Les banques se mènent la guerre pour financer la conso des ménages

Alors que le contexte des taux bas plombe les rendements de certaines de leurs activités, les banques reportent leurs efforts sur le prêt à la consommation. Résultat : la concurrence s’accroît au profit de Banque Populaire et du Crédit Agricole.

Une tirelire, une calculette et des stylos sont disposés sur une table autour d’une ardoise sur laquelle est écrit « Budget »

Le crédit à la consommation retrouve un certain attrait pour les établissements financiers en quête de produits lucratifs pour garantir leurs revenus. Pour preuve, l'encours de prêts personnels et crédits affectés a bondi de 5,5 % sur un an selon la Banque de France, pour s'établir à 121 milliards d'euros. Quels sont les grands gagnants ? Réponse.

Crédit conso : une dynamique de marché qui aiguise les appétits

Le boom du financement de la consommation des ménages n'est pas sans lien avec la baisse du taux du prêt personnel à 3,6 % en juin, contre 6 % en 2013. Les particuliers reviennent en force y puiser des solutions pour financer leurs projets. Et les banques se frottent les mains car le prêt à la consommation leur procure plus de revenu qu'un crédit immobilier, tout en étant plus simple à activer.

En termes de parts de marché, les banques mutualistes affichent les meilleurs résultats. Le cabinet Athling évalue la hausse annuelle des encours chez Banque Populaire à 12,6 %. Elle devance les caisses régionales du Crédit Agricole (+ 9,7 %) et, à un degré plus important, LCL (+ 4,3 %) la Société Générale (+ 3,6 %) et BNP Paris (+ 2,9 %).

Quand le crédit à la consommation devient une priorité pour les banques

L'appétence pour le prêt à la consommation n'a pas toujours été d'actualité. La crise économique et financière avait calmé les ardeurs des ménages à souscrire des crédits à la consommation considérés comme des portes d'entrée vers les situations de surendettement. Les exigences réglementaires ont été renforcées par les autorités régulatrices. Désormais, les banques essaient de redorer leur blason en proposant des offres commerciales très attractives.

Les établissements prêteurs s'appuient notamment sur les nouveaux outils de dématérialisation du parcours client, de ciblage et de notation de la qualité de crédit, développés par leurs filiales spécialisées (Crédit Agricole Consumer Finance pour le Crédit Agricole, Franfinance pour la Société Générale, etc.). Pour rappel l'Association française des banques chiffre la production de nouveaux prêts à la consommation à 10,2 milliards d'euros uniquement sur le premier trimestre 2018.

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4/5 - 2 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆