Une assurance prairie bientôt sur le marché ?

Assureur historique du monde agricole, Groupama teste auprès de 50 éleveurs un nouveau type de couverture, une "assurance prairie", qui si elle voit le jour permettra enfin aux agriculteurs d'être dédommagés en cas d'avaries (climatiques ou autres) qui pourraient survenir dans leurs pâturages.

  • Publié le 09/08/2011 (mis à jour le 10/08/2011)
  • Écrit par

"La petite assurance dans la prairie"... Il ne s'agit pas du titre d'une nouvelle série télévisée, mais bientôt, peut-être, d'une réalité pour le monde agricole français. Groupama teste ainsi depuis cinq ans, et auprès de 50 agriculteurs, une "assurance prairie", qui sera peut-être effective l'année prochaine. Car même si le fonctionnement auprès des agriculteurs testés est maintenant bien rôdé, la question de la durée et de la pérennité financière des contrats est toujours débattue.

Cette année pourtant, l'assurance aurait sans doute beaucoup servi, malgré le manque de soleil qui n'en finit plus d'irriter les vacanciers. Les agriculteurs sont en effet mécontents, car pendant les mois précédant l'été beaucoup de prairies ont souffert de la sécheresse.

Groupama veut donc prendre en main ce genre de dossier, lui qui est l'assureur référence du monde paysan, et qui est encore aujourd'hui à l'origine de 92 % des assurances climatiques pour les récoltes de céréales. L'organisme souhaite donc mettre au point une assurance couvrant à la fois les dégâts faits sur les prairies (sécheresse, inondation ou autres) et "la difficulté à nourrir les troupeaux", comme le précise le directeur agricole du groupe, Stéphane Gin, en finançant les quantités de fourrage nécessaires.

Actuellement, c'est le Fonds National des Risques Agricoles qui prend en charge une partie des indemnisations car ce qui bloque pour l'instant la mise en oeuvre de cette "assurance prairie", au coût estimé à plusieurs milliards, est qu'elle bénéficierait pour l'instant de trop peu de réassurances privées pour pouvoir couvrir les remboursements des risques agricoles. Or, l'objectif de Groupama serait tout simplement d'aligner les remboursements des dégâts sur les prairies aux catastrophes naturelles et donc de bénéficier de fonds publics. Le feuilleton continue...

(Source : Maxi Sciences)

0 note - Soyez le premier à noter
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆