Observatoire France Très Haut Débit : l’outil cartographique est en ligne

La Mission Très Haut Débit a dévoilé son observatoire qui permet de visualiser les débits descendants atteignables, où que l'on se trouve dans l'Hexagone, quand on dispose d'une connexion filaire par ADSL, fibre optique ou câble coaxial...

Antoine Darodes peut se montrer satisfait : nommé par Matignon à la tête de la Mission Très Haut Débit, le fruit de ses efforts est désormais visible par tout un chacun. Les collectivités locales, le grand public et les professionnels peuvent consulter en ligne l'Observatoire France Très Haut Débit qui cartographie les débits disponibles sur l'ensemble du territoire français. Développé par l'équipe qu'il encadre, cet outil permet de s'informer, mais aussi de faire remonter l'information, sur les débits qu'il est possible d'atteindre dans les foyers ainsi que dans les locaux industriels et administratifs.

Visualiser la bande passante délivrée chez soi par les opérateurs télécoms

L'Observatoire France Très Haut Débit pour l'instant ne rend compte que du débit descendant quand on est raccordé à un réseau de communications électroniques filaires, c'est-à-dire par ADSL sur sa ligne téléphonique, par fibre optique ou par câble coaxial. D'autres technologies seront prochainement intégrées dans cet outil, tels que la 4G à usage fixe, et sans doute le très haut débit par satellite.

Son fonctionnement est simple, il suffit de saisir le nom de sa commune ou de son département pour qu'apparaisse une carte en couleur détaillant les zones couvertes par l'une ou l'autre de ces technologies. Si le débit maximum qu'il est possible d'atteindre est de 100 Mb/s ou plus, elles sont colorées en rouge. Entre 30 et 100 Mb/s la couleur est orange, entre 8 et 30 Mb/s elle est jaune, et ainsi de suite jusqu'au gris qui permet de repérer une zone inéligible. Par ailleurs une synthèse graphique sous forme de camembert complète la carte et précise le pourcentage de logements et de locaux professionnels par classes de débit.

L'exemple d'Astaffort, commune du Lot-et-Garonne

L'exemple d'Astaffort, commune du Lot-et-Garonne – Source : Observatoire France THD

Pas d'information sur l'éligibilité du foyer

Impossible cependant d'en savoir plus sur l'éligibilité du foyer ou du local concerné à l'une ou l'autre des offres commerciales proposées par les opérateurs, ni d'obtenir autre chose qu'un débit théorique. Les valeurs reportées sur l'observatoire n'engagent ni la Mission Très Haut Débit ni les opérateurs de réseaux. En effet si les débits sur lesquels repose cette cartographie sont calculés grâce à des données transmises par ces derniers, ils ne tiennent pas compte de la qualité de la ligne, ni de celle des équipements de l'abonné, et encore moins du type d'offre choisie par celui-ci.

La mission insiste par ailleurs sur l'intérêt qu'elle porte à la collaboration des usagers eux-mêmes. Elle les invite à s'approprier cet outil afin de le rendre le plus fiable possible, en signalant les erreurs qu'ils constatent ou les précisions qu'ils peuvent apporter.

La Mission Très Haut Débit accompagne le déploiement des réseaux d'initiative publique

On l'aura compris, cet observatoire est avant tout une vitrine destinée au grand public. Il n'illustre cependant qu'une infime partie des tâches qui ont été attribuées à la Mission Très Haut Débit. En premier lieu cette dernière assure le pilotage du plan Très Haut Débit voulu par l'État. Pour cela elle encadre les déploiements réalisés par les opérateurs privés dans les zones denses et par les collectivités territoriales dans le cadre de réseaux d'initiative publique (RIP). Elle accompagne par ailleurs techniquement ces dernières quand elles élaborent leur projet. La mission est également chargée d'harmoniser et de standardiser les référentiels techniques.

Autrement dit elle a du pain sur la planche, 24 projets de ce type ont déjà été sélectionnés et le Premier ministre vient tout juste de donner son accord de principe pour le financement de 7 nouveaux réseaux très haut débit portés par les collectivités locales d'Alsace, de Bretagne, de l'Eure, de Haute-Saône, de la Manche, du Tarn-et-Garonne et du Val-de-Marne.

4,2 millions de prises dans les zones peu denses d'ici 2022

Celui présenté par le Syndicat mixte Mégalis Bretagne devrait ainsi récolter une subvention d'environ 150 millions d'euros. Il concernera les 11 communautés d'agglomération et les 91 communautés de communes de la région. L'objectif est d'assurer le déploiement de la fibre optique sur l'ensemble des 230 000 foyers de ce territoire avant 2030. Si l'on ajoute cette somme à celle qui sera mobilisée pour les 33 autres projets validés à ce jour, c'est pas moins de 1,2 milliard d'euros de subventions que l'État versera sur cinq ans. À terme le plan permettra aux collectivités territoriales de déployer 4,2 millions de prises conclut Antoine Darodes.

Besoin d’un conseil ?

ADSL, fibre optique, box 4G… vous êtes perdu parmi les offres ?
Demandez conseil à JeChange pour trouver une box internet rapide, fiable et bon marché. Nos conseillers répondent à toutes vos questions et vous font des offres Internet sur-mesure !

Rappel gratuit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.0/5 - 10 avis