Le retrait du réseau cuivre finalisé en 2030 selon Orange et l’Arcep

Gros défi pour l'opérateur Orange : 8 ans pour basculer les abonnés du réseau cuivre sur la fibre et le très haut débit.

  • Publié le

En effet, Orange a communiqué à l’Arcep ses projets sur la fermeture du réseau cuivre. L’opérateur pressait l’Arcep pour le retrait du cuivre et devait lui communiquer un projet solide fin 2021, début 2022. Ce dernier sujet, discuté depuis plusieurs années maintenant, marque une étape dans la transition vers le haut débit via différentes technologies permettant l’accès à internet.

France Très Haut Débit
Après le lancement du « Plan France Très Haut Débit », le gouvernement maintient son objectif de couverture de la totalité du territoire en 2022.

L’extinction du réseau cuivre débute en 2026

Ce réseau vieillissant à l’infrastructure historique essuie de plus en plus de pannes. De fait, plutôt que de continuer une maintenance qui n’est plus efficace, Orange confirme son retrait. Alors que l’opérateur affirmait en 2019 qu’il renonçait à éteindre le réseau cuivre avant la fin de la décennie, pour éviter la superposition des réseaux, il annonce aujourd’hui une date butoir : 2030.

Le retrait du réseau cuivre, qui se vide progressivement de ses abonnés, devrait se faire en deux étapes. Ainsi, dès l’année prochaine, Orange devra désigner une liste avec les premières communes concernées. D’ailleurs, certaines villes se sont portées volontaires.

Augmentation sur la location du réseau cuivre

Il faut dire qu’à ce jour, ce sont 20 millions de personnes qui sont encore sur ce réseau, que ce soit pour téléphoner ou accéder à internet.

Fermeture commerciale du réseau cuivre

Ici, il s’agit d’une décision de l’opérateur qui ne louera plus son réseau aux opérateurs. Les consommateurs ne pourront donc plus souscrire une offre ADSL. Orange préviendra ses concurrents de la désactivation entre 2 et 36 mois à l’avance.

Fermeture « physique » du réseau, un défi technique

En effet, c’est ici une étape complexe. Orange promet de prévenir les personnes concernées au moins trois ans à l’avance afin de pouvoir traiter les cas particuliers.

Aujourd’hui, environ un quart des Français sont sur des lignes où la fibre est plus difficile à tirer, donc plus coûteuse à l’installation.

Par ailleurs, une fois installée, il restera les utilisateurs à convaincre d’y souscrire. En effet, bon nombre de personnes ne souhaitent pas changer, trouvant les offres fibre bien plus chères que celles proposées en ADSL à ce jour.

Orange peut facturer plus cher le dégroupage

Le gendarme des télécoms, l’Arcep, a donné son accord, avec conditions. Même s’il avance prudemment sur la question, il autorise Orange à hausser le prix de location de la boucle du réseau cuivre.

En d’autres termes, cela veut dire que les opérateurs concurrents que sont Bouygues, SFR et Free paieront plus pour louer la boucle locale, le réseau cuivre, à Orange. Cette démarche devrait les forcer à réduire leur marge et accélérer ainsi la bascule sur le réseau fibre.

De fait, l’Arcep précise que cette hausse ne concernera que les zones où Orange aura déjà effectué la fermeture commerciale du réseau cuivre. En ce sens, une consultation publique est lancée et sera en cours jusqu’au 4 avril 2022.

Un réseau qui coûte cher avec moins de ressources

Cela fait plusieurs années maintenant qu’Orange dénonce de grandes dépenses pour l’entretien du réseau cuivre et en souhaite le retrait.

La location de la boucle rapportait à l’opérateur près de 1.5 milliard en 2010 pour la maintenance. En revanche, ce chiffre est passé en dessous du milliard en 2020 et continue de baisser à coup de 200 millions d’euros par an depuis.

Orange souligne que les coûts, quant à eux, ne diminuent pas. Si les clients basculent de plus en plus vers la fibre et, de fait, ne passent plus par le dégroupage, certaines régions connaissent de plus en plus de coupures.

Face à des élus en colère pour cause de lignes hors services dans leur commune du territoire rural, le groupe Orange a dû multiplier les opérations de soutien et précise qu’il investit actuellement 500 millions d’euros par an.

Une aide de l’Etat dans les milieux ruraux pour le passage au très haut débit sans fil

Pour rappel, le gouvernement lançait en 2018 le plan cohésion numérique des territoires. Ce dernier permet aux entreprises comme aux habitants des zones rurales non couvertes par les réseaux filaires de passer au très haut débit sans fil.

Ce dispositif octroyait une prime d’installation ou de mise en service des équipements allant jusqu’à 150 euros.

Piloté par le programme France Très Haut Débit, le dispositif propose trois technologies comme suit :

  • la boucle radio, via un réseau d’antennes déployé par des experts
  • le satellite
  • la 4G

Lors d’un communiqué de presse du 5 février, le gouvernement annonçait un élargissement du dispositif cohésion numérique des territoires. En effet, pour « renforcer l’accès au numérique des Français, le Premier ministre annonce un doublement de l’aide à l’équipement très haut débit non filaire ».

Jean Castex, lors d’une visite en milieu rural début janvier, avait fait « le constat que ce montant n’est pas suffisant pour permettre aux personnes de s’équiper. On a donc décidé de passer à 300 €, voire 600 € ».

De fait, au premier avril 2022, l’aide passe à 300 € au lieu des 150 initiaux, et pourra atteindre 600 € sous conditions de ressources des ménages concernés.

et vous ? Avez-vous la bonne offre ? Etes-vous éligible au très haut débit ? pensez-vous payer le prix juste pour les services qui vous sont proposés ? N’hésitez pas à faire le point. Un appel suffit pour faire le tour des offres du marché, et un expert répondra gratuitement à vos questions pour trouver l’offre adaptée à vos besoins et à vos attentes en fonction de votre éligibilité !

Comparez, changez, économisez sur votre forfait !

Votre conseiller JeChange vous oriente vers l’offre la plus adaptée à vos besoins et s’occupe de tout gratuitement.

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.6/5 - 25 avis