Qu'est-ce que la garantie mécanique ?

Tout automobiliste se passerait volontiers d'une panne mécanique le mettant toujours dans l'embarras. Le contrat de garantie mécanique lui sera à ce titre un précieux allié quand son véhicule décidera de faire des siennes...

  • Publié le 09/07/2012 (mis à jour le 07/04/2015)
  • Écrit par
La garantie mécanique
Méfiez-vous du coefficient de vétusté, dont le calcul peut réduire à quasi-néant le degré d'indemnisation auquel vous serez soumis au titre de la garantie mécanique !

Une panne mécanique subite et inattendue constitue, au quotidien, l'une des principales craintes des automobilistes, notamment pour ceux dont le véhicule atteint une ancienneté respectable. Une fois que la période de validité de la garantie du constructeur est dépassée, en effet, le moindre pépin du moteur, de l'embrayage ou encore de la boîte de vitesses peut se traduire par une facture plutôt salée chez le garagiste du coin.

La garantie mécanique constitue une excellente parade contre cet aléa, puisqu'elle peut prendre en charge le coût des réparations à titre intégral ou partiel, pièces et main d'œuvre incluses. Quel est le principe de fonctionnement de cette garantie, et quelles en sont les limites ?

Définition et objet de la garantie mécanique

La garantie mécanique peut être souscrite indifféremment au sein de votre assurance automobile ou en tant que contrat séparé, selon le professionnel auquel vous vous adressez. Il s'agit d'une garantie ayant pour objet de vous indemniser financièrement suite à une panne de votre véhicule.

Cette panne, pour être valablement prise en charge, peut avoir différentes origines (mécanique, électronique…) mais doit, dans tous les cas, présenter un caractère aléatoire, soudain et imprévisible. Elle doit, par ailleurs, être liée à une utilisation « normale » du véhicule : pas question donc, par exemple, de solliciter une indemnisation pour vos suspensions si vous avez joué au tout-terrain avec une petite citadine ! Le fait générateur de la panne, enfin, doit être survenu à une date postérieure à celle de la souscription de la garantie.

Risques couverts

Les pannes prises en charge par une garantie mécanique peuvent différer fortement selon les contrats. Les formules les plus basiques, en particulier, sont certes bon marché mais se contentent de vous indemniser pour le dysfonctionnement des éléments essentiels du véhicule, à savoir la boîte de vitesses, le pont moteur et le moteur.

D'autres garanties mécaniques, dites « complètes », énumèrent dans leurs conditions une liste beaucoup plus exhaustive d'éléments mécaniques. Y figurent souvent l'embrayage, les circuits électriques, d'alimentation et de refroidissement, les freins (sauf les plaquettes), les suspensions, les collecteurs ou encore la transmission.

Certains contrats, enfin, adoptent une logique inverse et énumèrent les éléments non pris en charge ou exclus de la garantie auto, avec une formule du type « Tout sauf… ». Dans tous les cas, certaines pièces et divers consommables ne sont normalement pas pris en charge par l'assurance : les pièces d'usure de l'embrayage et du système de freinage seront à remplacer régulièrement et à vos frais, tout comme les divers liquides utiles au véhicule (huile, lave-glace…).

Où souscrire une garantie mécanique ?

La garantie mécanique peut s'analyser comme une continuation de la garantie du constructeur, et comme un complément au service fourni par ce dernier. De ce fait, l'article R513-1 du Code des assurances autorise les constructeurs automobiles à commercialiser eux-mêmes ce type de garantie, même s'ils n'ont pas le statut d'assureur.

Vous avez donc la possibilité de souscrire une garantie mécanique auprès votre assureur habituel (qu'il s'agisse d'une société d'assurance ou d'une banque) ou directement auprès du professionnel ou de la concession automobile qui vous a vendu le véhicule. Attention toutefois : cette dernière solution, si elle peut paraître plus sécurisante, vous contraindra souvent à effectuer toutes les révisions et réparations dans le réseau des garages partenaires de la marque, alors que les assureurs et banquiers seront moins regardants à ce sujet.

Calcul du montant de la prime

Le principal intérêt de la garantie mécanique, pour le conducteur, est son faible coût par rapport au prix que lui aurait coûté une réparation à financer sur ses deniers personnels. Pour autant la prime exigée par l'assureur ou le constructeur peut varier assez fortement. Son montant va dépendre, pour l'essentiel, de l'ancienneté du véhicule (soit le nombre d'années écoulées depuis sa date de première mise en circulation), de sa puissance et bien sûr de sa valeur : l'électronique embarquée d'une voiture haut de gamme ou les rouages délicats d'une voiture de sport coûteront évidemment plus cher à remettre en état en cas de panne, et nécessitent une cotisation à l'avenant.

Attention : au-delà d'une certaine ancienneté du véhicule, le principe d'une garantie mécanique peut vous être refusé. Pour payer le moins cher possible, mais aussi par souci de sécurité, il est recommandé de solliciter cette garantie dès la fin de validité de la garantie constructeur du véhicule, qui est généralement de deux ans.

Un atout de poids en cas de vente de votre véhicule

L'une des spécificités les plus intéressantes de la garantie mécanique est d'être cessible entre particuliers, autrement dit de pouvoir se transmettre du vendeur d'un véhicule à son acheteur. Si vous envisagez de vendre bientôt votre véhicule sur le marché de l'occasion, il peut donc se révéler très utile de souscrire ce type de couverture et de mentionner son existence sur la petite annonce de mise en vente : la garantie mécanique, aux yeux de l'acheteur, constitue un élément très rassurant quant à la viabilité du véhicule qu'il s'apprête à acquérir. Elle peut même vous permettre d'augmenter légèrement le prix de vente afin de rentrer dans vos frais.

Lorsque la cession du véhicule a lieu peu de temps après la souscription de la garantie (moins de trois mois), l'assureur fait normalement bénéficier le nouveau propriétaire de la durée normale de garantie (soit jusqu'à la date anniversaire du contrat). Si la cession est un peu plus tardive, l'assureur peut même faire un geste et offrir gracieusement une prolongation de la durée de vie prévue de la garantie (trois mois supplémentaires, par exemple) : renseignez-vous sur ce point.

Limites et contraintes de la garantie mécanique

Comme indiqué ci-dessus, certaines pièces sensibles peuvent ne pas être prises en charge par une garantie mécanique, ce qui vous obligera alors à régler vous-même la facture chez le garagiste. Au-delà, et même lorsque vous avez droit à une indemnisation, un délai de carence plus ou moins important (plusieurs semaines, voire plusieurs mois) vous contraindra à avancer vous-même les frais, et à attendre parfois longtemps leur remboursement.

Sachez enfin que l'assureur, la plupart du temps, appliquera à la pièce remplacée un coefficient de vétusté afin de tenir compte et de se rapprocher de sa valeur réelle au moment du sinistre. Il se basera souvent, pour cela, sur l'âge et le kilométrage du véhicule. Méfiez-vous des conditions de calcul de ce coefficient, qui peut vous être très défavorable et entraîner une réduction de l'indemnisation jusqu'à 70 ou 80 % !

Attention : ne confondez pas la garantie mécanique avec la garantie assistance auto !
0 note - Soyez le premier à noter
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆