Zone de turbulences en vue pour SFR-Numericable

Alors même que l’intégration des deux entités n’est pas encore consommée, les nuages semblent s’amonceler pour le futur groupe SFR-Numericable.

Les résultats de l'opérateur au carré rouge pour le premier semestre 2014, publiés en toute fin du mois d'août par son propriétaire actuel Vivendi, se révèlent en effet assez décevants. Numericable, de son côté, est aux prises avec d'autres difficultés, dont un contentieux complexe l'opposant au Conseil Général des Hauts-de-Seine.

De mauvais résultats pour SFR au premier semestre

Une baisse du chiffre d'affaires…

Deux filiales intéressaient tout particulièrement les observateurs lors de la récente publication des résultats semestriels de Vivendi : d'abord GVT, un opérateur brésilien pour lequel des négociations de rachat seraient en cours avec Telefónica. Mais aussi SFR, dont la vente à Numericable a déjà été actée et n'attend plus que l'avis favorable de l'Autorité de la Concurrence.

Comme d'autres concurrents (Orange et Bouygues), SFR accuse rudement le coup de la guerre des prix initiée par Free en 2012. Son chiffre d'affaires pour le premier semestre 2014 atteint « seulement » 4,9 milliards d'euros, soit une baisse notable de 4,7 % par rapport à la même période en 2013. La chute est d'ailleurs la plus marquée pour sa branche « Grand Public » : une baisse de 7,3 %, à 3,2 milliards. Avec 884 millions, la branche « Entreprise » accuse aussi une baisse conséquente de 6,5 %. Seule l'activité « Opérateur » fait remonter la moyenne : +9,8 %, soit 810 millions d'euros.

…malgré une clientèle plus nombreuse

Malgré ces mauvais chiffres, SFR enregistre parallèlement une augmentation relative de sa clientèle mobile et fixe, ce qui met en évidence la concurrence accrue et la diminution générale des marges des opérateurs.

Le parc mobile couvre désormais un total de 21,38 millions de clients au 30 juin 2014, soit une augmentation satisfaisante de 2 % en six mois. Parmi ces derniers, plus de 85 % continuent à souscrire un forfait, soit une belle performance par rapport à la concurrence. Il convient toutefois de distinguer les forfaits SFR « purs », en légère diminution (11,36 millions de clients) et les forfaits low cost de RED.

L'offre fixe se porte bien également : 42 500 nouveaux foyers ont souscrit à une offre en haut ou en très haut débit, soit un total de 5,3 millions de clients au 30 juin 2014. À noter ici le succès croissant de l'offre fixe-mobile « Multi-Packs », qui engendre une importante migration de la clientèle (400 000 nouveaux utilisateurs sur la période pour un total de 2,53 millions, soit une petite moitié du parc).

Les Hauts-de-Seine : un dossier brûlant pour Numericable

Tandis que SFR se débat avec des chiffres financiers orientés à la baisse, sa future maison-mère Altice reçoit une mauvaise publicité en raison d'un contentieux l'opposant au département des Hauts-de-Seine, et qui pourrait lui coûter assez cher.

À l'origine du dossier

En 2007, le Conseil Général des Hauts-de-Seine avait signé un contrat avec l'entreprise Sequalum, filiale de Numericable, avec pour mission de construire le réseau en fibre optique de l'ensemble du territoire : un projet ambitieux, qui devait propulser l'un des départements les plus riches de France à la pointe des nouvelles technologies pour de nombreuses années.

Un projet long et coûteux, aussi : le câblo-opérateur avait six ans pour s'acquitter de ses obligations, avec deux phases de travaux devant se terminer respectivement en octobre 2012 et octobre 2015. En échange, Numericable obtiendrait le déblocage progressif d'une subvention de 59 millions d'euros et, surtout, d'une délégation de service public d'une durée de vingt-cinq ans pour proposer ses services.

Des retards croissants…

Malgré plusieurs mises en demeure et diverses péripéties ayant marqué le dossier depuis 2008, le projet affiche obstinément un retard de plus en plus conséquent. Seulement 82 000 prises étaient raccordées au passage de la première échéance, contre une prévision initiale de 126 900. La prolongation du délai n'y changeait rien : alors même que la dernière échéance théorique se rapproche (octobre 2015, pour 573 000 prises !), Numericable n'avait même pas encore atteint le premier palier en juillet 2014, avec à peine 113 000 prises raccordées.

…et un dossier qui s'envenime

Face au fiasco de plus en plus évident du projet, le Conseil Général des Hauts-de-Seine monte progressivement dans l'échelle des sanctions. Au cours de l'été, le département annonçait tout d'abord l'ouverture d'une procédure de « règlement de différend » (à l'amiable). Une démarche visiblement non couronnée de succès, puisque le Conseil Général passe maintenant à la vitesse supérieure et va demander en justice la résiliation du contrat, ainsi par ailleurs que des pénalités s'élevant à 45 millions d'euros.

L'opérateur, de son côté, a contre-attaqué en demandant lui aussi une résiliation du contrat en sa faveur, arguant n'avoir perçu qu'une subvention de 26 millions d'euros sur les 59 millions prévus.

Faites des économies

Un abonnement internet, c’est un budget à l’année… Vous ne pensez pas que vous pourriez faire des économies ?
Chez JeChange on en est convaincu ! C'est notre métier de vous aider à faire des économies.
Découvrez les offres internet de nos partenaires !

Je découvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

3.8/5 - 6 avis