LoRaWAN : Bouygues donne le clap de fin à son réseau IoT

Mauvaise nouvelle pour les clients de l'opérateur qui utilisent le réseau IoT. Bouygues a annoncé abandonner LoRaWAN. On vous en dit plus.

  • Publié le

Comment fonctionne l’IoT ?

L’expression IoT englobe toutes les étapes et chaînes de productions des objets connectés. En d’autres termes, cela inclut le développement des objets physiques aux capteurs qui stockent et analysent des données, en passant par la collecte et la transmission de ces dernières. Littéralement, le terme IoT signifie « Internet of Things », soit « internet des objets ». L’internet des objets fonctionne de manière générale avec des capteurs et des objets connectés placés en infrastructure physique. Ces capteurs vont émettre des données. Ces dernières vont remonter par le biais d’un réseau sans fil sur des plateformes IoT sur lesquelles elles seront analysées et enrichies. L’analyse de ces données permet de tirer des conclusions sur les comportements et pratiques au niveau des territoires, des entreprises, mais aussi celles des usagers, avec la domotique par exemple. La multiplication des objets connectés a donc entraîné depuis les années 2010 la création ou la transformation de réseaux dédiés, comme le réseau LoRaWAN.

Le réseau IoT sert tout simplement à donner à un objet une connexion à internet. Cette dernière lui servira pour remonter diverses informations et données. Il existe à ce jour plusieurs protocoles de communication pour effectuer la manipulation, et tous n’ont pas les mêmes caractéristiques. En revanche, plusieurs choses sont à prendre en compte. Par exemple, la couverture du réseau, le coût du service ou bien la distance de communication.

Sur le marché, on retrouve deux grandes catégories de réseaux :

  • Les réseaux courte distance, ou à courte portée. Viennent ici se loger les technologies telles que le Wifi ou bien le Bluetooth par exemple. Elles permettent de transférer des données sur de petites distances, pouvant se compter en quelques mètres.
  • Les réseaux longue distance ou encore à longue portée. Ici, nous retrouvons deux technologies distinctes. Les réseaux basse consommation, aussi appelés LWPAN, comme par exemple LoRa ou Sigfox, et les technologies cellulaires, comme GSM, 2G, 3G, etc. Les deux réseaux longue portée permettent une transmission de données sur de vastes distances, allant de quelques mètres à plusieurs kilomètres.

Les objets connectés sont intelligents de par le partage des données. Ces dernières sont une vraie mine d’or pour l’IoT. L’analyse des données brutes permet de les rendre exploitables. De fait, les objets connectés sont instrumentés pour la collecte de données en temps réel, interconnectés pour partager les données via un réseau sans fil, et intelligents, car ils analysent les données afin d’aider les usagers à prendre des décisions.

LoRaWAN, à quoi ça sert ?

Le réseau LoRaWAN (Long Range Wide-area network ou Réseau étendu à longue portée) permet une communication radio bas débit et peu coûteuse, selon la technologie LoRa. Il permet de connecter les objets entre eux, et ce pendant des années, via des passerelles. Le réseau LoRaWAN s’adapte aux applications les plus simples, comme les plus complexes.

LoRaWAN cible les communications longue portée plutôt que les communications à débit élevé (plus consommatrices en énergie et en puissance de calcul). Ce faible coût est dû à l’utilisation d’une architecture en étoile (plus simple à mettre en œuvre qu’une architecture maillée) et l’utilisation de bandes de fréquences libres.

Une topologie en étoile veut dire qu’un serveur applicatif est connecté à plusieurs passerelles, elles-mêmes connectées à des terminaux. Les données envoyées par les terminaux sont retransmises par les passerelles, ces dernières y ajoutant seulement des informations sur la qualité du signal reçu.

Quelles alternatives pour les utilisateurs de LoRaWAN ?

En effet, le réseau LoRaWAN tire sa révérence. Les clients d’Objenious ont reçu une notification en ce sens. Au-delà de décembre 2024, l’offre Objenious Starter prendra fin. Dès septembre 2022, vous ne pourrez ni y souscrire, ni la renouveler. C’est le 25 février que Bouygues Telecom a annoncé abandonner son réseau LoRaWAN et ses services associés d’Objenious.

Deux autres protocoles sont apparus et lui font de l’ombre ; LTE-M et NB-IoT. En effet, si le LoRaWAN se promettait un bel avenir, ces deux protocoles exploitent quant à eux des réseaux de téléphonie mobile. Si la consommation est plus élevée, il faut dire que les débits proposés sont supérieurs à ceux du LoRaWAN.

De fait, Objenious annonce vouloir se mettre aux autres protocoles et faire « le choix d’accéler leur déploiement et de se positionner sur un panel technologique IoT cellulaire complet ».

Pour ses clients affectés par l’arrêt du réseau LoRaWAN, Objenious propose des « possibilités de migration ». En effet, quelles sont les alternatives aux clients de l’opérateur IoT une fois le LoRaWAN de Bouygues stoppé ?

Arrêt de LoRaWAN : migrer vers le cellulaire

Il s’agit d’une première solution, celle de passer sur le réseau cellulaire que propose Objenious. En effet, les opérateurs ont l’habitude d’arrêter une génération de réseau dès lors qu’ils la considèrent comme obsolète, comme la 2G par exemple. Cette solution est la bonne pour les clients voulant un usage européen et avec plus de débit. Ineo-Sense, une entreprise spécialisée dans la conception de systèmes IoT industriels va effectuer cette migration sur certains de ses produits. Son président et fondateur, Olivier Guilbaud déclare en effet que « de nombreux clients envisagent cette solution pour être certains d’utiliser un réseau pérenne ».

Clap de fin pour LoRaWAN chez Bouygues : se tourner vers un concurrent

Une autre solution, vous pouvez en effet vous tourner vers le réseau LoRaWAN d’un concurrent, celui d’Orange. Un frein à la démarche, la migration de capteurs d’un réseau à l’autre. En effet, le temps de la procédure, pouvant durer de quelques heures à plusieurs jours, les clients n’auront pas de visu sur l’état de leurs capteurs. Enfin, il va falloir mettre en place un plan d’action. Olivier Guilbaud dénonce que, même s’il n’y a « rien de compliqué, il faut néanmoins travailler avec Orange pour définir comment basculer les abonnements et les objets. Pour le moment, la procédure n’est pas encore très claire ». Si Ineo-Sense commence déjà à travailler avec l’opérateur, il reconnaît qu’il faudra prévoir des coûts d’intégration.

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.5/5 - 19 avis