La Réforme Lagarde officiellement en vigueur

Lancée en juillet dernier, la grande réforme Lagarde sur le crédit à la consommation a progressivement révélé ses différents volets. Faisant suite aux lois Scrivener et Neiertz, elle est désormais officiellement appliquée depuis le début de ce mois de mai.

Voulue par le gouvernement et attendue depuis plus de deux ans, la réforme du crédit à la consommation est officiellement et totalement entrée en vigueur ce 1er mai. Elle succède à la loi Scrivener de 1978, qui renforçait l'information sur les risques de ces prêts auprès du consommateur, et la loi Neiertz de 1989, qui visait à limiter et accompagner les situations de surendettement. Et elle est d'importance : un ménage sur trois y a recours dans notre pays.

Place donc à cette nouvelle Loi, qui depuis juillet dernier a dévoilé peu à peu tous ses pans, sous forme de décrets parus au Journal Officiel. Sa mesure la plus forte concerne la limitation des effets du crédit renouvelable. Ce dernier crédit conso, dont les taux allaient parfois jusqu'au double de ceux des crédits classiques, est désormais plafonné, tout comme sa durée de remboursement. Leurs taux d'usure, eux, baisseront progressivement.

Le libre choix des futurs emprunteurs est également accru, avec l'obligation pour les établissements de crédit, suite à toute demande, de leur proposer au préalable un choix d'au moins deux crédits conso, dont un non renouvelable, ainsi qu'un éventail d'offres de crédit à la consommation issues d'autres établissements. D'autre part, le consommateur est censé être beaucoup mieux informé des modalités de changement et de rachat de leurs crédits à la consommation. 

Concernant les contrats en cours, les banques de crédit à la consommation doivent proposer à leurs clients souscripteurs une accélération du remboursement si se dernier s'annonce très long. Joueront-elles le jeu ? Et se soucieront-elles aussi d'avantage de la solvabilité de leurs futurs emprunteurs avant de leur proposer quelque chose ? L'avenir le dira…

(Source : Les Echos)

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Soyez le premier à noter !

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆