Hausse de l'assurance habitation à cause du plus grand nombre de catastrophes naturelles

La série de catastrophes naturelles qui a frappé la France en 2018 aura une conséquence directe sur le montant des primes d’assurance. Explications.

Une maison en briques rouges est en partie démolie après un ouragan

Les changements climatiques accélèrent le rythme d'événements naturels dévastateurs. Et leur coût finit par se répercuter dans la grille tarifaire des assureurs, donc dans le budget des Français.

Mi-2018, la charge des sinistres du réassureur public est chiffrée à 262 millions d'euros suite aux inondations (tempête Eleanor) et aux orages. C'est sans compter les épisodes méditerranéens d'automne dans le Var et l'Aude.

Assurance habitation multirisque : + 36 % en 10 ans

Depuis une décennie, le coût moyen de l'assurance multirisque habitation grimpe plus rapidement que l'inflation : + 36 % entre 2009 et 2017 contre 8,5 % (source : Assurland). La prime a augmenté quatre fois plus vite que l'inflation. Pourquoi ? Cette hausse est liée aux indemnisations versées aux victimes de catastrophes naturelles qui progressent chaque année.

L'année 2017 a été un record en la matière. Résultat : des tensions sur les prix sont apparues au début de l'année suite à la répercussion de la facture des catastrophes naturelles dans les tarifs des assureurs. Selon Swiss Re, les catastrophes naturelles au niveau mondial ont coûté 330 milliards de dollars en 2017, dont 138 milliards versés par les compagnies d'assurance. A eux seuls, les ouragans Harvey, Irma et Maria (Golfe du Mexique, Caraïbes) représentent 65 % de l'ensemble des pertes économiques (source : Munich Re).

Le régime Cat Nat en France

Le système français Cat Nat se différencie des dispositifs instaurés à l'étranger. Aux États-Unis, celui qui réside dans une zone à risque paie beaucoup plus cher son assurance habitation. Résultat : nombreux sont les Américains à ne pas souscrire d'assurance.

En France, un réassureur public (CCR) intervient quand l'état de catastrophe naturelle est décrété. Son rôle : éviter que les compagnies d'assurance soient financièrement fragilisées quand un événement inattendu survient. Un réassureur est en quelque sorte l'assureur d'un assureur.

Si l'état de catastrophe naturelle n'est pas décrété, la compagnie d'assurance fait appel à un réassureur privé. Dans le cas du CCR, ces moyens d'actions sont alimentés par le prélèvement d'une prime spécifique sur les assurances payées par les Français. Tous y contribuent, peu importe que le souscripteur réside en zone à risque ou non. D'où aussi la hausse à prévoir de l'assurance habitation.

Marre de payer trop cher ?

Assurer son logement à moindre coût, c’est possible en comparant les devis. JeChange travaille avec 5 assureurs partenaires et vous aide à trouver la meilleure offre pour protéger votre logement. A la clé : de grosses économies !

Je compare

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4/5 - 5 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆