Orange et Groupama feront-ils sauter la banque ?

C'est officiel : Orange rachètera sous peu la filiale bancaire de Groupama ! L'opérateur se donne jusqu'à 2017 pour lancer Orange Bank, sa banque 100 % mobile… qui sera soutenue par un réseau d'agences physiques.

  • Publié le 26/04/2016 (mis à jour le 03/06/2016)
  • Écrit par
Logos d'Orange et de Groupama
Orange Bank proposera toutes les prestations offertes d'ordinaire par les banques en ligne… et quelques innovations permises par son expertise dans les télécoms ?

La nouvelle était déjà connue, mais pas encore officialisée. C’est désormais chose faite : après environ trois mois de négociations, Orange et Groupama ont annoncé ce vendredi 22 avril la signature d’un accord inédit relatif au rachat de la filiale bancaire de l’assureur, Groupama Banque.

Rebaptisée Orange Bank, l'entreprise devrait proposer dès 2017 tout le panel des services bancaires habituels sous le prisme d’une nouvelle expérience « 100 % mobile ». Pour faire prospérer sa nouvelle filiale bancaire et atteindre les ambitieux objectifs qu’il s'est fixé, Orange peut compter sur de nombreux atouts. L'opérateur a déjà accumulé de l’expérience dans le secteur bancaire via ses services financiers en Afrique ou en Pologne. Il pourra de plus s'appuyer sur son réseau de boutiques.

Orange Bank : une naissance annoncée dès 2017

Malgré l'échec de son rapprochement avec Bouygues Telecom, Orange est loin d'abandonner ses autres projets de développement. Entamées au début de l’année, les négociations avec le groupe d’assurance Groupama se sont par exemple soldées par un accord présenté à la presse le 22 avril. Orange devrait sous peu acquérir 65 % des parts de la filiale bancaire ce qui lui permettra d'en prendre le contrôle. Les 35 % de parts restantes seront conservées par l’ancienne maison-mère.

Groupama Banque devrait être rebaptisée « Orange Bank » dès le troisième trimestre 2016, une fois que l’opération de rachat et le nouveau business plan sur dix ans auront été officiellement entérinés par l’Autorité de la concurrence et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution.

Une offre 100 % mobile

La marque Orange Bank devra se faire une place parmi les différentes banques en ligne françaises dès 2017. Comment l’opérateur compte-t-il se démarquer sur un marché hyper concurrentiel, déjà dominé par des acteurs solidement implantés, comme Boursorama, Fortuneo ou ING Direct ? Selon le P-DG d’Orange, Stéphane Richard, Orange Bank envisage rien de moins que de « faire changer de dimension la banque mobile » en proposant une expérience utilisateur entièrement tournée vers les terminaux mobiles comme le smartphone et la tablette.

Compte courant, épargne, crédit immobilier, crédit conso, services bancaires divers et bien sûr assurance, toutes les prestations habituellement proposées par les grandes banques physiques devraient être accessibles du bout du doigt. Rien de révolutionnaire mais le cœur de métier d’Orange dans les télécoms et la haute technologie peut laisser espérer des fonctionnalités innovantes et inédites, qui viendraient un peu bousculer le marché des banques 100 % en ligne.

Orange nourrit de grandes ambitions pour sa filiale bancaire…

Sans aller jusqu’à parler de folie des grandeurs, Orange n’hésite pas à fixer des objectifs très ambitieux à sa toute nouvelle filiale. En capitalisant sur la base des 500 000 clients déjà détenus par Groupama Banque, Orange Bank espère franchir le cap des deux millions de clients à l’horizon 2026/2027. Ce délai peut à première vue sembler raisonnable mais il faut, cependant, le replacer dans le contexte du marché. Comptant parmi les poids-lourds du secteur, Boursorama ne dénombrait par exemple que 757 000 clients à la fin 2015. Quant à la banque néerlandaise ING Direct, il lui aura fallu pas moins de quinze années de présence sur le marché français pour atteindre le million de clients.

Une même ambition est affichée pour la taille de l’entreprise, dont les effectifs devraient doubler en dix ans si l’offre Orange Bank rencontre le succès escompté. Les objectifs fixés par Orange apparaissent en tout cas cohérents avec sa stratégie d’entreprise « Essentiels2020 ». Celle-ci vise un chiffre d’affaires d’au moins 400 millions d’euros dans les services financiers dès l’exercice 2018.

…et dispose de nombreux atouts pour s’imposer

Pour assurer son développement rapide, la banque 100 % mobile d’Orange pourra paradoxalement compter sur un maillage de boutiques et d’agences n’ayant rien à envier aux réseaux des plus grandes banques traditionnelles. Les 850 boutiques détenues en propre par l’opérateur ne devraient pas se priver de mettre en avant les offres de la nouvelle banque. En outre, l’accord conclu avec Groupama prévoit également la commercialisation des services Orange Bank au sein des 2 000 agences du grand groupe d’assurance. S'ajouteront de plus à cet impressionnant quadrillage les quelques 950 agents généraux de Gan Assurances.

Autre motif de confiance pour l’opérateur : son expérience dans le domaine des services financiers. En effet, Orange possède déjà un établissement bancaire en Pologne (Orange Finanse). Le numéro un des télécoms français a également développé un service de transfert d’argent et de paiement mobile (Orange Money) inconnu de notre côté de la Méditerranée mais très répandu dans plus d’une quinzaine de pays africains.

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)