Les prix des logements neufs vont-ils baisser en 2019 ?

La dynamique du marché immobilier s’est enrayée l’an dernier, avec une question qui émerge : l’érosion de l’activité peut-elle faire baisser les prix des logements neufs en 2019 ?

Comme pour le marché de l’immobilier ancien, les prix des logements neufs sont en phase de ralentissement. Toutefois, la courbe des prix d’achat d’une maison ou d’un appartement ne devrait pas s’infléchir mais seulement décélérer. Pourquoi ? Explications.

Recul de 15 % des ventes de maisons individuelles

Le marché de l’immobilier neuf en 2018 a été marqué par un recul des transactions. Michel Mouillard, porte-parole du baromètre des prix de l’immobilier LPI-SeLoger, souligne que l’an dernier les «  ventes des maisons individuelles ont reculé de 15 %  ». Cette chute provient d’une demande qui s’est écroulée à cause de plusieurs facteurs : l’effritement du pouvoir d’achat, la baisse du moral des ménages français ou encore la révision à la baisse des aides publiques consacrées à l’accès à la propriété. Autre ingrédient : la hausse des prix de l’immobilier.

Prix moyen du logement neuf en 2018 : 4016 € / m²

Toujours selon le baromètre LPI-SeLoger, sur les douze derniers mois, les prix des logements neufs ont bondi de 2,3 % pour s’établir à 4016 € / m² (+ 0,9 % sur le dernier trimestre). A titre de comparaison, cette progression annuelle atteignait 3,2 % en décembre 2017. Dans le détail, sur un an, le prix des maisons neuves a grimpé de 2,7 % sur un an (2594 € / m²), celui des appartements neufs de 2,2 % (4574 € / m²). En termes de perspectives, Michel Mouillard estime que 2019 ne sera pas pour autant une année de recul des prix de l’immobilier dans le neuf mais plutôt de décélération.

Vers un ralentissement de la hausse des prix plutôt qu’une baisse

La catégorie des appartements neufs n’est pas épargnée par ce ralentissement de l’augmentation des prix mais c’est la catégorie des maisons individuelles qui en pâtit le plus. Le marché des constructeurs est particulièrement visé par cette tendance. La demande de constructions neuves est en net reflux en 2018 et l’année en cours ne devrait pas déroger à ce constat. Le tarissement de la demande a donc un impact direct sur les prix. Alors que le coût d’achat d’une maison neuve avait augmenté de 5,4 % sur un an en décembre 2017, il n’a progressé que de 2,7 % cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

3.8/5 - 6 avis