Ce fut la naissance des premiers opérateurs virtuels de téléphonie mobile, Mobile Virtual Network Operator en anglais ou MVNO. Ils profitèrent à leur tour de ce marché favorable, leur nombre augmenta beaucoup, celui de leurs clients également, tout comme le chiffre d'affaires qu'ils dégagèrent au point de constituer à eux tous un véritable opérateur supplémentaire comme le souligne le vice-président télécommunications de CGI-Consulting, Lionnel Piar. Tous les géants de la grande distribution, toutes les banques, à commencer par la Banque Postale, les grandes radios privées nationales, et bien d'autres encore se transformèrent plus ou moins en MVNO. Ce nouveau type d'opérateur est ainsi parvenu à conquérir au total 13 % de parts de marché, le nombre de leurs clients grand public se situe dorénavant aux alentours de 8 millions, et ils emploient plus de 3 000 personnes.

Même les Full MVNO sont à la peine

Parmi ces derniers, les plus gourmands, les plus motivés et surtout les plus expérimentés ont voulu voler de leurs propres ailes afin entre autres d'augmenter leur bénéfice par abonné. Ils ont alors commencé à négocier avec les opérateurs des contrats de Full MVNO, sur le modèle de ceux qui commençaient à voir le jour dans les pays anglo-saxons. Ils souhaitaient continuer à emprunter les réseaux de leurs partenaires, mais obtenir de surcroît la possibilité de lier des partenariats avec plusieurs opérateurs et concocter des offres indépendantes dans lesquelles ils aient une plus grande liberté sur la nature des services inclus et sur les prix pratiqués.

Virgin Mobile fut le premier à inaugurer ce modèle économique sur le sol français. Il mit en place « son coeur de réseau », ses passerelles d'interconnexion, celles qui assurent l'acheminement des données, et son propre système d'enregistrement des abonnés. Certains de ses concurrents furent tentés d'en faire autant, mais à ce jour parmi ceux qui s'adressent au grand public, seul NRJ Mobile lui a emboîté le pas. Ce dernier devrait d'ici peu rester le seul opérateur indépendant sur ce créneau, car Virgin Mobile, malgré tous ses efforts, va bientôt jeter l'éponge ou plus exactement se fondre dans le nouveau groupe constitué autour de SFR-Numericable.

Les disparitions se multiplient

Virgin Mobile en effet, comme l'ensemble des MVNO qui tous ensemble constituent la 3ème vague des opérateurs alternatifs, ont subi de plein fouet la vague suivante à savoir Free Mobile. Depuis le 10 janvier 2012 ce dernier a imposé des tarifs particulièrement bas. Pour juguler l'hémorragie les opérateurs de réseaux comme les opérateurs virtuels n'ont eu d'autre choix que de baisser leurs prix. Pour un certain nombre de ces derniers la fonte de leurs bénéfices fut fatale. NRJ Mobile en a absorbé une partie. Cela lui permet d'augmenter le nombre de ses clients et de maintenir ainsi un chiffre d'affaires suffisant.

Parmi ceux qui survivent encore, beaucoup avouent désormais que si les autorités compétentes, à savoir l'Autorité de la concurrence et l'Autorité de régulation des télécoms, ne leur viennent pas en aide ils sont condamnés à disparaître. Pas sûr que ces dernières leurs soient d'un grand secours. Il y a fort à parier que comme celui des opérateurs de réseaux, le nombre des MVNO va continuer à diminuer au cours des mois à venir.

Marre du hors forfait ?

Vous êtes bavard(e) et un smartphone sans data internet est pour vous un cauchemar ? Découvrez notre sélection de 5 forfaits ILLIMITES pour rester connecté à petit prix !

Je découvre
0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Soyez le premier à noter !

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆