L'ARCEP va-t-elle étendre ses pouvoirs à la régulation des smartphones et des objets connectés ?

Face à l'essor de l'internet mobile, le monde des télécoms tente de s'adapter. Le Président de l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) souhaiterait étendre ses activités à la surveillance des terminaux mobiles et des objets connectés. A la clé, pour le consommateur, des produits mobiles plus diversifiés.

Une illustration représente six téléphones avec des applications mobiles ouvertes sur leur écran

L'Arcep est une autorité publique qui régule l'activité des opérateurs télécoms en France. Les opérateurs sont aujourd'hui des fournisseurs d'accès à internet et des acteurs du web, aux côtés des grandes entreprises que sont les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon…). Or la domination des GAFA sur le marché du web inquiète le président de l'Arcep. Il y aurait, selon lui, à ce sujet, « de nouvelles régulations à inventer », déclarait-t-il lundi au Figaro.

Mieux réguler internet à l'heure du mobile

C'est un fait, chacun d'entre nous accéde de plus en plus à internet depuis son smartphone ou sa tablette. Directement donc, via des applications mobiles. Celles-ci sont principalement distribuées par Google et Apple, ce qui limite beaucoup le choix des utilisateurs.

Vers des magasins d'applications alternatifs

La proposition du président de l'Arcep est de faire réguler par l'Autorité l'activité de tous les acteurs de la téléphonie mobile, des smartphones aux objets connectés (les enceintes, les téléviseurs ou les voitures). Pourquoi faire ? Pour favoriser notamment l'apparition de magasins d'applications alternatifs, autres que Google Play et Apple Store, bientôt peut-être dans vos smartphones. En parallèle, le lancement d'états généraux de la régulation du digital par le secrétaire d'état au Numérique devrait aussi faire bouger les lignes. Affaire à suivre !

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Soyez le premier à noter !

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆