Semi-conducteurs : vers l’indépendance de la France ?

L'américain GlobalFoundries et le franco-italien STMicroéléectronics s'allient pour construire une usine de semi-conducteurs en France.

  • Publié le

Pénurie de semi-conducteurs, focus rapide sur un contexte tendu

Pour comprendre la situation, il faut revenir plusieurs mois en arrière. Les semi-conducteurs, ce sont des matériaux très fins, très « petits » dans lesquels on retrouve entre autres du silicium. Le semi-conducteur a la particularité d’être à la fois isolant et conducteur. Utilisés dans la fabrication de puces, les semi-conducteurs permettent de faire circuler les informations.

semi-conducteur

Ils sont présents dans plusieurs secteurs. La pénurie impacte grandement le monde de la voiture, des jeux vidéo, des smartphones et des ordinateurs. C’est donc un matériau indispensable détenu par seulement une poignée de grands groupes producteurs, notamment Intel, Samsung, Qualcomm qui fournit Apple et TSMC.

Avec la pandémie, la banalisation du télétravail, les confinements, etc. Une pénurie des composants dont les semi-conducteurs s’est fait ressentir sur le marché qui s’élevait alors à plusieurs centaines de milliards de dollars.

En plus de cet impact, l’aspect commercial est touché et creuse un peu plus les tensions. Donald Trump s’en est pris à la Chine. Il a interdit à Huawei d’utiliser des puces dont les semi-conducteurs sont produits aux Etats-Unis.

En 2021 et suite à ce boycott, la Chine a décidé de faire de son autosuffisance technologique une priorité. Bien évidemment, cela passe par les semi-conducteurs qu’elle importe majoritairement à ce jour. Joe Biden, de son côté, compte bien donner aux USA l’indépendance dans le même secteur.

L’Europe, quant à elle, souhaite aussi son indépendance. Pour ce faire, un dialogue a été ouvert sur la technologie au Sommet Choose France, commencé ce 11 juillet.

Qu’est-ce que le sommet Choose France ?

Instauré par Emmanuel Macron, le Sommet Choose France est dédié à l’attractivité du pays. Il vise à exprimer aux différentes grandes entreprises internationales les réformes de notre pays servant à favoriser l’activité économique. De même, il permet de mettre le doigt sur l’importance des investissements internationaux. Ces derniers soutiennent la croissance et l’emploi partout en France. Cette année, pour la cinquième édition, le Sommet se déroule à Versailles et propose un lot d’investissements concernant les nouvelles technologies. L’annonce de 14 projets a été faite. Parmi ces derniers, celui de la construction d’une méga-usine de semi-conducteurs en France, près de Grenoble.

Une usine de semi-conducteurs à quatre milliards d’euros

C’est donc à ce Sommet que l’annonce a eu lieu. En tête d’affiche des différents projets, celui de la création d’une méga-usine de semi-conducteurs a attiré les attentions. Il s’agit d’un investissement de 5.7 milliards d’euros. Lors du Sommet au franc succès, on décompte la présence de 180 patrons étrangers, un record par rapport aux manifestations précédentes qui en regroupaient 120 à 130.

Semi-conducteurs pour les secteurs automobile, industriel, Internet, infrastructures de communication

L’Union européenne a mis en place un programme pour retrouver sa place face à l’Asie et à l’Amérique dans la production de semi-conducteurs. En effet, aujourd’hui, elle représente moins de 10 % de la production mondiale et souhaite monter à 20 %.

Les deux groupes expliquent qu’avec « un soutien financier important de l’Etat français », les premières productions devraient avoir lieu à la fin-2023. L’Elysée précise qu’il y aura une montée en charge jusqu’en 2026. Les deux entités ont estimé que 58 % de la production serait destinée à GlobalFoundries et le reste à STMicroelectronics. Jean-Marc Chery, le président directeur général de STMicroelectronics a assuré qu’il s’agissait d’une « annonce clé pour la France ». Selon Emmanuel Macron, cette usine sera  » le plus important site de production de puces français et l’un des plus importants d’Europe ».

Jean-François Clappaz, vice-président de la communauté de communes concernée, se réjouit, malgré une échéance présomptueuse. Un calendrier qu’il qualifie « d’ambitieux mais nécessaire, quand on voit la pression mondiale sur le sujet des semi-conducteurs ».

L’Elysée quant à lui confirme que « ce projet renforcera massivement la capacité de production en France dans les technologies et contribuera à la résilience industrielle ».

Ce mardi 12 juillet, Emmanuel Macron s’est présenté sur les lieux et devait présenter la stratégie microélectronique de France 2030.

Cela permettra, en plus de produire des semi-conducteurs en technologies avancées, de soutenir le leadership technologique européen. De la recherche au développement en passant par la production, il pourra y avoir une réponse aux clients européens et mondiaux.

Ne déclarez pas forfait !

JeChange a fait pour vous la sélection des meilleures offres sur le marché !
Découvrez le forfait qui vous correspond.

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.7/5 - 9 avis