Immobilier : ce qui change en 2019

De la hausse de l’aide personnalisée au logement et des taux d'intérêt des crédits immobiliers en passant par le lancement du dispositif Denormandie pour la rénovation de l’immobilier ancien, quels sont les principaux changements applicables depuis le 1er janvier 2019 ? Réponses.

L'année 2019 ne prévoit pas de bouleversement notable dans le secteur de l'immobilier malgré certaines évolutions entrant en vigueur. Entre taxation des contrats d'assurance emprunteur ou prorogation de certains avantages fiscaux, retour sur ce qui peut vous concerner.

Le dispositif Denormandie pour investir dans l'ancien

Le dispositif Denormandie vise à faciliter l'investissement en faveur de la rénovation du parc immobilier ancien. Il fonctionne comme le dispositif Pinel avec une réduction d'impôt similaire : 12 % dans un engagement locatif de 6 ans, 18 % dans un engagement locatif pour 9 ans, et 21 % dans un engagement locatif pour 12 ans.

Le plafond d'investissement est de 300.000 euros et de 5.500 euros par m². Le budget alloué aux travaux doit représenter 25 % du total de l'investissement. Sont éligibles les villes moyennes du plan « Actions Cœur de ville » ou celles qui ont engagé des opérations de revitalisation du territoire.

Revalorisation des APL et taxation de l'assurance emprunteur

Le montant des APL destinées aux ménages fragiles financièrement est légèrement revalorisé de 0,3 %. Les contrats d'assurance emprunteur souscrits à partir du 1 er janvier 2019 sont désormais taxés à hauteur de 9 % sur l'ensemble des garanties. Conséquence : les courtiers en assurance prévoient une hausse des cotisations de 6 %.

Les Français qui vendent leur résidence principale pour s'installer à l'étranger bénéficient d'une exonération d'impôt sur la plus-value opérée. Deux conditions prévalent : le départ à l'étranger doit s'effectuer avant la fin de l'année et l'immeuble doit être inoccupé durant ce délai.

Prorogation du CITE et de l'éco-PTZ

L'Etat proroge le crédit d'impôt transition écologique (CITE) jusqu'au 31 décembre 2019. Ce dernier permet aux contribuables la déduction de l'impôt sur le revenu d'une partie des sommes engagées dans le cadre de la rénovation d'une résidence principale de plus de deux ans.

L'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) joue également les prolongations jusqu'en 2021. Il est même élargi au 1 er mars prochain avec une durée d'emprunt maximum de 15 ans et l'opportunité de n'engager qu'un seul chantier.

Enfin, l'encadrement des locations saisonnières se renforce, les plateformes étant désormais obligées de fournir au fisc toutes les informations sur les revenus perçus par les loueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.1/5 - 14 avis